Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

E-commerce : « l’assistant de mode » ChicTypes lève 4 millions d’euros

 

Etienne Morin (à gauche) et Antoine Régis, fondateurs de ChicTypes. © Nastassia Brame

Etienne Morin (à gauche) et Antoine Régis, fondateurs de ChicTypes. © Nastassia Brame

Qui a dit que le shopping personnalisé était réservé aux femmes ? Pas Etienne Morin et Antoine Régis, fondateurs de ChicTypes, un « assistant de mode » destiné aux hommes. Créée en 2013, cette start-up compte aujourd’hui 150 000 membres.

Pour bénéficier de ce service gratuit, il suffit de s’inscrire sur le site et planifier un rendez-vous personnalisé. Un styliste contacte le client par téléphone pour échanger sur ses goûts, sa taille et son budget. Le conseiller compose alors une « malle », c’est-à-dire une sélection de vêtements et d’accessoires parmi 100 marques haut de gamme partenaires (IKKS, Levi’s, The Kooples…). Une fois sa commande reçue, le client essaye chez lui le contenu de la malle et conserve uniquement ce qui lui plait. Seuls les articles conservés sont facturés et le renvoi est gratuit.

ChicTypes, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros en 2014, annonce un second tour de table de 4 millions d’euros auprès de 360 Capital Partners, le fonds d’investissements Kernel, l’ancien directeur d’Apple Europe Pascal Cagni et des business angels. La start-up avait déjà levé 1,4 million d’euros en septembre 2014.

Cette nouvelle opération va lui permettre d’accélérer sa croissance en France, de développer ses technologies et de faire évoluer son site Internet et son application mobile. La société de 50 salariés compte aussi recruter une trentaine de personnes cette année pour renforcer ses équipes de stylistes, techniques et marketing.

D’ici trois ans, la jeune pousse compte s’attaquer au marché européen et vise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *