Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Bpifrance et Business France lancent l’Acceleratech China

Bpifrance et Business France ont inauguré l’ « Acceleratech China », un programme d’immersion et d’accélération destiné aux start-up et PME innovantes françaises. Les 13 lauréats de cette première édition s’envoleront pour la Chine le 16 novembre.

Les cinq sociétés qui partiront en Chine du 16 novembre au 18 décembre 2015. © Charlie PERREAU

Les cinq sociétés qui partiront en Chine du 16 novembre au 18 décembre 2015. © Charlie Perreau

Après les Etats-Unis, cap sur la Chine ! Bpifrance et l’agence nationale Business France, ont lancé, dans les locaux du HUB, la première édition d’« Acceleratech China ». Ce programme d’accélération et d’immersion en Chine s’adresse aux start-up et PME innovantes. Il fait suite au succès de l’Ubi i/o, le programme d’immersion de 10 semaines aux Etats-Unis lancé en mai 2014 par Bpifrance et Business France. « Il y a un écosystème de GAFA chinois de tailles gigantesques dont les capitalisations boursières sont comparables à celles des sociétés américaines », a expliqué Nicolas Dufourcq. Le directeur général de la banque publique a récemment confié dans un entretien à Alliancy le mag l’opportunité que représente la Chine pour les start-up françaises. Un constat entièrement partagé par Muriel Péricaud, directrice générale de Business France : « La Chine est presqu’une évidence quand on voit les chiffres : 670 millions d’internautes, pas loin de 250 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans les TIC et 45% des internautes font de l’e-commerce ». Malgré l’attractivité de ce marché, il n’est pas aussi facile de s’y implanter notamment pour des raisons culturelles et sociales. « Il faut du temps pour trouver un partenaire, être disponible et patient, et avoir une approche commerciale par binôme », a conseillé Thomas Vial, responsable du programme.  

A partir du 16 novembre, 13 entreprises, sélectionnées par un jury franco-chinois composé de 16 personnalités, partiront en immersion pendant 10 jours pour mieux comprendre les spécificités du marché chinois. Cinq d’entre elles auront la chance d’y rester quatre semaines de plus pour suivre un programme d’accélération entièrement financé par Bpifrance. Les lauréats passeront une semaine dans une ville chinoise différente : Shanghai, Pékin, Shenzhen et Hong-Kong. Ces quatre métropoles remplissent les critères nécessaires, selon Bpifrance, pour faciliter l’accès au marché chinois de nos pépites françaises : « une communauté d’entrepreneurs français, des accélérateurs et incubateurs, et les sources d’un soft power français », a précisé Nicolas Dufourcq.

« Je veux qu’il y ait des Chinois dans les accélérateurs et incubateurs français »

Parmi les cinq lauréats, une start-up est issue du HUB de Bpifrance. Delairtech, qui conçoit et commercialise des solutions d’observation aérienne innovantes à base de mini-drones, éprouve des difficultés à s’installer le pays le plus peuplé du monde. « C’est notre plus gros marché mais nous avons un problème de décalage horaire. On aimerait donc ouvrir un bureau là-bas », a déclaré Benjamin Benharrosh, cofondateur de la start-up. Le nantais Lengow, spécialisé dans la conception de solutions de référencement sur les plateformes de e-commerce, voit la Chine comme un pays incontournable pour son expansion international. « Nous sommes déjà présents dans 45 pays mais nous souhaitons nous développer en Chine car le marché du e-commerce le plus prometteur », a partagé Mickaël Froger, cofondateur et CEO de la jeune société. D’autres n’ont aucune connaissance du pays et souhaitent avant tout rencontrer les acteurs locaux. C’est le cas d’A2iA, spécialiste de la reconnaissance de l’écriture manuscrite et imprimée, ou encore Technosens, qui a développé une plateforme de services qui permet de relier simplement les professionnels aux personnes âgées et à leur famille.

Bpifrance pense déjà à l’étape suivante : connecter quatre incubateurs chinois (Pékin, Shanghai, Shenzhen et Hong-Kong) avec son HUB parisien. « Je veux qu’il y ait des Chinois dans les accélérateurs et incubateurs français et des Français dans les accélérateurs et incubateurs chinois », a conclu le directeur général de la banque publique.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *