Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

iZettle, la Fintech venue de Suède

Créée en 2010, iZettle est une Fintech suédoise spécialisée dans le paiement par carte bancaire sur smartphone et tablette. Implantée sur le marché français depuis mai 2015, la jeune pousse de 200 salariés souhaite conquérir les 2,6 millions de PME et TPE françaises. Thor Olof Philogène, chief revenue officer et responsable France, nous en dit plus sur la stratégie de la start-up.

Thor Olof Philogene, chief revenue officer et responsable France d'iZettle. © iZettle

Thor Olof Philogene, chief revenue officer et responsable France d’iZettle. © iZettle

Que propose iZettle ?

Au début, nous étions dans une démarche d’acceptation du paiement par carte bancaire auprès des commerçants. Le paiement par carte existe depuis les années 1960 mais il n’est pas privilégié dans les petites entreprises comme les boulangers ou les primeurs. Avec notre terminal gratuit, nous le rendons accessible aux TPE, PME et microentreprises. On essaie de lever toutes les barrières en réduisant notamment le coût des transactions. En effet, nous ne prenons pas de commission fixe et le terminal ne nécessite pas de montant minimum requis pour être utilisé. Ainsi, iZettle prélève un pourcentage sur chaque transaction, qui varie entre 2,75% et 1.5%. Nous avons aujourd’hui une centaine de milliers de clients et avons atteint 2 milliards d’euros de transactions annuelles. Nous sommes implantés sur 12 marchés (10 pays en Europe, le Brésil et le Mexique), le dernier étant l’Italie où nous sommes arrivés en novembre 2015.

Quel bilan tirez-vous de ces premiers mois sur le marché français ?

Nous ambitionnons d’être leader en France et je pense que nous sommes sur la bonne voie. Nous constatons une croissance mensuelle d’environ 20% en volume de transactions. Une majorité des consommateurs français préfère la carte aux espèces. Les commerçants français sont séduits par notre produit car ils parlent de nous autour d’eux: ce bouche-à-oreille est clairement le moteur de notre croissance. Pour le moment, nous n’avons pas de bureau en France mais nous avons un service client avec une équipe française à Stockholm.

Comment parvenez-vous à convaincre les commerçants ?

Il existe une certaine réticence et de la peur chez les petits commerçants car ils ne connaissent pas ce genre de technologie. Mais ceux qui utilisent notre produit constatent qu’ils augmentent leur chiffre d’affaires. Ça résout donc des problèmes qui existent à la fois pour le commerçant, les clients et les banques car on augmente leurs revenus ! D’ailleurs, un de nos investisseurs est la banque espagnole Santander.
Pour attirer de nouveaux clients, nous avons décidé de nous diversifier. Nous avons lancé en août 2015 un service d’avance de trésorerie remboursable en fonction des ventes futures du commerçant ainsi qu’un service de « small data » où les PME et TPE peuvent connaître les produits les mieux vendus, le niveau de fidélité des clients, etc…Nous sommes aussi fiers d’avoir lancé le paiement NFC. Ce service, totalement nouveau pour les petites entreprises, est compatible avec Apple Pay. Nous allons prochainement le rendre accessible aux PME françaises.

>> A lire aussi : le témoignage d’iZettle dans le diaporama « La France et la Suède célèbrent l’innovation


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *