Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

L’aiguilleur du net Cedexis lève 22,8 millions de dollars

Julien Coulon, cofondateur de Cedexis.  © Cedexis

Julien Coulon, cofondateur de Cedexis. © Cedexis

Fondée en 2009 par Julien Coulon et Marty Kagan, Cedexis scanne en temps réel la qualité de service des hébergeurs et des diffuseurs de contenus. Cette entreprise franco-américaine, qui ne communique pas sur son chiffre d’affaires, annonce une troisième levée de fonds de 22,8 millions de dollars (21 millions d’euros) auprès de Ginko Ventures, Foxconn Technology Group, Nokia Growth Partners, Citrix Systems Ventures et Bpifrance. « Je voulais garder un côté hyper global mais je ne voulais pas d’investisseurs américains car nous souhaitons nous développer fortement en Europe et en Asie », explique Julien Coulon, de plus, nous réalisons 10% du chiffre d’affaires sur le continent asiatique alors que nous ne sommes même pas présents là-bas. » La jeune société compte s’implanter à Singapour, Taipei et Séoul, mais « pas dans l’immédiat ».

Cedexis aiguille le trafic Internet vers le chemin le plus rapide et signale les incidents pour permettre aux utilisateurs d’atteindre des taux de disponibilité de service proche de 100%. Hébergée à ses débuts à l’incubateur Télécom Sud Paris d’Arcueil, elle est désormais présente à Paris, aux Etats-Unis (San Francisco,  Portland, New York, Los Angeles), à Londres et Tel Aviv. Parmi ses 900 clients, elle revendique de gros comptes comme Linkedin, Microsoft, Shutterstock ou encore Tumblr.

Grâce à cette opération bouclée en seulement trois semaines, Cedexis va renforcer sa R&D en France. La société, qui compte 14 salariés en France sur 55, prévoit d’embaucher une dizaine de personnes en Europe, majoritairement des ingénieurs et des « chouchouteurs de clients ». « On va lancer un petit plan de recrutement. Notre but n’est pas d’être 150 ou 200 personnes », précise Julien Coulon.   


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *