Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Yoomap se voit en ambassadeur de l’open innovation

Les grandes entreprises font de plus en plus appel à des start-up pour innover mais beaucoup y vont encore à tâtons. Quand collaboration il y a, la start-up se retrouve souvent reléguée en simple ligne dans un tableau Excel, une fois celle-ci terminée. Une situation à laquelle Yoomap entend remédier grâce au SURM (start-up relationship management), un outil de gestion doublé d’une plateforme de rencontre.

L’innovation est une prise de risque en soi, et l’open innovation, la coopération avec une start-up, l’est encore plus aux yeux de nombreuses grandes entreprises.

Richard Biquillon CEO Yoomap ©Yoomap

« Notre objectif est de diffuser la culture de l’open innovation tout en favorisant les coopérations. Grandes entreprises et start-up rencontrent toujours de réelles difficultés à collaborer. Même lorsque la volonté est là, se comprendre est souvent complexe du fait des différences de fonctionnement. La start-up pense en semaines, la grande entreprise en mois. La start-up pense réactivité, le grand groupe pense qualité », analyse Richard Biquillon, co-fondateur et CEO de Yoomap, une start-up lancée il y a 3 ans avec le SURM (start-up relationship manager), son programme de partage d’expériences, de témoignage client et de rencontre entre les grands groupes et les jeunes pousses.

Un mix entre Tinder et Facebook pour l’open innovation

Pour faciliter la naissance de belles histoires, le SURM permet de former une communauté avec les start-up, les porteurs de l’open innovation en interne et les métiers décrivant leurs besoins fonctionnels. La plateforme va ensuite être capable de réaliser des « matchs » entre les start-up et les métiers, grâce à la technologie sémantique qui lui donne lieu de s’adapter au jargon et aux métriques spécifiques de chaque secteur et entreprise.
Le programme intègre aussi des fonctions collaboratives comme un mur d’actualités, des forums de discussions, des partages d’informations et des notifications. Ce qui en fait un mix entre Tinder et Facebook au service de l’open innovation. Le tout accompagné d’un outil qui permet à l’entreprise de gérer en interne le nombre de start-up référencées et le nombre de collaborateurs impliqués par les nouvelles méthodes d’innovation.

« Avec le SURM on va alléger le process de l’entreprise pour lui éviter par exemple la rédaction d’un contrat de 150 pages qui va durer 9 mois pour un test qui coûte 15 000 euros sur encore 4 mois de plus. Il en va de la survie des start-up », explique Richard Biquillon.

« Notre client clé, c’est le monsieur start-up du groupe »

L’idée du SURM est venue à l’esprit du jeune dirigeant alors qu’il était open innovation program manager chez Veolia. Il remarque à l’époque qu’il n’y avait pas de moyens de promouvoir les collaborations et les expériences afin d’en créer d’autres. Le timing lui semble pour lancer une activité consacrée au sujet.

L’équipe est toute trouvée : « Je connaissais l’innovation, Samuel Nakache, qui avait sa web agency, connaissait l’IT et Mathieu Lafaye qui était un camarade de l’ESSEC faisait du commerce dans les télécoms », raconte le CEO. Le SURM rencontre un succès immédiat puisque Total signe en mai 2014 et EDF en septembre de la même année.

« Notre client clé, c’est le donneur d’ordre, ce fameux monsieur start-up, à savoir le directeur de l’innovation d’un grand groupe, qui a pour rôle de chapoter toutes les démarches d’innovation », précise le CEO. 

La start-up possède aujourd’hui un effectif de 18 collaborateurs et l’équipe devrait compter 30 salariés d’ici fin 2017. Le recrutement se fera surtout sur la partie développement et la partie commerciale. Elle a bouclé 2016 avec un chiffre d’affaires de 1 million d’euros grâce à une vingtaine de clients, tels que Natixis, TF1, ADP, EDF et Total. Elle vise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros pour 2017.

Yoomap, qui reposait jusqu’ici sur l’autofinancement, un emprunt auprès de Bpifrance et 200 000 euros de fonds publics, pourrait réaliser un tour de table au second semestre de cette année, notamment pour développer un logiciel de classement automatique par mots-clés des informations reçues par e-mail : MagicMail.

« On commence tout doucement à toucher l’international mais pour le moment on cherche encore à muscler notre jeu sur le marché français », répond Richard Biquillon qui a l’ambition d’être un acteur important en Europe d’ici 3 ans.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *