Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Blacknut conclut sa première levée de fonds pour un total de 2,4 millions d’euros

La start-up bretonne Blacknut, qui se définit comme le Netflix du jeu vidéo, réalise un premier tour de table de 2,4 millions d’euros auprès des fonds d’investissements Go Capital et de Nestadio Capital mais aussi de contributeurs via une campagne de crowdfunding orchestré par Gwenneg.

Blacknut, jeune pousse basée à Rennes, lève 2,4 millions d’euros pour commercialiser sa plateforme de cloud gaming. Grâce à la démocratisation du cloud et du très haut débit, l’entreprise a mis au point un logiciel de jeux vidéo en streaming multi-écrans sans console, sur TV, ordinateur, tablette et smartphone. La start-up cible le très grand public et proposera des centaines de références, accessibles par abonnement. Et comme le géant américain Netflix, les Bretons ont développé un algorithme qui suggérera de nouveaux jeux à partir des préférences de l’utilisateur.

Olivier Avaro, CEO et co-fondateur de Blacknut ©Blacknut

« Nous ne visons pas les usages du jeu dit « hardcore », caractérisés par une pratique intense et focalisés sur un nombre de titres limité. En revenant aux racines du jeu, nous parlons à un public plus large, intéressé par une pratique ouverte et curieuse de ce média. Nous lui permettons d’accéder de manière simple et abordable à un vaste catalogue de jeux de qualité, pour se divertir, découvrir, se challenger, se faire plaisir, s’élever … ou juste rêver », précise Olivier Avaro, CEO et co-fondateur de Blacknut.

L’objectif de ce financement est le lancement pré-commercial auprès de bêta-testeurs en juin 2017 puis la commercialisation de la plateforme en fin d’année. Blacknut déploiera par la suite son offre en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. La start-up vise environ 500 000 abonnés d’ici 5 ans.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *