Cinq ans d’holacratie chez Scarabée Biocoop

Implantée sur la métropole bretonne de Rennes, Scarabée Biocoop se compose de huit magasins bio, trois restaurants bio-végétariens et un snack bio. Comptant 250 salariés (dont 80 % en magasin), elle a mis en place cette nouvelle forme de gouvernance avec l’Institut de recherche IGI Partners.

> Découvrez le « Cahier spécial : le futur du Retail » et accédez à des témoignages inspirants. 

Cinq ans d’holacratie chez Scarabée Biocoop

Magasin Scarabée Biocoop Rennes

« Plusieurs paramètres sont entrés en compte, raconte Hugo Mouraret, chargé du projet d’holacratie. La volonté de mettre l’humain au coeur de l’entreprise, de disposer d’un outil permettant à chacun d’aligner ses compétences et ses talents et d’avoir une organisation qui considère les collaborateurs dans leur entièreté et leur permette de s’exprimer ». Le besoin d’agilité face à la forte évolution du chiffres d’affaires a également joué : « La structure managériale n’était pas suffisante pour suivre cette progression et nous avions le choix entre ajouter des managers ou un outil de management ».

Scarabée Biocoop a donc transformé son organigramme pyramidal en une organisation holarchique composée de cercles et de rôles. « Quand on donne un rôle à une personne, on lui attribue un périmètre d’action dans lequel elle a toute autorité à déployer les initiatives qu’elle juge nécessaires pour remplir sa mission », explique Hugo Mouraret.

En magasin, les salariés ont ainsi des rôles de gestionnaire des rayons, gèrent l’accueil des clients et la mise en place de plannings…  « Rien d’extraordinaire par rapport à ce qui existait auparavant, mais la différence, c’est la latitude donnée aux collaborateurs pour mettre de l’énergie dans leur rôle. Avec la notion d’amélioration continue ».

S’il reste bien sûr des différences d’acquisition et de maturité  selon les équipes, Hugo Mouraret considère l’holacratie comme une pratique acquise. « EIle a apporté à tous une libération de la parole », affirme-t-il.

Biocoop se lance dans le e-commerce

Lors de l’événement One to One Digital Marketing à Biarritz en octobre dernier, Gilles Baucher, directeur du réseau Biocoop, a annoncé le lancement d’une activité de commerce électronique. « Elle démarre avec le « click and collect » que nous testons dans quinze magasins et qui sera ensuite déployé par groupes de vingt magasins », a-t-il précisé. Un canal de vente susceptible d’amener à Biocoop une nouvelle clientèle. Courant 2020, un site marchand avec livraison à domicile sera par ailleurs mis en place. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *