Licences logicielles inutiles : un gaspillage évitable qui impacte les budgets IT des entreprises

Selon une étude de Nexthink, intitulée « IT’s Big, Expensive, Software Experience Problems » seuls 5 % des Directions Informatique ont une visibilité complète sur l’adoption et l’utilisation par les collaborateurs des applications fournies par l’entreprise.

Licences logicielles inutiles

Cette étude met en évidence le manque de visibilité des départements informatiques sur l’adoption et l’utilisation des actifs logiciels par leurs collaborateurs. 22 % des responsables IT interrogés indiquent que les « dépenses globales en matière de logiciels » sont leur principal problème, tandis que le « Shadow IT » (utilisation par les collaborateurs d’applications et de services non approuvés par l’entreprise) est évoqué comme une priorité par 13 % d’entre eux. 

Cependant, si les responsables IT savent globalement que les collaborateurs utilisent entre 11 et 50 applications quotidiennement, ils méconnaissent combien d’entre elles sont réellement utilisées et combien de licences sont disponibles. Seuls 5 % des répondants estiment avoir une visibilité complète sur le nombre total d’employés utilisant les applications approuvées par l’entreprise. Cela signifie que 95 % d’entre eux ne savent pas si les collaborateurs utilisent réellement les outils qui leur ont été fournis.

« Sans parler des problèmes de sécurité liés au Shadow IT, cette situation génère des gaspillages conséquents en licences non utilisées », déclare Yassine Zaied, Chief Strategy & Marketing Officer chez Nexthink. « Pour 10 000 licences à 100 dollars l’unité et 500 collaborateurs qui ne les utilisent pas, cela représente près d’un million de dollars de dépenses par an potentiellement réaffectables ailleurs. Les licences logicielles peuvent rapidement et inutilement engloutir une grande partie des budgets IT, d’où l’importance d’avoir une bonne visibilité pour prendre les mesures appropriées. »

Autres conclusions clés du rapport :

  • Pour 75 % des répondants, les applications SaaS tierces et les applications web métier représentent la grande majorité des tickets informatiques générés.
    En ce qui concerne la résolution de ces incidents, 70 % déclarent que leurs équipes mettent entre 6 et 24 heures à résoudre complètement le problème d’un seul collaborateur, qu’il s’agisse d’un problème avec une application de bureau ou une application web.
  • 85 % souhaitent réduire/optimiser les dépenses en licences logicielles mais se disent préoccupés par l’impact sur la productivité des employés.
    En matière de fusions et d’acquisitions, seuls 6 % des responsables informatiques sont convaincus qu’ils peuvent trouver un juste équilibre entre la consolidation du matériel et des licences et l’amélioration de la productivité.

Cette étude a été conduite par Gartner Peer Insights, auprès de 200 responsables informatiques en Amérique du Nord et dans la région EMEA afin de comprendre l’utilisation du patrimoine logiciel au sein de leur entreprise, les problèmes auxquels ils sont confrontés et la manière dont les dirigeants peuvent mieux gérer les dépenses dans un contexte économique difficile.

Pour consulter le rapport complet (en anglais) :  https://www.nexthink.com/resource/its-big-expensive-software-problems/


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.