Benito Diz, entrepreneur, dirigeant et passionné d'informatique depuis ses 10 ans

Tous les mois Benito Diz partage ses incontournables, à travers une série de 8 chroniques, pour bien transformer l’entreprise avec en ligne de mire l’humain.

Les termes transformation digitale, transformation numérique, sont maintenant plus que galvaudés.

Dans de nombreux cas, la transformation est limitée à une évolution technologique ou à des optimisations des processus métier qui sont encore trop souvent limités à des quickwins et à du court terme. L’impact humain de cette dernière aussi bien dans les métiers que dans l’IT n’est pas toujours estimé à sa juste valeur.

Ces différents articles ont pour ambition de décrire de façon macroscopique les attendus d’une transformation numérique, l’aide qu’apportent les nouvelles technologies et l’innovation. Nous présenterons la nécessité de mettre en place une stratégie en n’hésitant plus à voir grand, à sortir de l’ordinaire. Nous verrons les impacts d’une transformation sur les métiers y compris ceux de l’IT et la nécessité d’accompagner ces derniers pour ce passage.

Benito Diz est un entrepreneur, un dirigeant, qui pilote des systèmes d’information et conduit des transformations. Avec plus de 35 ans d’expérience, il s’est passionné d’informatique depuis ses 10 ans. Il a suivi une formation en informatique de gestion qu’il a poursuivie au CNAM.

Son expertise est la transformation numérique, qu’il a pratiquée, avec succès, dans différents secteurs métiers et dans de grandes entreprises telles que Bnpp, GdfSuez, Département des Hauts-de-Seine, Veolia ou encore Action logement, soit en tant que CTO, soit en tant que Dsi, Dsi groupe ou encore en tant que directeur général d’une ESN interne. Il s’est spécialisé dans les nouvelles technologies, l’innovation au service des transformations des entreprises.

Retrouvez les derniers articles de cette chronique :
Voir tous les articles

[Chronique] Trois questions clés pour définir (et bien engager) « sa » transformation numérique

Dans la première chronique d’une série consacrée à la transformation des organisations, Benito Diz revient sur les trois questions qui doivent servir de moteur à tout changement d’ampleur. Un rappel introductif nécessaire alors que le terme de « transformation numérique » est devenu très galvaudé en quelques années.

Trois-questions-clés-transformation-numériqueDepuis la fin du 18e siècle, les nouvelles technologies n’ont eu de cesse de se développer, pour améliorer les conditions de vie, augmenter la productivité et la réactivité des entreprises.

A lire aussi : [Chronique] Mais au final… la transformation numérique, qu’est-ce que c’est ?

Si la révolution industrielle a porté sur l’automatisation des outils de production et le développement de nouvelles industries, le développement des technologies actuelles met l’accent quant à elle sur les données et les flux d’informations (Data Centric), qui incarnent la nouvelle révolution.

Avec l’essor d’Internet, nous sommes entrés dans l’ère du numérique dès la fin des années 90. Les différentes évolutions rencontrées ont profondément modifié la société et ont offert aux entreprises de multiples opportunités pour développer des avantages concurrentiels.

Le numérique fait désormais partie intégrante de notre quotidien et nul ne peut s’en affranchir.

Pour réussir cette transformation, il faut dans un premier temps bien comprendre pourquoi cette transformation est jugée nécessaire, en quoi elle va consister, et enfin, comment elle peut être mise en œuvre (le pourquoi des cercles d’or selon Simon Sinek -conférencier américano-britannique, auteur de livres sur le management et la motivation- : le sens de la réalisation) :

  • Le pourquoi : le plus important et le plus complexe à définir ;

La motivation repose très souvent sur les gains de parts de marchés, l’apport de valeur, de productivité, d’image, d’augmentation de la satisfaction du client pour le fidéliser ou encore de couverture de risque ;

  • Le quoi

La réactivité, le report de certaines tâches vers le client, la baisse des coûts, l’amélioration de la conformité, de la traçabilité, des contrôles, la sécurité…

  • Le comment

Pour réussir sa mise en œuvre, la transformation numérique doit être portée par la Direction (comprenez la direction générale, le conseil d’administration, voire les actionnaires). L’ensemble de l’entreprise doit comprendre, adhérer et se l’approprier. Il ne s’agit pas simplement d’une évolution technique ou d’une automatisation, mais surtout d’une évolution managériale, culturelle et d’une dynamique collective qui s’appuient sur une conduite du changement, un accompagnement pour faciliter l’appropriation, maintenir l’attractivité et l’employabilité.

La transformation numérique n’est l’apanage ni d’un seul métier, ni de la seule DSI.

Dès à présent, nous pouvons affirmer que la transformation numérique, qui embarque tous les collaborateurs de l’entreprise, a un impact sur l’employabilité. Ce n’est cependant ni l’intelligence artificielle ni les nouvelles technologies qui vont détruire des emplois : il convient de prévoir dès le départ de la transformation l’évolution et la sécurisation des compétences et des talents de l’entreprise pour qu’elle conserve sa compétitivité et ses emplois, qui devront toutefois s’adapter à de nouvelles formes de travail.

A lire aussi : [🎥Alliancy Inspiration] Nicolas Sekkaki témoigne des priorités de la transformation digitale de CMA CGM

Ces transformations érigeront l’organisation de l’entreprise en plateforme, ce nouvel environnement technologique ouvert, reliant collaborateurs, clients et partenaires, qui apportera souplesse, agilité et capacité d’évolution. Le cœur de ce nouvel écosystème, de cette nouvelle organisation, permettra d’accélérer les évolutions et mettra sous contrôle le risque de désintermédiation.

Comme le précise Jean-Pascal Tricoire (PDG de Schneider Electric) : « Quand nous parlons de transformation, nous ne changeons pas forcément le produit, il reste identique, c’est la façon de faire qui diffère ».

Ces quelques points introductifs rappelés, retrouvez dès la semaine prochaine la suite de cette chronique, qui mettra à plat une question d’apparence anodine : « La transformation numérique, qu’est-ce que c’est ? ». De quoi détailler les caractéristiques objectives de cette transformation pour son entreprise.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

odio ante. libero. ut in vel, pulvinar ut Phasellus sit libero venenatis,