Cet article fait partie du dossier

Politique numérique : Les sujets stratégiques du quinquennat
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

La « 5G industrielle » dans les starting blocks suite au rapport de Philippe Herbert

En vue d’accélérer la compétitivité industrielle française, Philippe Herbert a présidé la mission « 5G industrielle », initiée le 19 octobre 2021 par la ministre déléguée chargée de l’industrie Agnès Pannier-Runacher et le Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Cédric O. Suite à la remise de ce rapport début mars, Alliancy l’a rencontré pour en savoir plus…

Cette mission s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications, en lien avec les Comités Stratégiques de Filière (CSF) « Infrastructures numériques » et « Solutions pour l’industrie du futur ». Le rapport final a été remis début mars par le président de la Mission, Philippe Herbert. Explications.

Trois objectifs étaient assignés à cette mission

  • Mettre en place un dialogue continu entre acteurs industriels et télécoms,
  • identifier les freins au déploiement des usages de la 5G dans l’industrie
  • et formuler des recommandations à même d’accélérer ce déploiement.

Pour atteindre ces objectifs, un groupe de travail a accompagné Philippe Herbert dans ses travaux et participé à l’élaboration des recommandations. Les travaux s’appuient notamment sur des auditions et entretiens avec des acteurs participants à la mise en œuvre de projets d’usages industriels de la 5G en France ou en Allemagne.

« La 5G est le système nerveux de l’industrie de demain »

La phase de diagnostic (jusqu’à fin 2021) a permis de dresser un état des lieux des déploiements d’usages de la 5G dans l’industrie en France et des principaux freins à ces déploiements identifiés par les acteurs. Cette phase incluait un travail comparatif avec d’autres pays, dont l’Allemagne et la Corée du Sud.

Philippe Herbert

Philippe Herbert

Un nombre restreint de recommandations ont ensuite été formulées, à la portée très opérationnelle. Elles sont ainsi systématiquement adossées à un plan d’action et à des entités identifiées comme pilotes pour une mise en œuvre rapide.

A lire ici tous les articles d’Alliancy sur la 5G

Pour Philippe Herbert (photo), cette mission « doit permettre d’agir dès maintenant afin que la France puisse maintenir et surtout développer sa compétitivité industrielle au niveau mondial. La 5G est le système nerveux de l’industrie de demain. Beaucoup de pays se sont déjà engagés dans une démarche 5G industrielle. »

La Mission a identifié sept freins principaux au développement de la 5G industrielle en France :

  1. Accès actuel aux fréquences, un frein à l’adoption de la 5G par les industriels ;
  2. Nécessité d’accélérer le développement de l’écosystème 5G industrielle en France ;
  3. Insuffisante disponibilité d’équipements et de services adaptés à la 5G industrielle ;
  4. Besoin de simplifier et rendre plus accessible la 5G industrielle ;
  5. Difficulté à trouver les bonnes compétences pour déployer la 5G industrielle ;
  6. Interrogations sanitaires, environnementales et sociétales liées à la 5G industrielle (A lire : le groupe de travail 5G du Comité Stratégique de Filière Infrastructures Numériques, copiloté par l’Afnum et la Fédération Française des Télécoms, à travers le livre blanc « 5G et environnement », étudie l’impact environnemental de la 5ème génération de systèmes mobiles) ;
  7. Manque de visibilité et de maturité des écosystèmes 5G industrielle français et européens, y compris pour la technologie 5G, le cloud et la cybersécurité.

A la suite de ces recommandations, il a été décidé de :

  • Faciliter l’accès aux fréquences pour le stimuler le développement de projets d’usage de la 5G dans l’industrie. Le décret relatif aux redevances pour l’utilisation des fréquences dans la bande 2,6 GHz sera modifié pour simplifier l’accès à ces fréquences, et des réflexions seront menées à court terme sur l’accès à la bande 3,8 GHz-4GHz pour des expérimentations d’usages de la 5G.
  • Lancer prochainement un appel à manifestation d’intérêt « Campus Fablab 5G industrielle ». Ces Campus devront rassembler en un même lieu tous les acteurs pertinents (industriels, opérateurs télécoms, équipementiers, intégrateurs, fournisseurs, experts, etc.) pour proposer une offre de service et d’accompagnement des industriels vers la numérisation de leurs processus de production grâce à la 5G.
  • Faire émerger des projets sur les réseaux privés 5G pour l’industrie grâce à un appel à projets franco-allemand. Il répondra aux besoins de connectivité des industries françaises et allemandes, par le renforcement d’un écosystème 5G souverain.

A NOTER !! Les acteurs industriels disposant d’un besoin en termes de connectivité ou ayant identifié des cas d’usages 5G sont invités à manifester leur intérêt avant le 8 avril 2022. Un événement de « matchmaking » sera organisé le 21 avril 2022 entre utilisateurs et fournisseurs de solutions. La date de clôture de l’appel est fixée au 14 juin 2022.

Déjà des projets soutenus

Par ailleurs, la stratégie d’accélération nationale pour la 5G initiée en juillet 2021 a déjà trouvé des réalisations concrètes. 31 projets ont été soutenus pour un investissement total de 478 millions d’euros, dont 179 millions de financements publics. Dans le cadre de l’appel à projet dédié à cette stratégie et du plan France 2030, sept nouveaux projets sont soutenus pour constituer une offre souveraine et soutenir une R&D de pointe pour un investissement total de 47 M€ dont 19 M€ de financements publics dans le cadre de France 2030, dont :

Le projet 6G Hauling de Spectronite a l’ambition de définir une nouvelle génération de réseaux de transport pour les opérateurs mobiles en intégrant les technologies de radio cognitive dans la perspective des déploiements 5G et 6G.

Le projet 32+ paires de fibres d’Alcatel Submarine Networks prévoit le développement d’un système sous-marin de télécommunication optique supportant une augmentation nombre de paires de fibres jusque 32 ou plus pour rendre possible des capacités de l’ordre du Petabit/s. Ce projet prévoit une refonte de l’ensemble des équipements.

Le projet Convergence 5G de WeAccess, en partenariat avec Arelis-LGM et Grolleau vise à développer d’une solution 5G « standalone access » intégrée pour les déploiements des petits sites 5G. Cette solution pourra servir des cas d’usages liés à l’aménagement du territoire.

Le projet GEO 5G de Firecell en partenariat avec Stellantis, Axians, Euroutils, Miodex, TMF, AW2S et Sequans vise à utiliser les réseaux privés 5G afin de mettre au point un système innovant de localisation ultra précis en intérieur des outils connectés. Ce projet sera expérimenté au sein d’une usine française du groupe Stellantis.

Le projet I-COM 5G de Seamless Waves procède au développement de puces électroniques de nouvelle génération, reconfigurables, sécurisées et à très faible consommation d’énergie pour des stations de base 5G et pour des applications dans la défense et la sécurité.

Le projet TopTen de Kapteos en partenariat avec le CEA-Leti et Telecom Paris, vise à développer une solution de rupture pour le test d’antennes. Il s’agit d’une plate-forme universelle de mesure couvrant l’ensemble des besoins des acteurs de la filière, de la recherche à la production, sans nécessiter ni chambre anéchoïque, ni multiplicité de capteurs, ni incessants ré-étalonnages.

Le projet Simbade d’Ekinops en partenariat avec IDIL, Le Verre Fluoré, Orange, le laboratoire PhLAM, et Photonics Bretagne, procède à de la recherche industrielle sur la transmission optique multibandes (DWDM) au-delà de la bande « C », permettant une augmentation par 10 de la bande passante sur le réseau existant.

Ces mesures seront complétées ultérieurement par les travaux des comités stratégiques des filières « Infrastructures numériques » et « Solutions pour l’industrie du futur », et d’acteurs de la 5G industrielle qui se sont engagés à mettre en œuvre les recommandations de la Mission, en lien avec l’Etat. Ainsi, afin de capitaliser sur les recommandations de la mission, le CSF « Infrastructures Numériques » s’engage déjà à mettre en place un groupe de travail dédié, qui aura pour objectifs de collecter régulièrement les besoins des principales filières industrielles françaises en matière de 5G ; piloter un benchmark sur la disponibilité internationale d’équipements aux caractéristiques adaptées à la 5G industrielle et animer un dialogue avec les fournisseurs et équipementiers français au sujet de la 5G industrielle. Des évènements de sensibilisation à la 5G organisés par des équipementiers et offreurs de solutions industrielles, ainsi que des formations proposées aux autres filières autour de cas d’usage spécifiques, sont également envisagés.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *