[Tribune] 6 étapes clés pour lancer une boutique en ligne multilingue à l’international

Se lancer dans l’ecommerce international pour développer ses ventes transfrontalières ne s’improvise pas. En 2020, 900 millions de consommateurs ont acheté des produits sur des sites étrangers, c’est dire si le potentiel de développement reste immense pour tous ceux qui ont une ambition internationale. Augustin Prot, CEO de Weglot, nous livre les 6 étapes clés pour lancer son e-commerce multilingue à l’international.

Augustin Prot, CEO de Weglot

Augustin Prot, CEO de Weglot

Souvent les marques pensent qu’avec leur site web uniquement traduit en anglais et une livraison des produits promise sur l’ensemble du globe en un temps record, elles ont tout anticipé. Savent-elles que 9 consommateurs sur 10 ignorent un produit s’il n’est pas localisé dans leur langue maternelle ? Que chaque euro dépensé par une marque pour la localisation d’un site peut lui en rapporter 25 ? 

A lire aussi : Le « Sentier » de Jacky Z. Chang, version 2.0

Tour d’horizon de 6 étapes incontournables avant de se lancer dans l’aventure.

# 1. Disposer d’un site web multilingue 

Bien évidemment, la traduction est une priorité absolue. Le consommateur doit pouvoir trouver un produit ou un service facilement, rapidement et surtout dans sa langue maternelle. Si le processus de traduction d’un site web peut sembler décourageant de prime abord, certains acteurs ont fait du multilinguisme leur force avec un processus automatisé et l’utilisation de traduction automatique instantanée et rapide tout en gardant le contrôle avec une vérification manuelle.

# 2. Maîtriser l’aspect juridique 

Si la gestion multilingue d’un site web peut être en grande partie automatisée, la maîtrise de l’environnement juridique et fiscal est d’un tout autre niveau. Il s’agit de comprendre les implications fiscales liées à l’activité commerciale dans les différents pays ciblés pour mieux appréhender les coûts, les taxes liées à l’importation ou aux frais d’expédition. Il existe heureusement là aussi des solutions pour vous aider à automatiser un maximum l’aspect administratif lié au commerce international.

# 3. Capitaliser sur un SEO multilingue 

Vendre à l’international signifie être à la page en matière de référencement naturel multilingue sur les marchés prioritaires. Pour cela, il existe des solutions de traduction qui prennent en charge les traductions et les métadonnées en ajoutant des balises hreflang au code source pour aider les marques à être mieux référencées sur les résultats des moteurs de recherche et ce, même si l’utilisateur navigue dans sa langue maternelle. 

# 4. Localiser : l’investissement qui peut rapporter gros

Le site web multilingue est lancé, il est temps de l’affiner. Par exemple en modifiant les traductions automatiques ou en adaptant les images du site initial aux différents marchés. 

Si la traduction automatique est un excellent point de départ qui permet d’être opérationnel en quelques minutes, la seconde étape consiste à être entièrement autonome et permet de réaliser des modifications manuelles, d’ajouter des coéquipiers à la discussion pour gérer les traductions voire faire appel à des traducteurs professionnels directement depuis l’interface. 

# 5. L’importance de la conversion des devises 

Acheter en ligne : oui mais seulement si c’est facile. Et pour vendre, il n’y a pas de secret, il faut rendre l’expérience en ligne aussi fluide que possible tant pour les consommateurs locaux qu’internationaux, et ce, quel que soit le pays d’origine du commerçant.

L’ajout d’un outil de conversion des devises est une opportunité unique d’offrir la même expérience à l’ensemble des clients potentiels car si un client doit quitter le site pour vérifier par lui-même le prix dans sa devise locale, rien ne garantit qu’il reviendra pour acheter.

# 6. Proposer des options de paiement internationales

Enfin, lorsqu’un client suit toutes les étapes du parcours d’achat, pour constater que les options de paiement auxquelles il est habitué dans son pays ne sont pas disponibles, la situation devient problématique.
Vendre à l’international oblige à proposer des options de paiement pour les pays spécifiques ciblés. Les Pays-Bas, par exemple, utilisent iDeal, une méthode de paiement en ligne permettant de payer directement par l’intermédiaire de sa propre banque, tandis que des pays comme la Chine effectuent désormais leurs paiements via WeChat. 
 
Pour une entreprise qui a su s’imposer sur ses terres, nul doute, l’international offre des perspectives extraordinaires. Mais attention, encore une fois, se lancer à l’international ne s’improvise pas ! 
 
Suivre ces quelques conseils vous permettra de lancer votre activité internationale dans les meilleures conditions et de facto d’optimiser vos chances de succès.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *