[Tribune] 6 tendances pour la Business Intelligence en 2022

Pour faire face aux défis que 2022 pourrait apporter aux entreprises technologiques, celles-ci ont besoin d’avoir un maximum de cartes en main. C’est pourquoi, les dirigeants sont de plus en plus nombreux à investir dans des solutions de BI afin d’accéder aux informations les plus cruciales au moment opportun.

La démocratisation des données est devenue un enjeu important de l’industrie de la BI : il s’agit de permettre à chaque utilisateur, du CEO aux employés sur le terrain, d’accéder aux données de plus en plus essentielles. Je vous livre ici les 6 tendances que j’ai repérées pour 2022, qui se résument toutes à cela : rendre la data plus accessible, pour tous. C’est la tendance de fond pour 2022, et, j’en suis persuadé, pour les années à venir.

Kilian Bazin 1 – L’essor du guided analytics

Le défi majeur de l’analytique en 2022 sera d’aider tous les utilisateurs à prendre des décisions dans leur métier. Les utilisateurs se détourneront des outils certes puissants mais trop complexes, qui ne les aident pas à comprendre ce que leurs données signifient. Ils privilégieront les outils qui les aident et les aiguillent. On appelle « guided business analytics », ou analytique guidée, une catégorie d’analytique qui vise à faciliter la compréhension des données pour tout utilisateur.

À lire aussi : De nouveaux services en ligne pour simplifier la vie des entreprises

On verra de moins en moins de rapports sans contexte, incompréhensibles aux néophytes. 2022 sera l’année des données « contextualisées ». Les tableaux de bord BI sur le marché devront intégrer ces éléments dans leur UX afin de tisser un fil narratif avec leurs données.

L’objectif final de l’analyse guidée est d’accompagner les utilisateurs qui consultent les données et de les orienter vers les informations dont ils ont besoin. Ils auront de moins en mois l’impression d’essayer de comprendre un tableau Excel confus, et de plus en plus l’impression d’utiliser une application grand public pour la première fois (comme Uber ou Spotify).

2- Un seul outil ne suffit pas pour tous les cas d’usage

Ces dernières années, les dirigeants d’entreprise ont connu bien des désillusions autour de leurs outils BI de deuxième génération, présentés par leurs responsables IT comme LA solution pour manipuler les données. Que s’est-il passé ?

Si ces outils sont parfaits pour les experts qui souhaitent explorer les données de leur entreprise, ils sont trop complexes pour les non-initiés. Les utilisateurs dépendent encore des experts pour obtenir les chiffres dont ils ont besoin pour faire leur travail. Cette complexité les dissuade d’utiliser la data pour prendre la plupart de leurs décisions quotidiennes. 2022 sera l’année où les entreprises commenceront à réaliser qu’il leur faut des solutions sur-mesure pour chaque catégorie d’utilisateurs : les outils dont les équipes IT et data ont besoin ne vont pas aux utilisateurs métiers. Il est difficile de trouver un outil qui fasse TOUT et qui le fasse bien. C’est pourquoi de plus en plus, les chefs d’entreprise investiront dans des solutions personnalisées pour répondre à leurs besoins particuliers.

3- Augmenter le taux d’adoption 

À quoi bon les outils d’analytics si personne ne les utilise ?

Si la plupart des organisations investissent massivement dans la BI et l’analytique, les taux d’adoption restent étonnamment bas : seulement 30 % en moyenne. Les entreprises devront donc faciliter l’accès aux données pour tous dans l’entreprise. Et pour l’instant, la plupart des outils de BI sont encore trop complexes pour les non-experts. Le défi pour ces outils sera de proposer des fonctionnalités plus ergonomiques afin que le taux d’adoption commence à grimper. Plus facile à dire qu’à faire !

4- La fin du Citizen Data Scientist 

Si les données permettent aux entreprises de mieux comprendre leurs clients, leurs marchés et les opportunités qui s’offrent à elles, seuls des experts de la data peuvent en général exploiter toutes les données à leur disposition. Des data scientists de plus en plus recherchés sur le marché du travail, avec un coût d’embauche élevé. Mais aujourd’hui, les entreprises adoptent une approche différente. Plutôt que rechercher en externe ces compétences en pénurie et de pousser en interne des collaborateurs à devenir des data scientists, elles préfèrent investir dans des analyses qui sont plus facilement comprises par les novices qui veulent simplement faire leur travail, et non devenir des experts data. Les entreprises leur fourniront des outils faciles à utiliser et intuitifs, capables de leur procurer les données dont ils ont besoin rapidement et sans besoin de se former.

5- Le mobile deviendra le support principal 

En 2022, la BI sera plus facile d’accès et plus compréhensible pour tout le monde, peu importe qui on est, et surtout, où on se trouve : au bureau, à la maison, sur le terrain, dans un restaurant, un magasin, un hôtel ou en route pour une réunion.

Le but de la BI est de fournir aux professionnels des informations exploitables auxquelles ils peuvent accéder à chaque fois qu’ils ont besoin de prendre des décisions. Il est logique que la BI se fasse de plus en plus sur les appareils mobiles. Les fournisseurs de solutions devront développer des tableaux de bord mobiles qui pourront être déployés facilement sur n’importe quel appareil, sans qu’il soit nécessaire d’installer ou de configurer quoi que ce soit.

6- Priorité à l’analytics embarqué

En 2021, les entreprises SaaS, les éditeurs de logiciels et les créateurs d’applications ont compris qu’ils avaient besoin de données pour se démarquer sur leur marché concurrentiel. Et nous ne parlons pas seulement des données qu’ils peuvent utiliser eux-mêmes afin d’optimiser leur produit et de le rendre plus adapté aux besoins de leurs utilisateurs. Non, nous parlons de la possibilité de fournir à leurs utilisateurs finaux des rapports détaillés et en temps réel sur leur activité. Nous parlons de data as a service.

La plupart des éditeurs de logiciels se concentrent uniquement sur le développement de leur propre produit : c’est ce qu’ils font le mieux, et ce pour quoi leurs équipes sont formées. Mais développer et mettre en œuvre leur propre solution de reporting est tout simplement trop coûteux et compliqué. En 2022, ils se tourneront de plus en plus vers des outils tiers en marque blanche qu’ils peuvent embarquer dans leurs propres plateformes, qui leur permettra de fournir à leurs clients (ou au public) des analyses de bonne qualité sans qu’aucun développement ne soit nécessaire. Les entreprises de BI qui comprennent cela auront une longueur d’avance sur le marché.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *