[DIAPORAMA] Cinq start-up de la data, spécialisées et autres…

Le 19 mai à la rédaction, nous recevions cinq start-up françaises pour nous parler de leur offre en matière de traitement de la donnée. Aujourd’hui, si les entreprises ont compris l’importance du sujet pour mieux piloter leur business, reste encore à trouver comment transformer cette data en information pertinente pour gagner en compétitivité. Voici donc cinq solutions à découvrir.

>> Le replay de la soirée du Club Alliancy Connect est disponible ci-dessous.

Safety Line verdit l’aviation

Créée fin 2010 à Paris par Pierre Jouniaux, ancien pilote de ligne et enquêteur principal au BEA, Safety Line (30 personnes) propose des solutions d’analyse et de structuration des données en temps réel pour la sécurité et l’efficacité des opérations aériennes et aéroportuaires. En clair, elle facilite la prise de décision par l’équipage au cours des vols ou par le personnel au sol lors des manœuvres dans les aéroports en se basant sur les données issues des boîtes noires, très peu exploitées. Une vingtaine de compagnies aériennes (dont Transavia, client historique et partenaire à long terme de Safety Line, déclare ainsi économiser 5 % par an de sa facture de carburant) utilisent déjà ses services et la société vient de signer un accord avec ADP pour optimiser les trajectoires au sol des avions… au niveau des aéroports parisiens (réduction CO²). De quoi pousser les réglementations dans ce secteur à évoluer, indispensable en cette période difficile.

Vekia simplifie la Supply Chain

La société lilloise (40 collaborateurs) propose une solution en mode SaaS, spécialisée dans l’optimisation de la gestion des stocks et des approvisionnements pour le retail ou l’industrie... Soit le pilotage de la Supply Chain grâce à la puissance des algorithmes, comme chez ses clients Leroy Merlin, Engie, Mr Bricolage, PSA, Biomérieux ou Orange… Dans un contexte marqué par la crise sanitaire et ses conséquences (confinements, nouveaux comportements du consommateur, difficultés d’approvisionnement…), la résilience de la Supply Chain nécessite en effet des solutions agiles et efficaces en termes de ROI, capables de se baser sur des données existantes dans l’entreprise, et parfois même de qualité moyenne. La reprise économique qui s’annonce est un gros enjeu pour Vekia qui vient de lancer sa nouvelle solution Vekia Engine, à greffer sur tout ERP ou CRM sans toucher aux interfaces utilisateurs.

Seald démocratise le chiffrement de bout en bout

Cet éditeur français de logiciels de protection de données a obtenu fin 2020 la certification CSPN (Certification de Premier Niveau) de l’Anssi pour son logiciel de chiffrement des données de bout en bout. Une avancée indispensable pour cette start-up parisienne née en 2016, qui souhaite conforter ses ventes cette année avant de se lancer dans une levée de fonds l’an prochain. « Depuis la crise sanitaire, notre cible a changé. De l’utilisateur final, nous nous adressons aujourd’hui aux éditeurs de solutions métiers pour des acteurs sensibles (OIV, médical). Ainsi, sans besoin de connaissance et de compétence en cryptographie, un développeur peut implémenter le plus haut niveau de protection au sein de ses applications et logiciels en quelques manipulations », explique Timothée Rebours, CEO et cofondateur de l’entreprise.

Golem.ai lit tous vos documents

Golem.ai (40 collaborateurs) a développé une intelligence artificielle, « éthique et explicable », basée sur les sciences du langage (et non le machine learning) pour automatiser certaines tâches à faible valeur ajoutée qu’est la lecture de documents complexes (mails, sms, relation client, factures, appels d’offres, rapports d’expertise médicale…). Une technologie que la société souhaite pouvoir désormais intégrer dans toute suite d’outils. De quoi supprimer le répétitif et le chronophage dans le monde de l’entreprise pour libérer du temps à ses collaborateurs ! Fondée en 2016, la start-up parisienne vient de lever 5 millions d'euros, après 1,3 million d'euros en 2018. Ses clients : de grands groupes internationaux à la PME comme Allianz, Macif, Manutan, Engie ou Docaposte… Une vingtaine d’embauches est prévue cette année, notamment pour se développer à l’international.

Monk automatise des tâches d’expertises grâce à l’IA

Spécialisée dans la détection de dommages automobiles via la reconnaissance visuelle (photos ou vidéos), la start-up Monk a été fondée en septembre 2019 par Aboubakr Laraki et Fayçal Slaoui, ingénieurs polytechnicien et centralien, sur l’idée de repérer automatiquement tout changement visuel sur un objet. Après avoir levé 2,1 millions d’euros auprès d’Iris Capital et de business angels au printemps 2020, Monk a conquis une quinzaine de grands clients tels que Getaround (ex-Drivy), spécialiste de la location automobile entre particuliers, et Porsche, comme des acteurs de la logistique et des sociétés d’assurance à qui elle permet d’optimiser les ressources de leurs experts (gestion de sinistres, état des lieux). Il y a deux mois la start-up a signé son premier contrat aux Etats-Unis, avec HGreg.com, un groupe de concessions automobiles. Elle devrait également annoncer cette semaine un partenariat stratégique avec un cabinet d’expertise d’assurance notamment.

 
Retrouvez l’intégralité de la présentation de ces cinq start-up faite par leurs dirigeants, lors de la rencontre digitale Alliancy Connect du 19 mai dernier :

 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nullam accumsan ut Lorem tempus tristique amet, elit.