Cet article fait partie du dossier

Quel numérique voulons-nous pour demain ?
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Alliancy soutient l’action d’Emmaüs Connect

Des millions de Français n’ont toujours pas accès à Internet… Une fracture sociale que la crise sanitaire que nous traversons depuis plus de dix-huit mois (et la dématérialisation des services publics qui s’en suit), accentue, mais que combat, chaque jour et à différents niveaux, l’association Emmaüs Connect sur tout le territoire.

Emaus ConnectHuit millions de Français sont encore coupés de service en ligne de première nécessité faute d’équipements numériques, encore plus indispensables depuis le début de la crise sanitaire. Et ce alors même que 2 millions d’entreprises ont des ordinateurs et smartphones qui dorment dans les placards…

Aussi, voulez-vous faire un don de matériel ? C’est ici !!

En quelques minutes, ce site vous permet de soumettre un don de matériel professionnel en quelques minutes (ordinateurs, smartphones et/ou tablettes avec chargeurs).

Emmaüs Connect s’occupe de les récupérer, de les confier à des reconditionneurs solidaires, puis de les distribuer aux structures sociales au plus près des personnes dans le besoin. Plus de 11 000 équipements ont déjà été traités par des reconditionneurs partenaires… Mais l’association peut aller beaucoup plus loin avec vous !

N’hésitez pas à partager cette information avec votre réseau professionnel ou au sein de votre entreprise ! C’est à la fois un geste solidaire et écologique fort.

A titre individuel, pour participer à l’opération #MonNoëlIdéal et déposer les smartphones que vous n’utilisez plus, vous pouvez également vous rendre dans les boutiques SFR, où une boîte est à votre disposition pour les y déposer. Non seulement votre ancien appareil sera remis en état (avec effacement des données personnelles qui pourraient encore y figurer !), mais il sera distribué ensuite à des personnes qui, sans votre aide, n’auraient pas pu s’en procurer. Pour rappel, le reconditionnement d’un smartphone produit 4 fois moins de CO² qu’en produire un nouveau. Une très bonne raison de passer à l’action.

Au-delà de pallier ce manque d’équipement et les inégalités sociales qu’il engendre, Emmaüs Connect propose également aux publics précaires des recharges prépayées (téléphone et internet) à tarifs préférentiels. L’association propose aussi différent ateliers (de courtes et longues durées) par des formateurs professionnels, généralistes ou personnalisés si le demandeur peine sur un usage numérique précis. Cela peut concerner l’utilisation de base d’internet (créer une adresse mail, remplir un questionnaire en ligne ou gérer ses mots de passe…) jusqu’à s’inscrire à Pôle Emploi, sur Ameli, à la CAF ou à sa caisse de retraite (public senior), tout comme prendre un RDV sur Doctolib, inscrire ses enfants à la cantine ou chercher un emploi pour de jeunes décrocheurs…

L’association, coprésidée par Marie Cohen-Skalli et Charlotte Bougenaux, compte aujourd’hui 13 points d’accueil physiques sur tout le territoire (y compris en zones rurales), dont 5 en Ile-de-France (3 dans Paris, 1 à Saint-Denis et 1 à Créteil). Au total, c’est plus d’une centaine de salariés qui travaillent dans ces structures, aidés de 300 bénévoles (à 50 % basés en Ile-de-France). Une action coordonnée pour la région capitale par Elodie Bouchot, présente lors de notre grande soirée annuelle Alliancy.

L’association compte 13 points d’accueil physiques sur le territoire, dont 5 en Ile-de-France (3 dans Paris).

« Sur un lieu physique, le public peut bénéficier de trois grands services, explique la jeune dirigeante, que ce soit la connexion téléphonique et internet ; l’équipement (vente de smartphone ou d’ordinateur portable) et son usage », explique la responsable régionale.

Pour les équipements, l’association cherche d’abord à reconditionner les matériels récupérés localement dans une démarche écologique. Dans le cas d’Ile-de-France, l’association travaille avec les Ateliers sans Frontières dans le 94 et Ecodair dans le nord de Paris. « L’enjeu est double aujourd’hui, poursuit-elle. Il s’agit de capter plus de gisements pour continuer à dynamiser le secteur du réemploi et de l’insertion. Mais le territoire aussi doit s’adapter, d’où l’importance de disposer d’offres de reconditionnement pour faire travailler de plus petites structures. »

L’association travaille enfin avec des salariés détachés par de grandes entreprises, qui s’engagent sur un volume horaire par semaine pour une durée allant de quelques mois à un an. Toute l’équipe d’Emmaüs Connect est à votre disposition pour en parler si vous le souhaitez.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *