Apprendre à apprendre chez Orange…

Orange s’engage à relever le défi des compétences pour que le monde numérique devienne source d’opportunités professionnelles pour ses 148 000 salariés et au-delà.

Valérie le Boulanger, DRH d’Orange

Valérie le Boulanger, DRH d’Orange

La numérisation de l’économie et ses effets sur le monde du travail nécessitent de s’adapter en continu ! Un sujet qu’Orange prend à bras le corps sachant que le groupe vit lui-même sa transformation : d’ici à 2025, sa physionomie sera plus internationale (50 % de l’effectif hors de France, contre 38 % aujourd’hui), plus orientée business (la part de l’effectif dédié au BtoB va doubler) et plus jeune… « Le groupe choisit donc de placer le défi des compétences au cœur de son nouveau plan stratégique Engage 2025 », déclare Valérie Le Boulanger, sa directrice exécutive des Ressources humaines, en détaillant lors d’une conférence de presse la politique de formation. Un chemin indispensable à l’heure où le groupe élargit son champ d’actions à l’heure de la fibre, de la 5G ou de l’IA… et se diversifie dans des métiers comme la banque ou la cybersécurité ou les services aux entreprises et aux territoires… tout cela sur un fond de rentabilité à améliorer.

Précédemment, Orange avait annoncé investir plus de 1,5 milliard d’euros dans un programme de développement des compétences et de reconversion professionnelle. Un engagement qui vise à renforcer, adapter ou renouveler les compétences de l’ensemble de ses collaborateurs, tout en s’adressant à de nouveaux publics externes afin de contribuer à la construction des viviers d’emploi de demain. « Nous souhaitons notamment doubler notre vivier d’experts et dépasser les 20 000 personnes dans les domaines de la virtualisation des réseaux, du cloud, de la donnée, de l’IA, du code et de la cyber-sécurité », poursuit la dirigeante.

Alliancy Connect : j'actionne cet article !
Ce sujet est une priorité ? Vous aimeriez rencontrer la personnalité interviewée ? Vous souhaiteriez partager votre expérience sur le sujet ? 

Deux autres chantiers seront développés. D’une part, développer dans tous ses métiers la pratique et les usages de la donnée, de l’IA et de la cyber-sécurité, en priorité au sein des équipes marketing et de gestion des réseaux. « Toutefois, ce sera l’ensemble des salariés d’Orange qui seront sensibilisés à ces nouveaux savoir-faire », explique Valérie Le Boulanger, qui entend enfin offrir à chaque salarié l’opportunité de développer ses « soft skills » (compétences sociales et émotionnelles) essentielles à terme, pour renforcer la dynamique collective au service du client, l’idée étant d’améliorer la coopération entre chaque salarié et le travail collectif au sens large. « Le groupe a d’ailleurs signé le manifeste des Soft Skills de JobReady en décembre dernier », précise-t-elle.

En termes d’outils pour y parvenir, le groupe compte tout d’abord innover en élargissant l’activité de son « Orange Campus », situé à Montrouge (Hauts-de-Seine) où ont été formés plus de 150 000 participants en dix ans à divers parcours de formation (il existe un réseau social d’entreprises dédié à ce thème au sein du groupe). Cette « école en réseau », en partenariat notamment avec des partenaires tels que le Cnam, HEC, l’Insead ou l’UIMM, proposera différents modules de formation autour de la data/IA, la cyber-sécurité, le management et les compétences pour tous (soft skills) aussi bien en interne qu’en externe. Et ce dans des lieux dédiés en France, comme dans toute l’Europe et en Afrique. « C’est une façon pour nous de faire face à la pénurie de compétences dans le secteur du numérique et d’attirer, puis de retenir, de nouveaux talents venus de l’extérieur, que ce soit en formation continue ou en reconversion ». Comme avec Kokoroé ou OpenClassrooms, le groupe compte renforcer ses partenariats pour proposer le meilleur en termes de contenus. C’est aussi tout le sens des accords noués avec « l’Ecole IA Microsoft powered by Simplon » et la Grande Ecole du Numérique.

Orange Campus

Orange Campus (c) Orange

Un 1er CFA interne adapté aux besoins du groupe

Le deuxième axe repose sur le déploiement à grande échelle, d’ici à 2025, de la Formation en situation de travail (FEST). Plus individualisé, ce format permet aux salariés d’apprendre et de progresser en situation réelle, avec le soutien d’un accompagnateur dédié, et sur la base d’objectifs définis avec leur manager. Désormais reconnu par la loi, ce dispositif favorise une montée en compétences directement opérationnelle. En 2019, plus de 500 salariés ont bénéficié de cette démarche en France et en Tunisie. Le groupe se fixe pour objectif de l’étendre auprès de 4 000 collaborateurs a minima en 2020. « Le présentiel ne va pas disparaître, a tenu à préciser la dirigeante. Mais notre écosystème des modalités d’apprentissage va s’enrichir. Cela permettra à tous de travailler le développement de ses compétences de diverses façons. Nous partagerons d’ailleurs nos expériences en la matière avec Enedis, Thales, Edf… »

Enfin, dernier levier, l’apprentissage : « Nous créons le 1er CFA Orange cette année ! Nous avons accueilli quelques 3 500 apprentis en France en 2019, en collaboration avec plus de 300 centres de formation, mais nous voulons aller plus loin en accédant à des formations professionnelles plus adaptées à nos besoins. » Adossé à Orange Campus, le CFA offrira donc dès la rentrée 2020, à cinq promotions de futurs diplômés, la possibilité de devenir technicien service client, ingénieur cloud, ingénieur et technicien en cybersécurité ou data analyst. Il sera ouvert aux jeunes en formation initiale et aux personnes en réorientation et permettra à Orange d’attirer de nouveaux talents aux profils diversifiés sur nos métiers prioritaires.

« Tout ceci est une transformation profonde pour l’entreprise. C’est pourquoi il faut aussi accompagner le corps social et associer nos salariés comme acteurs de ces changements. Il faut qu’ils apprennent, qu’il faut les aider…  Il faut donner du sens et de la visibilité d’où de nouvelles négociations avec les syndicats sur la GPEC dès mars prochain », conclut Valérie Le Boulanger qui reconnait que désormais « la data RH est plus que jamais fondamentale pour mieux connaitre la cartographie des compétences et trouver la formation à chacun qui va bien. « On ne veut pas forcer les gens. Il faut être force de propositions, mais le salarie doit être acteur. » On l’aura compris.

Le groupe Orange

  • Chiffre d’affaires 2018 : 41 milliards d’euros.
  • 148 000 salariés (septembre 2019), dont 88 000 en France.
  • Présent dans 26 pays, le groupe sert 268 millions de clients dans le monde (septembre 2019), dont 209 millions de clients mobiles et 21 millions de clients haut débit fixe.
  • Fin 2019, Orange a présenté son nouveau plan stratégique « Engage 2025 » qui vise à réinventer son métier d’opérateur, tout en accélérant sur les territoires et domaines porteurs de croissance et en plaçant la donnée et l’IA au cœur de son modèle d’innovation.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ipsum Aliquam id, libero felis fringilla