Avec sa première levée de fonds, Ask for the moon, veut faire de son IA bien plus qu’un chatbot

La start-up lancée en 2019 estime que l’intelligence artificielle peut aider à replacer l’humain au cœur des industries, en permettant le partage des savoir-faire. Avec cette levée de fonds, Ask for the moon souhaite investir en R&D pour rendre sa solution pertinente à l’échelle de métiers complexes. 

Clément Dietschy, fondateur d'Ask for the moon

Clément Dietschy, fondateur d’Ask for the moon

“La différence entre un chatbot intelligent et notre solution est quasiment philosophique”, affirme Clément Dietschy, fondateur d’Ask for the moon. Dans un secteur industriel en plein mouvement, l’objectif de la start-up est de faciliter les interactions entre humains. “Le savoir-faire se trouve dans la tête d’un humain, poursuit-il, Personne ne se lève le matin en voulant qu’un robot lui dise quoi faire dans son métier.” 

Les multinationales : cible d’Ask for the moon 

Dans une grande entreprise, il est parfois difficile de savoir quelle est la bonne personne à contacter lorsqu’une question est posée. La plateforme pensée par Ask for the moon, vise répondre à ce défi. “Tout le cœur de l’IA est de réussir à comprendre la question posée dans n’importe quelle langue et quel que soit le vocabulaire utilisé, pour fournir la réponse ou poser directement la question au collègue compétent, expert et pertinent”, explique le président de la société. Toutes ces informations vont ensuite venir alimenter l’IA. 

“Connecter les bons humains et leurs savoir-faire crée du lien, de la confiance, c’est plus important que de trouver les bonnes réponses, assure-t-il, c’est un vecteur de performance dans le futur.” Cette solution s’adresse aux entreprises industrielles qui comptent au moins 200 collaborateurs. Elle est néanmoins plus pertinente pour des grandes entreprises : “Plus il y a de complexité métier et de savoir-faire, plus il y a besoin d’une solution puissante”. Ask for the moon a d’ailleurs signé avec la multinationale française du nucléaire, Framatome, l’an passé.  

Avec cette première levée de fonds, la start-up va investir en R&D pour “développer sa plateforme, la mettre à l’échelle et au niveau de ces métiers complexes”. Avec les revenus engrangés côté client, elle va également développer sa force de vente et les aspects marketing. Un triplement des effectifs est prévu avant la fin de l’année 2022 pour atteindre une quinzaine de collaborateurs. 

carnet industrie dsi Faire passer l’industrie dans une ère 5.0 

Selon Clément Dietschy, l’industrie 5.0 va “remettre l’humain au centre et créer un développement durable des savoir-faire et des compétences dans l’entreprise”. Là où la génération précédente a surtout vu l’arrivée de l’IA et des technologiques aux seins des outils de production. Le président d’Ask for the moon estime que les aspects écologiques et sociaux vont avoir une place aussi prépondérante que les objectifs de rendement et de production. La start-up souhaite donc s’inscrire dans cette nouvelle ère en “valorisant, propageant et surtout protégeant les savoir-faire extraordinaires des entreprises industrielles”. 

La pandémie ou la guerre en Ukraine ont “également contraint les pays occidentaux à repenser leurs stratégies industrielles. L’époque est désormais à la réindustrialisation de certaines activités clefs. Derrière cette réindustrialisation, il y a le retour des savoir-faire industriels”, indique Clément Dietschy, avant d’ajouter : “La capacité d’une population de savoir-faire des métiers de haute technicité pour répondre aux besoins de la population et du marché est stratégique.” Cette conjecture tend à crédibiliser la solution d’Ask for the moon qui s’apprête également collaborer avec DEF, spécialiste de la sécurité incendie et le géant du BTP, Vinci. 


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *