CerbAir lève 5,5 millions d’euros pour renforcer sa technologie anti-drones

La jeune pousse parisienne crééé en 2015 au sein du startup studio Technofounders a annoncé ce jeudi 6 février avoir bouclé un tour de table de 5,5 millions d’euros. CerbAir conçoit des solutions anti-drone complètes ayant pour but de sécuriser les sites sensibles et les événements à risques. 

Lucas Le Bell, CEO de CerbAir.

Lucas Le Bell, CEO de CerbAir.

Aujourd’hui, il est estimé qu’environ 10 millions de drones civils sont en circulation et que ce nombre, en constante hausse, va dépasser les 50 millions en 2025. Bien plus que de simples jouets, ces drones peuvent devenir de sérieuses menaces s’ils sont utilisés à des fins nuisibles.

Les actualités évoquant des actes malveillants impliquant des drones, jusque-là ponctuelles, sont désormais quotidiennes. Les exemples se multiplient allant du trafic de contrebande dans une prison de haute-sécurité, à l’obstruction de la trajectoire d’un avion de ligne en passant par de nombreuses attaques revendiquées par ISIS en Syrie ou des tentatives d’espionnage industriel. Les drones remettent en question la sécurité de tous les sites sensibles et exigent une réponse appropriée.

La menace est d’autant plus présente qu’il est extrêmement facile de se procurer des drones, vendus en libre-service à des prix abordables, faciles à piloter et offrant des performances toujours plus importantes. De nombreux sites à risques, impuissants face à ce nouveau problème, recherchent désormais activement des solutions efficaces.

Face à ces nouvelles menaces, CerbAir utilise des technologies d’analyse de radiofréquences, intégrées dans ses systèmes anti-drone fixes, mobiles, embarqués ou portables, pour détecter la présence de tout drone civil jusqu’à 2km. Une fois la menace détectée et caractérisée, les contre-mesures de brouillage peuvent immédiatement neutraliser la menace en forçant les drones à atterrir.

Depuis le début de l’année 2017, la société a commercialisé avec succès plusieurs solutions anti-drone, notamment auprès de forces armées (Ministère des Armées français, Forces Aériennes Colombiennes), de nombreuses prisons, de sites industriels, d’aéroports internationaux, de villas de VIP ou de sociétés de sécurité.

Lors de sa levée de fonds d’1,5 millions en décembre 2017, CerbAir avait obtenu le soutien de nombreux investisseurs dont MBDA (missilier européen représenté par Denis Gardin), Jean-Michel Aulas par le biais de son family office HOLNEST et Technofounders, le startup studio français deep-tech qui a lancé CerbAir.

Pour écrire une nouvelle page de son développement, CerbAir a notamment obtenu la confiance de Boundary Holding, spécialiste de la cybersécurité, de Aubé Management, la holding d’investissement de Nicolas Aubé (groupe Celeste) ainsi que de Smart Move Holding (Cyril Balas). MDBA co-actionnaire historique de CerbAir ainsi que TF Participations (véhicule d’investissement du start up studio Technofounders) complètent le tour de table.

« Nous avons l’ambition de devenir la solution anti-drone de référence dans cette industrie en évolution rapide et constante. Notre approche modulaire permet de s’adapter aux besoins de clients très variés en offrant un des meilleurs rapports qualité-prix du marché. Parmi nos facteurs différenciants figurent la localisation du pilote, ainsi que détecter et clouer au sol un drone avant son décollage, et ce à plusieurs kilomètres de distance ! » explique Lucas Le Bell, CEO de CerbAir.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

accumsan ut massa felis vel, porta.