CNP Assurances s’organise pour un usage éthique de l’intelligence artificielle

Cet article a été publié originellement sur mydatacompany.fr

L’assureur CNP Assurances met en place une gouvernance de l’intelligence artificielle afin de garantir la prise en compte de l’humain et de l’éthique dans ses projets d’IA. L’entreprise nomme en outre un responsable de l’éthique de l’intelligence artificielle.

L’éthique s’impose comme un thème majeur dans le domaine de l’intelligence artificielle. Dans le secteur de l’assurance, plusieurs sociétés ont déjà pris des mesures pour favoriser sa prise en compte dans les projets.

C’est notamment le cas de Malakoff Médéric Humanis. Comme l’explique son chief digital officer, David Giblas, l’assureur a par exemple mis sur pied un « comité des sages » validant les finalités des cas d’usage.

 

 

Placer l’éthique au cœur de tout usage de l’IA

Une initiative comparable voit le jour chez CNP Assurances. L’entreprise annonce en effet la nomination d’un responsable de l’éthique de l’intelligence artificielle. Elle crée en outre un comité qualifié de « pluridisciplinaire et ouvert. » La mission de ce comité est « de placer l’humain et l’éthique au cœur de tout usage de l’IA. »

La finalité de cette gouvernance de l’intelligence artificielle est donc de veiller à l’usage responsable des outils d’IA. CNP rappelle en effet qu’il s’agit d’une condition « nécessaire pour créer de la confiance » et ainsi permettre son adoption et son acceptation.

Pour superviser les usages responsables de l’IA, l’assureur nomme donc un responsable de l’éthique de l’IA. Cette fonction est confiée à Xavier Vamparys, ex-directeur juridique de l’entreprise et chargé de mission IA. Le responsable de l’éthique est rattaché à Jean-Baptiste Nessi, directeur technique Groupe.

L’installation d’un comité IA et Ethique est également prévue. Celui-ci sera placé sous la responsabilité du secrétariat général et de la direction financière. Le comité comprendra des cadres de différentes directions : conformité, gestion des risques, juridique, RSE, mais aussi expérience client et systèmes d’information.

Cinq grands principes éthiques définis

CNP Assurances pourrait également ouvrir son comité éthique IA à des représentants du monde académique ou de la recherche, ainsi qu’à des experts des sciences humaines. Avant même la mise en service de ce comité, l’assureur a défini 5 grands principes pour le développement de projets d’IA.

CNP s’engage ainsi sur la transparence des outils d’IA, la lutte contre les biais et discriminations, et l’usage responsable de l’IA au travers par exemple d’un contrôle de sa fiabilité et ses impacts. L’assureur fixe aussi comme principes la protection des données et le respect de la vie privée. La dernière orientation : « Mettre l’humain au cœur des outils et processus d’IA. »

« Nous nous sommes dotés d’instances de gouvernance dédiées pour veiller au respect de nos principes et pour former et acculturer nos collaborateurs, informer nos clients et partenaires, en toute transparence, sur la mise en place de projets IA éthiques » insiste Antoine Lissowski, directeur général de CNP Assurances.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *