[Tribune] Cybersécurité : il est essentiel de bien former les talents de demain

Alors que l’ANSSI déclare avoir traité pas moins de 128 attaques par ransomware depuis le début de l’année, contre 54 en 2019[1], pour Dagobert Lévy, Vice-Président, South EMEA chez Tanium, il devient urgent de mettre en place une politique de formation afin de doter les étudiants des compétences en cybersécurité nécessaires pour relever les défis du monde post-Covid-19.

Dagobert Lévy, Vice-Président, South EMEA chez Tanium

Dagobert Lévy, Vice-Président, South EMEA chez Tanium

De nombreux départements IT se préparent déjà à affronter les menaces cyber de demain. Dès lors, le moment est venu de veiller à ce que la prochaine génération d’experts en sécurité informatique soit formée au mieux pour satisfaire aux besoins des entreprises. Les écoles, les universités et les organismes de formation sont en première ligne pour transmettre aux étudiants un socle de compétences techniques et humaines indispensables pour répondre aux futurs défis de la cybersécurité.

Une pénurie de main d’oeuvre qui met à mal la sécurité des entreprises françaises

La pénurie de talents en cybersécurité en Europe a de nombreuses conséquences : une surcharge de travail pour les équipes en place et une multiplication des failles de sécurité pour les entreprises n’arrivant pas à recruter. En France, ce ne sont pas moins de 8 500[2] offres d’emploi qui sont non pourvues dans le secteur de la cybersécurité.

A lire aussi : Hervé de Crevoisier (Thales) : « La crise nous a poussés à accélérer notre projet de transformation Next Gen IS/IT »

Parallèlement, la pandémie de Covid-19 et le recours massif au télétravail ont accentué l’importance de disposer des ressources nécessaires afin de relever les défis cyber au quotidien. Si l’investissement dans des solutions de sécurité adaptées est un prérequis, le recrutement de bons talents s’avère essentiel pour faire face à des cyberattaques de plus en plus nombreuses et sophistiquées. Dès lors, le rôle des universités et des écoles est prépondérant : ces dernières se doivent de réévaluer les formations dispensées, afin de s’assurer que leurs étudiants possèdent les compétences indispensables pour intégrer les entreprises.

Inscrire la cybersécurité au cœur du cursus scolaire

Afin d’attirer les talents, un effort doit être réalisé pour davantage intégrer la cybersécurité dans le parcours scolaire. Contrairement aux générations précédentes, les étudiants d’aujourd’hui sont des digital natives et ont été élevés avec les nouvelles technologies. Leur dépendance vis-à-vis d’internet met en exergue la nécessité d’acquérir des compétences en matière de cybersécurité, tant au niveau personnel que professionnel. 

Les talents de demain devront maîtriser l’architecture, l’administration et la gestion des systèmes d’exploitation, ainsi qu’adopter une vision d’ensemble pour saisir les enjeux liés aux données des entreprises et à leur stockage.

A lire aussi : Guide Cybersécurité : toutes les communes et intercommunalités sont concernées

De leur côté, les employeurs se doivent de recruter des jeunes diplômés aux profils variés mais aussi d’avoir recours à l’apprentissage. Ce faisant, les étudiants seraient plus à même d’acquérir une expérience professionnelle au cours de leur formation et ainsi être en capacité de choisir le métier qui leur convient le mieux, parmi l’ensemble des opportunités qu’offre la cybersécurité. Cependant, recruter n’est qu’une première étape. Aussi, les entreprises doivent mettre en place une formation continue afin de réussir à retenir ces talents. Un point également valable pour les équipes en place, car enrichir régulièrement ses compétences apparaît comme une nécessité, à l’heure où l’écosystème cyber est traversé par de profonds changements. 

S’adapter à un nouvel environnement professionnel

S’il est nécessaire de doter les étudiants de compétences en cybersécurité, leur fournir les clés pour évoluer dans un monde professionnel post-Covid-19 n’en est pas moins important. La généralisation de l’enseignement à distance a permis de sensibiliser les étudiants sur les réflexes cyber à adopter.

Cependant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Faute d’une sensibilisation et d’une sécurisation suffisante de leurs ordinateurs, certains peuvent faire courir un risque supplémentaire aux universités, au moment où les services IT sont surchargés par la mise en place de l’enseignement à distance. 

La cybersécurité est un secteur en pleine croissance qui manque cruellement de travailleurs qualifiés, une tendance valable en France comme en Europe. C’est en soutenant et en formant les générations futures que les entreprises pourront garantir leur protection dans un monde en constante évolution.

[1] Audition de Guillaume Poupard, DG de l’ANSSI, Commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, 4 novembre 2020

[2] Estimation du FONGECIF/Transitions Pro Ile-de-France, Janvier 2020


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ipsum vulputate, ut felis sit libero elit. justo nec Nullam porta.