Decarbonized City : un jumeau numérique pour Paris-Saclay

L’agglomération de Paris-Saclay a décidé de se doter d’un jumeau numérique afin d’accélérer sa transition écologique. Cette réplique virtuelle du territoire doit aider les élus à prendre des décisions face aux enjeux énergétiques actuels et à venir. Intitulée « Decarbonized City », la plateforme a été développée en coopération avec l’Institut de Recherche Technologique SystemX et Cosmo Tech, une entreprise spécialisée dans les jumeaux numériques simulables.

Saclay-jumeau-numerique-1 « Le projet Decarbonized City est issu d’un partenariat entre acteurs privés, institutionnels et collectivités territoriales. Il nous donne les moyens de mettre en œuvre notre politique en matière d’efficacité énergétique. C’est un outil très opérationnel, dont les débouchés sont multiples et extrêmement concrets », déclare Grégoire de Lasteyrie, Président de l’agglomération de Paris-Saclay.

A lire aussi : Diaporama : IntenCity vous plonge au cœur de l’innovation de Schneider Electric

Concrètement, Decarbonized City se présente sous la forme d’une véritable réplique virtuelle des 27 communes qui composent le territoire de l’agglomération de Paris-Saclay. Cette réplique virtuelle est construite à partir de données disponibles en open data mais aussi de jeux de données directement fournis par l’agglomération : configuration du territoire, données cadastrales, bâtiments, réseaux énergétiques, données de consommation et de production d’énergie, etc.

« À partir des données disponibles, nous avons modélisé le territoire Paris-Saclay et simulé des scénarios pour aider la prise de décision autour de futurs projets d’aménagements et déterminer par la même occasion, leurs conséquences écologique et économique », précise Paul Labrogère, Directeur général de l’IRT SystemX.

Les élus peuvent ainsi mesurer l’impact énergétique exact des futurs projets d’aménagement du territoire. Grâce à ce jumeau numérique simulable, ils peuvent tester virtuellement de nombreux scénarios d’aménagement, qu’il s’agisse de construire de nouveaux équipements, de rénover des bâtiments ou encore d’installer un réseau de chaleur urbain.

« Seul un jumeau numérique simulable est en mesure d’apporter aux décideurs politiques autant de visibilité sur l’avenir. Quels seront les impacts de mes décisions sur la qualité de vie des habitants ? Sur l’environnement ? Sur les coûts ? Dans un contexte d’incertitude, il faut être capable de simuler les futurs possibles, afin d’adopter la meilleure stratégie », explique Hugues de Bantel, Cofondateur et Directeur général de Cosmo Tech.

Pour chaque scénario testé, Decarbonized City mesure les conséquences sur la consommation et la production d’énergie, sur l’émission de gaz à effet de serre, sur la satisfaction des besoins des habitants, sur son coût et sa rentabilité, etc. La simulation permet ainsi aux élus d’optimiser leurs décisions. Ils peuvent choisir les solutions les plus adaptées à leurs objectifs et les dimensionner selon les spécificités propres à leur territoire.

Saclay-jumeau-numerique-2

Pendant la phase de développement de Decarbonized City, l’une des simulations testées par les trois partenaires a par exemple permis de déterminer qu’une commune pourrait réduire de 75 % les émissions de CO2 d’un quartier sur 20 ans en privilégiant la géothermie par rapport aux énergies fossiles, tout en préservant un tarif de l’énergie attractif. Une information précieuse pour l’agglomération Paris-Saclay, afin d’atteindre les objectifs de son Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET).

L’agglomération de Paris-Saclay a été l’une des premières collectivités franciliennes à démarrer, en 2017, l’élaboration d’un Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET). Ce programme d’actions s’étale sur six ans (période 2019 / 2024), pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l’air. Il précise les actions à mettre en œuvre pour atteindre des objectifs ambitieux pour le territoire à l’horizon 2030 :

  • Réduction de 34 % d’émissions de gaz à effet de serre (par rapport à 2012)
  • Réduction de 24 % de consommation énergétique (par rapport à 2012)
  • 20 % d’énergie renouvelable

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.