12/09 : Dîner du Cycle « Si et Transformation » : Du cloud à l’IA, comment accélérer sa transformation ?

En quelques années, les grandes entreprises ont pris le tournant du numérique en y investissant des moyens très importants. La DSI a dû composer avec ce changement et tout faire pour l’accélérer. Au milieu des expérimentations, des choix organisationnels et technologiques, elle est devenue de facto un moteur de la transformation. La DSI a activé des leviers comme le cloud, la mobilité et les analytics pour aider la métamorphose des métiers et de leur activité.  Une quinzaine de participants ont pris part au dîner organisé en partenariat avec Capgemini et ServiceNow, intitulé « du Cloud à l’IA, comment les grandes DSI peuvent-elles aller encore plus loin pour transformer leur entreprise ? ». Chacun a apporté un élément de réponse en expliquant les problématiques à résoudre, l’apport des technologies dans leur transformation ou les enjeux à venir. Diaporama à découvrir.

Photos : Jean Ratsimbazafy

Sylvain Fievet, directeur de la publication d’Alliancy

« Quelles sont pour vous les technologies et les choix qui vont le plus activer la transformation de votre entreprise pour l’année à venir ? », a interrogé Sylvain Fievet, directeur de la publication d’Alliancy, lors du dîner-débat qui a rassemblé une quinzaine de DSI, CDO et CTO. Les problématiques autour de l’intelligence artificielle ont été mentionnées, mais les enjeux auxquels sont confrontés les DSI ont prédominé. Les acteurs ont rappelé leur nécessité d’être proches des métiers pour leur proposer de nouveaux services rapidement, de trouver les bons outils technologiques et de démystifier leurs usages, d’assurer la sécurité des projets, le tout avec des ressources limitées. « Avec tous les chantiers complexes qui l’attendent, le DSI va devenir un super héros », a souligné Sylvain Fievet.

Faire face à la complexité de la technologie / Laurent Bédé, Directeur de l’innovation et nouveaux usages - Hermès

« La technologie n’a jamais été aussi complexe à appréhender. Blockchain et IA sont deux exemples emblématiques de concepts surexploités par le marketing des offreurs mais très mal définis et maitrisés par l’ensemble des acteurs ; intégrateurs compris. De nombreux cas d’utilisation qui semblent s’apparenter à l’univers de la Blockchain ou de l’IA sont en fait solutionnables avec des technologies plus matures et moins flamboyantes. Il y a donc un fort enjeu collectif de compréhension des usages et services que ces « solutions » sont susceptibles de porter et la valeur métier qu’elles peuvent produire. La DSI doit rester en maitrise de cet univers technologique et rester compétitive en « productisant » son offre vis-à-vis des métiers ; dimension produit intimement liée à la notion d’agilité.»

Des clients plus matures sur les sujets cloud / ServiceNow

« Les entreprises sont plus matures dans leur appréhension du Cloud et de son utilité pour les métiers. « L’une des tendances que l’on observe est la volonté d’adopter des plateformes Cloud pour accélérer la transformation et dépasser les silos organisationnels. Le développement des organisation DevOps encouragent cela », constate Philippe Breider, Sales Manager - IT Operation Management.»

L’apport des technologies dans le métier / Thomas Daubigny, CDO, VP Digital & Innovation - Bureau Veritas

« Les nouvelles technologies comme l’Internet des objets (IoT), les jumeaux numériques, la blockchain ou encore l’intelligence artificielle (IA) sont au cœur de transformation digitale de Bureau Veritas. Ma feuille de route est d’apporter ces technologies à nos ressources humaines et de les intégrer à nos processus pour améliorer notre efficacité mais également être source de croissance. Nous devons être à la hauteur d'une ère toujours plus numérique afin d'aider nos clients à mieux maîtriser leurs risques. Cela se traduit aujourd'hui par des projets très concrets telle que la modélisation d'actifs en 3D pour simuler les différents contraintes sur leur intégrité, l'usage du Machine Learning pour assister un expert dans sa prise de décision ou bien encore l'intégration de la blockchain dans la traçabilité alimentaire. »

William Dupuy, sous-directeur SSI de la DIRISI

« Le principal défi de la DIRISI est d’appuyer au quotidien les opérations militaires, tout en mettant en œuvre une infrastructure agile apte à accompagner l’ambition numérique du ministère.
Pour faire cela en intégrant les fortes exigences de sécurité qui sont les nôtres, nous devrons notamment maîtriser les projets dans l’ensemble de leurs phases au rythme élevé imposé par l’émergence du Devops.»

Patrick Eymard, DSI adjoint - ENGIE Ineo

« Chez Engie, la DSI de la Business Entité ENGIE Ineo (Génie électrique) se dirige vers une logique Cloud-First. L’effort concurrentiel nécessaire nous pousse vers cette voie (et ses avantages) car il faut en permanence innover pour continuer à apporter de la valeur business. Une difficulté rencontrée tiens dans la compréhension des nouveaux moyens technologiques associés et la mise en réalité (en production) de ceux-ci par les équipes SI. La notion d’expérimentation (try & fail) des innovations rencontrées n’est pas non plus « native » dans l’organisation managériale des grandes entreprises. C’est donc notre rôle d’expliquer en permanence ce sur quoi on travaille, ainsi que les enjeux auxquels la DSI cherche à répondre en boostant son innovation. »

La concurrence comme moteur / Emmanuel Fouche, DSI – Engie France B2C

« L’ouverture du marché à la concurrence a été un véritable enjeu pour Engie. Cela nous a permis de nous challenger et de développer agilité et capacité d’innover pour proposer de nouvelles offres et de nouveaux services à nos clients. Evidemment l’expérience client est le moteur de l’innovation, mais nous n’oublions pas l’expérience de nos collaborateurs et en particulier de nos conseillers client. Je m’aperçois que les acteurs de la DSI, avec ces nouveaux défis et avec surtout l’apport des nouvelles technologies, redécouvrent leur métier et sont très enthousiastes pour trouver les meilleures solutions répondant dans des délais courts aux enjeux business. Le métier du DSI se réinvente. Néanmoins, c’est aussi notre responsabilité en tant que DSI de ne pas nous disperser, d’avoir une vision, de savoir l’expliquer et surtout de ne pas oublier les fondamentaux du métier : un système d’information fiable, performant et disponible.»

Un rapprochement entre SI et métiers / Gilles Lévêque, CIO – Groupe ADP

Un des enjeux du Groupe Aéroports de Paris (ADP) concerne la coordination de nombreux métiers – les opérations aéroportuaires, la sécurité, les autorités, la construction ou encore le retail – dans le but de mieux servir nos clients passager et compagnies aériennes. Pour cela, la proximité entre le système d’information et les métiers est indispensable pour à la fois assurer la cohérence du SI tout en innovant afin de mieux comprendre les usages et besoins de nos clients passagers et adapter nos offres de services en conséquence. Un des défis est de répondre aux demandes croissantes des métiers tout en sélectionnant des technologies innovantes demandant l'apport de nouvelles compétences et des changements profonds dans nos organisations pour assurer l'agilité, la robustesse et la pérennité du SI.

Obtenir une pluralité de compétences / Capgemini

Le cloud est un sujet en entreprise depuis plusieurs années mais les DSI n’ont pas toutes établi de stratégie. « Néanmoins nous constatons une accélération de la pénétration du Cloud Public y compris dans des organisations qui y étaient réfractaires jusqu’à aujourd’hui.», explique Grégori Levesque, vice-président Capgemini Infrastructure Services. Capgemini s’organise ainsi pour répondre à leurs attentes. « Nous devons, comme nos clients, nous réorganiser en interne pour nous adapter à la demande. Nous adoptons désormais une posture d’hybridation pour être dans la co-construction avec eux et rassembler les métiers pour obtenir une pluralité de compétences », souligne Arnaud Balssa, vice-président Capgemini Consulting.

Une continuité / Marc Mencel, DSI - Nexter Groupe

« Notre challenge est de participer au développment et au transformation du Groupe. La DSI doit ainsi accompagner les collaborateurs et faire face aux nouveaux défis de la mobilité. Cela suppose de rendre le système d’information accessible à l’extérieur de l’entreprise, tout en y garantissant un accès hautement
sécurisé. Cette transformation digitale ne constitue pas à mes yeux une rupture mais une continuité. On ne doit pas se focaliser sur les nouvelles technologies mais avant tout promouvoir les nouveaux usages. »

Un changement culturel profond / Frédéric Novello, DSI - SNCF Transilien

Nous devons faire face à un changement de paradigme. Le DSI est devenu un métier disrupté par le digital, il doit retrouver sa place entre les collaborateurs de tous les métiers qui ont acquis des compétences IT et une infrastructure qui peut se construire à l’extérieur de l’entreprise grâce au Cloud. Le nouveau rôle du DSI est celui d’un animateur. Il doit rester le référent sur les sujets technologiques, un enjeu pour lui est d’augmenter sa technicité pour maîtriser la technologie. Ainsi, il pourra décoder de façon utile les transformations digitales qui « font le buzz » : derrière l’Intelligence Artificielle, concept vieux comme l’informatique qui est revenu à la mode récemment, se cachent des transformations industrielles profondes, pas forcément spectaculaires, que l’entreprise doit être en mesure de maîtriser. C’est un travail de fonds, qui doit être porté par une stratégie dans la durée et s’appuyer sur les capacités à se transformer de tous les collaborateurs de l’IT.

Un changement de culture / Sylvain Rogé, CTO - Groupe LOXAM

« LOXAM est le leader de la location de matériels pour le bâtiment, les travaux publics, les espaces verts, les services, l’industrie et l'événementiel. Notre enjeu est de digitaliser certaines activités manuelles en agence et de proposer aux clients une relation omnicanal afin de pouvoir rendre le meilleur service. Pour accompagner rapidement cette digitalisation, nous priviligions les offres sur-mesure proposées en SaaS plutôt que de construire nos services dans le cloud. Mon challenge est de piloter le changement culturel que doivent opérer les équipes IT pour rapidement implémenter et bien veiller au maintien en condition opérationnelle de la technologie au service de cette digitalisation. »

Conserver l’humain au cœur de la démarche / Thierry Scanff, DSI - Veolia

« Focaliser sa transformation sur la technologie est une fausse bonne idée, pour moi il faut l’axer sur l’humain et utiliser la technologie en levier. La difficulté réside dans la capacité à associer les compétences techniques et métiers pour ne faire qu'un depuis la conception à la réalisation d'un produit en commun. Les architectes cloud sont trop peu nombreux (dans mon service, je n’en ai véritablement que deux) et les métiers qui raisonnent MVP sont aussi peu nombreux. Nous avons mis au point une méthodologie pour les aider et s’assurer de mettre l’humain au cœur de nos projets.»

Anticiper les besoins futurs / Laurianne Thiebaut, DSI - Essilor France

« L’enjeu pour la DSI est d’anticiper les besoins à venir. Les opticiens n’ont pas encore tous fait leur transformation et l’on sait que l’intelligence artificielle va arriver dans le domaine de la santé visuelle. On sera déjà en retard si l’on ne prend pas en compte dès maintenant l'evolution des comportements des clients et des consommateurs. Par exemple, on peut imaginer que les gens demanderont à l’avenir à Alexa ce qu’ils doivent faire s’ils cassent un verre, au lieu de chercher un opticien sur Google. Il faut réussir ainsi se projeter pour être en avance de phase. C’est pour cette raison que nous tenons à être une DSI de proximité, pour être proche des métiers, comprendre leurs besoins et y répondre au mieux.»

Nous remercions pour leur présence à ce dîner :
- Laurent Bédé, CDO - Hermès
- Philippe Breider, Sales Manager - IT Operation Management - ServiceNow
- Thomas Daubigny, CDO, VP Digital & Innovation - Bureau Veritas
- William Dupuy, sous-directeur SSI de la DIRISI
- Patrick Eymard, DSI adjoint - ENGIE Ineo
- Emmanuel Fouche, DSI – Engie France B2C
- Gilles Lévêque, CIO – Groupe ADP
- Arnaud Balssa, vice-président Capgemini Consulting
- Grégori Levesque, vice-président Capgemini Infrastructure Services
- Marc Mencel, DSI - Nexter Groupe
- Frédéric Novello, DSI - SNCF Transilien
- Sylvain Rogé, CTO - Groupe LOXAM
- Thierry Scanff, DSI - Veolia
- Laurianne Thiebaut, DSI - Essilor France

Un dîner organisé en partenariat avec ServiceNow et Capgemini

Service Now

servicenow

Tout le monde mérite de grandes expériences au travail. Maintenant, les tâches de routine se déroulent en un clin d'œil, et les projets complexes se déroulent en douceur. Avec Now Platform®, tout le monde peut travailler sans effort entre les équipes, les silos et les systèmes. Quand les gens travaillent mieux, les affaires fonctionnent mieux.
Pour plus d'informations, rendez-vous sur : https://www.servicenow.com/

Capgemini

capgemini

Le groupe Capgemini s’est donné pour mission d’aider ses clients à améliorer leurs performances en créant et en proposant des solutions commerciales, technologiques et digitales qui répondent à leurs besoins, pour leur permettre d’innover et d’améliorer leur position concurrentielle. Capgemini met à leur disposition une gamme de services associant la maîtrise de quatre métiers, une forte expertise dans de nombreux secteurs d’activité et des offres « packagées » intégrant le meilleur des technologies disponibles.
Pour plus d'informations, rendez-vous sur : https://www.capgemini.com/fr-fr/

Retour sur le dîner du 12/09 :« Comment les grandes DSI peuvent-elles encore être moteur de l’accélération de la transformation de leur organisation ? »

Un dîner organisé en partenariat avec Capgemini et ServiceNow

capgemini

 

 

 

servicenow