Retour sur le dîner de la rédaction « Cloud et confiance : qu’est-ce qui change dans votre voyage vers le cloud en 2020 ? »

>> Qu’est-ce qui change dans votre voyage vers le cloud en 2020 ? Téléchargez notre guide dédié

Un dîner du cycle “Transformation du SI”

Comment la crise (et la reprise) change le voyage des entreprises vers un cloud de confiance ?

Retour sur le diner « Cloud et confiance en 2020 »

En une décennie, la dynamique du marché, les transformations mises en œuvre par les métiers et les DSI dans les entreprises, et leurs préoccupations en matière de sécurité, ont profondément changé le paysage cloud. En 2020, les questions géopolitiques et économiques ont été rendues encore plus aigües par la crise mondiale du coronavirus : la question de la confiance est revenue brutalement au centre du jeu. C’est dans ce contexte qu’Alliancy a invité le 13 octobre dernier plusieurs DSI pour partager leur propre stratégie.

Tous ont la conviction qu’un système bien sécurisé doit inclure des solutions proposées par les grands acteurs du cloud public. Mais s’en remettre à un tiers robuste en matière de chiffrement des données suffit-il à créer une relation de confiance ? Les entreprises ont tout intérêt à prévoir une porte de sortie face au risque d’enfermement technologique.

Alliancy vous propose un résumé des différentes réactions de nos participants sur les moyens de restaurer un équilibre des relations entre les entreprises européennes et les grands cloud providers. Au-delà de l’impératif de transparence, force est de constater qu’un contrôle plus strict de la data est nécessaire pour accéder au cloud de confiance.

Photos : Guillaume Ombreux

Sylvain Fievet, directeur de publication chez Alliancy :

« Comment les entreprises résument-elles la nature de leur effort cloud jusqu’à présent ? Qu’est-ce que la crise a changé ? À quel point la technologie est-elle facteur de confiance ? Quels nouveaux engagements attendre des opérateurs cloud pour les années à venir sur ces sujets ? Ce dîner de la rédaction a vocation à définir ce que signifie pour vous le cloud de confiance en 2020 »

 

Note de la rédaction : nous venons de sortir un Carnet d'Expériences sur le thème de ce diner,  à télécharger ici: www.alliancy.fr/carnet-cloud-de-confiance

Vous y découvrirez les témoignages de Carrefour, Société Générale et Berger Levrault, sur leur chemin vers le cloud et la confiance, à l’heure où la crise impose d’accélérer les transformations.

Bernard Gavgani, Group CIO de BNP Paribas :

C’est formidable de réfléchir à un contre-pouvoir européen en termes d'hébergement mais quel est le carburant ? Qui s’occupe de diriger ? Et qui peut réguler ? Gaia-X réunit un grand nombre d’acteurs mais leur rôle n’est pas clairement défini. Pour l’instant, les 40 millions d'euros investis ne font pas le poids face aux investissements en R&D des Gafam. Il faut absolument avoir une communauté assez régulée pour assurer le développement de nos propres solutions technologiques avec un degré de sécurité satisfaisant. Car pour les banques et les industries régulées par exemple, il n’y a pas d’autres choix que de s’en remettre à un tiers de confiance. Il n’est donc pas question aujourd’hui d’une relation de confiance mais plutôt d’un équilibre des relations.

Philippe Bourbotte, DSI de Experis France, filiale de ManpowerGroup

Il est de plus en plus difficile de faire confiance à des acteurs du cloud devenus plus forts que les Etats eux-mêmes. Par exemple, Microsoft est présent partout grâce à sa stratégie multisectorielle. Les données que nous lui confions sont critiques et concernent toutes les activités de l’entreprise, qu’il s’agisse de la stratégie, des activités du cœur de métier, ou de la gestion du back-office. Le lien de proximité que nous entretenions auparavant avec nos fournisseurs plus locaux a disparu. Donc le fait d’être partenaire avec des acteurs américains ou chinois ne signifie pas que nous leur accordons toute notre confiance. Pour qu’une maîtrise de nos données puisse se mettre en place il faut des datacenters localisés en Europe qui seront ainsi soumis à notre propre réglementation régionale, RGPD notamment.

Lionel Chaine, DSI de Bpifrance :

Je ne vois pas comment atteindre des objectifs satisfaisants en termes de sécurité, d’agilité et de scalabilité sans faire du cloud hybride aujourd’hui. Il n’y a plus de doutes sur la capacité des cloud providers à répondre techniquement aux besoins. Cependant dans certains cas d’usage la maîtrise des données sensibles nécessite de la réversibilité, de l’interopérabilité et de la souveraineté. Il est facile de mettre de la data dans un cloud mais, encore aujourd’hui, couteux de la récupérer en cas de réversibilité. Si les fournisseurs sont les banquiers de la Data, nous devons prévoir des normes et des contraintes pour réguler l’activité des cloud providers en Europe. Ce n’est pas simplement un enjeu de régulation mais le moyen de développer des offres compétitives et interopérables pour un partage de valeurs que les hébergeurs ont intérêt à développer pour lever les derniers freins à la bascule totale dans le cloud.

Ouafaa El Moumouhi, IBM Public Cloud Director de IBM France :

A ce stade, un contrat de confiance n’est pas suffisant pour avoir une relation d’égalité parfaite avec nos clients. C’est un flou que nous devons combler en proposant des technologies robustes en termes de sécurité. Le chiffrement dont le client auraient la propriété des clés de bout à bout peut permettre de rassurer et nous avons donc mis à disposition ce service de sécurité afin de garantir la confidentialité des données sensibles. Je crois fondamentalement qu’il faut redonner une autre dimension au public cloud, avec une approche plus sectorielle dans laquelle nous pouvons réunir les sociétés et les personnes autour de mêmes intérêts. Ces acteurs ont les mêmes contraintes et doivent donc travailler ensemble pour mutualiser leurs efforts.

Stéphane Calé, expert cyber sécurité :

Tant que la réversibilité des données ne sera pas garantie, la confiance entre fournisseurs et clients sera toujours compliquée à atteindre. Nous n’avons pas les mêmes intérêts et il ne faut pas confier ses données les yeux fermés. Il faut choisir de stocker cette data en fonction de son besoin en réversibilité. C’est un peu ce qui limite de la confiance que je peux accorder à mon hébergeur et il ne faut pas avoir peur de s’autoriser de partir ailleurs quand c’est possible.

Gilles de Richemond, CIO - Accor

En réaction au dîner-débat « Cloud de confiance » organisé par Alliancy en partenariat avec IBM et VMware le 13 octobre dernier, Gilles de Richemond, chief information officer du groupe Accor a accepté de partager sa vision du sujet de la confiance dans le cloud.

« L’expression « cloud de confiance » a vite fait de concentrer l’attention sur le sujet des données. En la matière, il existe des solutions techniques. L’essentiel est que l’entreprise ait les idées claires sur ce qui mérite vraiment d’être protégé et de quelle façon. Il s’agit d’analyse et de gestion du risque. Trop souvent, le sujet devient très dogmatique sur la localisation notamment.

[…]

Il existe aujourd’hui un énorme enjeu de confiance dans la réalité du « pay per use », de la variabilisation des coûts selon l’usage. Quand on parle de cloud, la souplesse est au rendez-vous technologiquement mais les opérateurs ne prévoient pas des contrats qui soient à la hauteur. La promesse d’agilité du cloud n’est pas entièrement tenue. C’est devenu un problème d’autant plus aigüe dans le contexte de crise actuel. » souligne-t-il.

Anthony Cirot, France Country Manager & Vice-President de VMware :

Le cloud est indispensable pour automatiser ses processus et piloter des logiciels dans toutes les couches d’infrastructure. Mais cela n’empêche pas de prendre de la hauteur sur la question de l’enfermement technologique. Je suis convaincu que la confiance se rapproche du contrôle. Si nous avons le contrôle sur nos données, notre sécurité et nos dépenses, nous serions plus à même de faire confiance. Le projet de cloud souverain en Europe peut être une réponse mais pour l’instant nous avons affaire à une simple marketplace. Il faudra voir à l’avenir ce que proposent les hyperscalers.

Carnet d'expériences Alliancy Cloud et ConfianceIBM est le leader mondial du cloud d’entreprise avec des offres de cloud privé, public et hybride qui procurent l’envergure mondiale dont les entreprises ont besoin pour soutenir l’innovation dans tous les secteurs.

IBM Cloud propose aux entreprises le cloud le plus ouvert et le plus sécurisé du marché, une plateforme multicloud hybride de nouvelle génération, des fonctionalités avancées de données et d’IA induisant une véritable différenciation et une expertise approfondie des entreprises dans 20 secteurs d’activité.

Choisir IBM Public Cloud vous permettra de bénéficier de :
– une évolutivité IT et une agilité business accrues
– une Sécurité et une conformité les plus élevées sur le marché
– une mise sur le marché accelérée de vos projets, pour accroître les revenus de votre entreprise
– Une plateforme pour induire une véritable innovation grâce à un catalogue de plus de 190 services
– une accélération de l’innovation tout en réduisant les coûts et les risques
– le partenaire n°1 de VMware
– les serveurs certifiés SAP les plus puissants dans le cloud
– la normalisation et la portabilité n’importe où de vos workloads

Pour en savoir plus, visitez notre site web : https://www.ibm.com/fr-fr/cloud

Carnet d'expériences Alliancy Cloud et ConfianceLes logiciels VMware sont au cœur des infrastructures informatiques mondiales les plus complexes. Les offres de la société en matière de cloud computing, de modernisation des applications, de réseau, de sécurité et d'espace de travail numérique permettent à ses clients de mettre à disposition n’importe quelle application sur le cloud et le périphérique de leur choix. Basée à Palo Alto, en Californie, VMware met tout en œuvre pour un impact positif sur la société à travers ses innovations technologiques. Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://www.vmware.com/company.html 

Nous remercions nos invités pour leur présence à ce dîner-débat et pour s’être prêtés au jeu des échanges et du partage, ainsi que nos partenaires, qui ont permis l’organisation de ce diner. En écho à son crédo « travailler ensemble pour innover plus vite », la rédaction d'Alliancy a créé les diners de la rédaction. Ce sont des soirées d’échanges, de débats et de prospectives qui réunissent 10 à 15 invités, les dirigeants qui construisent, jour après jour, la révolution numérique de leur entreprise. L’objectif : se rencontrer, partager ses problématiques, s’inspirer et réfléchir ensemble aux grands défis auxquels ils font face.

Téléchargez notre Carnet d'Expériences sur le même thème www.alliancy.fr/carnet-cloud-de-confiance

Vous y découvrirez les témoignages de Carrefour, Société Générale et Berger Levrault, sur leur chemin vers le cloud et la confiance, à l’heure où la crise impose d’accélérer les transformations.

 

Les entreprises et les Etats sont-ils sortis du dogmatisme sur le sujet du cloud ? En une décennie, la dynamique du marché, les transformations mises en œuvre par les métiers et les DSI dans les entreprises, et leurs préoccupations en matière de sécurité, ont profondément changé le paysage cloud. En 2020, les questions géopolitiques et économiques ont été rendue encore plus aigüe par la crise mondiale du coronavirus : la question de la confiance est revenu brutalement au centre du jeu. Mais dans ce contexte, au-delà de la relation de confiance avec un prestataire en particulier et dans un contexte réglementaire en tension grandissante : que veut dire aujourd’hui avoir confiance dans le cloud ?
 
 
La crise a mis sous pression les entreprises autant qu’elle a mis en avant l’importance des capacités numériques pour leur résilience. Elles sont donc amenées à préciser beaucoup mieux leurs attentes, leurs cibles de transformation et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre avec le cloud. En ce sens, les déceptions causées ces dernières années par certaine promesse « move to cloud » trop audacieuses pèsent dans la balance. Beaucoup d’organisations ont migré ce qui était simple à changer, et ont appris à développer « pour le cloud »… Reste alors l’épineuse question de leur existant plus difficile à adresser. Ce contexte conduit immanquablement à une autre interrogation : jusqu’où l’effort va-t-il en valoir la chandelle ?
 
Définition de la confiance et effort de transformation. Ces deux aspects sont profondément liés car ils influent souvent l’un sur l’autre. D’autant plus dans un contexte d’incertitudes économique, sociale et sanitaire. Réponses aux besoins métiers, excellence opérationnelle, mais aussi recherche d’innovation, temps de migration, risque de vendor lock-in… Les DSI n’ont jamais eu autant intérêt à passer en revue, sans concessions, tous les facteurs croisés qui permettent de définir l’effort nécessaire pour bénéficier d’un cloud de confiance et provoquer la transformation du patrimoine numérique de l’entreprise.
 

Ce dîner-débat de la rédaction Alliancy proposait aux DSI, CTO et RSSI de venir partager leur vision sur la place que prennent la confiance et l’efficience dans leurs transformations cloud.

  • Comment les entreprises résument-elles la nature de leur effort cloud jusqu’à présent ? Qu’est-ce que la crise a changé ?
  • Réversibilité, open source, chiffrement… A quel point la technologie est-elle facteur de confiance ?
  • Quels nouveaux engagements attendre des opérateurs cloud pour les années à venir sur ces sujets ?

 

————

Ce dîner s’adressait aux DSI, CTO et RSSI des grandes entreprises.

———–
Un dîner organisé en partenariat avec IBM Cloud

IBM

IBM est le leader mondial du cloud d’entreprise avec des offres de cloud privé, public et hybride qui procurent l’envergure mondiale dont les entreprises ont besoin pour soutenir l’innovation dans tous les secteurs.

IBM Cloud propose aux entreprises le cloud le plus ouvert et le plus sécurisé du marché, une plateforme multicloud hybride de nouvelle génération, des fonctionalités avancées de données et d’IA induisant une véritable différenciation et une expertise approfondie des entreprises dans 20 secteurs d’activité.

Choisir IBM Public Cloud vous permettra de bénéficier de :
– une évolutivité IT et une agilité business accrues
– une Sécurité et une conformité les plus élevées sur le marché
– une mise sur le marché accelérée de vos projets, pour accroître les revenus de votre entreprise
– Une plateforme pour induire une véritable innovation grâce à un catalogue de plus de 190 services
– une accélération de l’innovation tout en réduisant les coûts et les risques
– le partenaire n°1 de VMware
– les serveurs certifiés SAP les plus puissants dans le cloud
– la normalisation et la portabilité n’importe où de vos workloads

Pour en savoir plus, visitez notre site web : https://www.ibm.com/fr-fr/cloud

————–
Les dîners de la rédaction – Qu’est-ce que c’est ?

Prochain diner de la rédaction Alliancy le 28/04 sur le Cloud Prochain diner de la rédaction Alliancy le 28/04 sur le Cloud

Prochain diner de la rédaction Alliancy le 28/04 sur le Cloud Prochain diner de la rédaction Alliancy le 28/04 sur le Cloud

 

En écho à son crédo éditorial, la rédaction a souhaité proposer des soirées d’échanges, de débats et de prospectives pour se poser et réfléchir ensemble aux transformations qui impactent l’activité des entreprises, des cités, des filières ou des métiers.

A travers ces débats, Alliancy souhaite confronter les acteurs qui construisent cette révolution et ceux qui la vive au jour le jour, pour apporter des éclairages différents sur ces innovations.

La tradition française voulant que les grandes idées émergent autour des meilleurs repas, la rédaction propose ainsi tous les deux mois à des dirigeants d’entreprise, des experts de technologies innovantes et des journalistes dans leur rôle d’observateurs de la société de venir discuter sur un sujet d’actualité autour d’une bonne table.

Les dîners-débat de la rédaction, ce sont des dîners intimes, qui se déroulent à la rédaction, autour de 10 invités pour débattre et anticiper les grandes mutations de vos métiers.

Donec velit, Phasellus vel, tristique Praesent