Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Retour sur le dîner de la rédaction « Transformation »

Dîner du 8 juillet 2015
PDG et DSI, qui est le moteur d'évolution de l'entreprise ?

Les invités de ce dîner-débat de la rédaction, parmi lesquels Veolia, Société Générale CIB, Colas, Celio ou encore UGC ont accepté d’échanger le temps d’une soirée sur leurs enjeux organisationnels, la transformation de leur DSI et l’évolution de leur stratégie face aux changements d’usages et à la pression de leurs marchés respectifs.

Retrouvez les réactions des invités dans ce diaporama.

   Photos : Guillaume Ombreux

 

Jean-Claude Viala, DSI de RTE

« Le monde de l’énergie change : baisse des coûts, inter-connexion européenne, développement de la production intermittente, smart grids… Demain les pylônes haute-tension seront fabriqués en impression 3D, changeant la donne logistique, et la consommation des foyers sera pilotée en fonction des productions disponibles. Cette transformation dite « numérique », n’est pas une transformation de l’IT : c’est toute l’entreprise qui change. Or, beaucoup de personnes n’en ont pas encore conscience.

Que peut faire un DSI à son niveau ? Déjà, arrêter de croire qu’il détient le savoir « numérique » et que le changement viendra de sa seule recette. Ensuite arrêter de penser uniquement en termes d’infrastructures et de technologies. Au sein de RTE, je suis directeur des métiers SI et télécom en charge, entre autres, de la DSI. Derrière ces termes, la subtilité, c’est que je coordonne tous les programmes métiers à connotation SI et télécom. La DSI compte 400 personnes ; les collaborateurs des métiers SI et télécoms, le double. Tout l’enjeu est bien d’assurer le lien qui permettra à l’innovation de ne pas se perdre à la DSI et d’être sponsorisé par le métier pour avancer.

Dans l’entreprise en transformation, l’avenir est à l’ouverture, à l’intelligence collective, à l’adaptation situationnelle. Ceux qui restent accrochés à leurs métiers tels qu’ils l’idéalisent sont déjà en train de disparaître. »

 

Christophe Lienard, Directeur des équipements et de l'innovation de Colas 

« L’un des 7 axes de travail du Colas Innovation Board que nous avons lancé en 2014 est la transformation numérique. Notre secteur connait effectivement de nombreux changements : la modélisation 3D des chantiers, les scans 3D, les engins connectés, autonomes, mais aussi les smart constructions ou encore l’usage de plus en plus important de drones, par exemple pour effectuer des relevés de terrain… Les routes de demain seront connectées aux véhicules qui les emprunteront. Nos métiers changent à toute vitesse ! Pour faire face, la mission innovation est, chez nous, directement portée par le PDG. Des usages internes ont changé : tout n’est plus lié à la R&D, qui était très orienté « produit » et moins « business ». En la matière, la création du Colas Innovation Board a permis d’embarquer tout le monde dans la dynamique de transformation, des acteurs les plus techniques jusqu’aux opérationnels. Et d’aller vite pour ne pas laisser les bonnes idées mourir, faute de prise de décision. »

Laurent Rousset, CIO de Celio 

« Les impacts de la transformation numérique se voient en cascade. Les tablettes, par exemple, nous ont confrontés à des changements forts chez nos clients, mais aussi chez nos propres collaborateurs. Cela fait plusieurs années que les modèles de rentabilité du secteur ont changé, le m² n’est plus la référence. L’enjeu est de se saisir de nouveaux business model. Les questions : l’entreprise en est-elle capable en l’état et le DSI est-il le mieux placé pour y arriver ? Cela fait 20 ans que la mort du DSI est annoncée, c’est le marronnier de la profession. Aujourd’hui, son travail n’est pas de livrer de la puissance de calcul, mais bien d’être porteur d’adaptation pour l’entreprise, et d’agir en symétrie avec les nouveaux usages que celle-ci constate. Le DSI doit donc animer la transformation et cela tombe bien : il reste l’homme le plus adaptable dans l’entreprise. »

Damien Giroud, directeur France Solutions Datacenter – Schneider Electric

« Les changements sont majeurs à tous les niveaux. Dans notre activité industrielle, les logiciels et technologies propriétaires dominaient : aujourd’hui, nous allons vers toujours plus d’ouverture, d’interopérabilité… et les conséquences sont nombreuses. Les interlocuteurs changent, les besoins et les logiques aussi. Mais il ne faut pas oublier que derrière ces transformations, les enjeux liés à la donnée, sa disponibilité, sa sécurité, sa restitution, sont clés. Et ces « data » ne se contentent pas d’exister dans un « nuage » virtuel : les infrastructures perdurent, et avec elles naissent de nouvelles questions. C’est la partie immergée de l’iceberg ; comment accompagner au mieux ces changements que beaucoup ne perçoivent pas ? » L’infrastructure « Datacenter » a un rôle essentiel à jouer dans cette nouvelle économie numérique pilotée par la donnée : d’une part pour accompagner son développement. Mais surtout pour réduire son empreinte carbone grâce à une conception éco-responsable. »

Jean-Michel Mougeolle, DSI de Mikit

« Dans le secteur de la construction, peut-être que l’impression 3D va être une vague complètement renversante pour les acteurs installés. Comment s’y préparer ? Le rôle du DSI doit être de souffler l’innovation à l’oreille des directions métiers et de laisser l’idée faire son chemin. Dans ce cadre, l’avantage de technologie comme le Cloud, c’est de laisser la liberté et le temps de pouvoir se concentrer sur cela, plutôt que sur les infrastructures elles-mêmes. La diversification permise par la transformation numérique est très intéressante pour permettre à la DSI de jouer ce rôle différent. »

Thierry Scanff, ex Directeur Général de Veolia Environnement Technologies en charge à la DSI Groupe des projets initiés par la Direction Innovation et Marchés

« Sur l’ensemble de nos métiers, Veolia est en pleine mutation. Depuis juillet 2013, la direction générale a réalisé une transformation du Groupe dans laquelle l’innovation est clé. Et au-delà de la technologie, c’est bien une transformation de business model que nous devons gérer. L’impact sur les hommes, les processus, les outils étaient tout aussi réel il y a quelques années, mais le tempo était moins intense, ce qui permettait de compenser et de s’adapter plus progressivement. Aujourd'hui, le rythme est tel qu'il impose aux nouveaux entrants de se concentrer immédiatement sur les services innovants à offrir à nos clients. Nous devons œuvrer sur ce tableau, tout en s'appuyant sur nos expériences passées.  Ce ne sont pas les idées qui manquent ! Nous avons plus de 160 projets innovants à réaliser dans les 3 ans à venir, dont certains concernent de tous nouveaux marchés et business models pour nous. Pour avancer, il faut une osmose entre le PDG, la DSI et les métiers… la DSI n'étant pas un bunker de l’innovation sous l’étiquette « technologie » ».

Philippe Tavernier, président de Numergy

« Cela fait 3 ans que nous accompagnons l’externalisation des entreprises vers le Cloud. Ce que nous constatons, c’est que la dimension organisationnelle, agile, est complètement clé pour que l’entreprise, et la DSI, tirent parti de ces technologies. Les entreprises maîtrisent bien le discours sur l’innovation, sur l’urgence de passer à de nouveaux modèles… mais la réalité est souvent très différentes pour des raisons sociales, économiques, ou même de politique interne. Il faut donc que ces discours soient aujourd’hui accompagnés d’une conviction et d’une action forte de la part des dirigeants, pour que la transformation ne reste pas lettre morte. »

Laurent Kobrin, DSI de UGC

« Comme beaucoup d’industrie, le cinéma est amené à changer profondément. Depuis son invention il y a plus de  120 ans, notre secteur a vu s’imposer de nombreuses innovations technologiques. Mais ces dernières années, c’est le modèle de consommation lui-même qui change. La digitalisation du parcours client est un sujet de fond : il faut savoir se remettre en cause, pas se dire qu’une nouvelle technologie résoudra l’équation. Et l’urgence est là, car on a vu dans d’autres secteurs des biens culturels comme la musique ou le livre, qu’il peut y avoir des destructions de valeur. A notre niveau, l’enjeu est donc de transformer un « produit » en une expérience : de savoir prévoir et profiter de « l’avant » et de « l’après » séance de cinéma, en s’inspirant par exemple de ce qui se fait dans le secteur du tourisme. Au niveau de la DSI, notre rôle n’est plus seulement de nous assurer du bon fonctionnement de la billetterie ou de la programmation; nous devons également pouvoir accompagner de façon proactive nos équipes métiers sur l’amélioration de chaque étape du parcours client. »

Sylvain Cazard, Directeur Général France, VMware

« Quand on aborde avec les dirigeants cette question de la transformation numérique et le changement que cela implique, notamment pour leur DSI, les enjeux sous-jacents en termes de technologies sont souvent assez mal perçus. Pourtant, il y a un réel besoin de ces briques technologiques pour porter les nouveaux usages et business models dans les entreprises. Il y aura des enjeux majeurs d’infrastructures par exemple, qui vont tendre vers une logique de « consommation de l’énergie numérique » tout comme on consomme l’électricité... Qui portera le plus efficacement ces sujets ? »

Mounir Chaabane, Digital Security Professional / Privacy, Quality & Transversality oriented

« Dans le cadre de la transformation numérique, le gain d’autonomie offert aux utilisateurs grâce à la technologie est particulièrement intéressant pour les entreprises. Il s'agit de transformer ce gain en richesse. Au-delà de savoir qui initie la transformation dans l’entreprise, posons-nous aussi la question de la création et de la transmission du savoir-faire interne. Les compétences nécessaires à l’exploitation de ce gain ne seront peut-être plus l'exclusivité des traditionnelles Ressources Humaines. Les postes de Directions sont des "mentors" naturels pour l'enrichissement du savoir-faire; Le DSI ne peut-il pas s’emparer de ce nouveau rôle dans sa propre transformation ? »

Yann Barthelemy, responsable études et développements de Société Générale CIB

« Un des enjeux majeurs de la transformation digitale pour les DSI est de recruter les bonnes compétences techniques et informatiques. Nous sommes toujours à la recherche des meilleurs experts pour accompagner notre transformation notamment avec notre approche Continuous Delivery. Les DSI ont de plus un enjeu managérial pour accompagner l’ensemble de leurs collaborateurs dans la transformation digitale et le Continuous Delivery ; qui nécessitent une adaptation non seulement des compétences techniques, mais aussi des pratiques de développement des applications. »

François Papini, Directeur Général Beaumanoir Business Services

« Un DSI traditionnel aura du mal à « discuter » avec le nouveau monde digital, car son rapport au temps n’est pas celui qui prévaut aujourd’hui, alors que nous vivons dans l’accélération permanente. Bien sûr, chaque trajectoire d’entreprise est différente… quand ce sont par exemple les fondateurs d’une société qui sont encore aujourd’hui à sa tête, imaginez ce que représente une évolution majeure de l’activité, par rapport à leur vision initiale ! Mais malgré la valeur que l’on voit siphonnée par ces évolutions rapides, c’est une chance de vivre une telle époque : se réinventer en permanence revient aussi à devenir meilleur et à refuser la stagnation. »

Nous remercions, pour leur présence à ce dîner :

  • Jean-Claude Viala, DSI de RTE
  • Christophe Lienard, Directeur des équipements et de l’innovation de Colas
  • Laurent Rousset, CIO de Celio
  • Damien Giroud, directeur France Solutions Datacenter – Schneider Electric
  • Jean-Michel Mougeolle, DSI de Mikit
  • Thierry Scanff, ex Directeur Général de Veolia Environnement Technologies en charge à la DSI Groupe des projets initiés par la Direction Innovation et Marchés.
  • Philippe Tavernier, président de Numergy
  • Laurent Kobrin, DSI de UGC
  • Sylvain Cazard, Directeur Général France, VMware
  • Mounir Chaabane, Digital Security Professional / Privacy, Quality & Transversality oriented.
  • Yann Barthelemy, responsable études et développements de Société Générale CIB
  • François Papini, Directeur Général Beaumanoir Business Services

Un dîner organisé en partenariat avec : 

logo-schneider-600x120

Schneider Electric est le spécialiste mondial de la gestion de l'énergie et des automatismes et a réalisé 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014. Nos 170 000 collaborateurs répondent aux besoins de clients dans plus de 100 pays en les aidant à gérer leur énergie et leurs processus de manière sûre, fiable, efficace et durable. Des interrupteurs les plus simples aux systèmes d'exploitation les plus complexes, nos technologies, logiciels et services permettent à nos clients d’optimiser la gestion et l’automatisation de leurs activités. Nos technologies connectées contribuent à repenser les industries, à transformer les villes et à enrichir les vies de leurs habitants. Chez Schneider Electric, nous appelons cela : Life Is On*.
schneider-electric.fr
*La vie s'illumine

Un dîner organisé en partenariat avec : 

logo-vre-600x120

VMware est le leader mondial des infrastructures de cloud et de la mobilité d’entreprise. En s’appuyant sur son expertise de la virtualisation, numéro 1 du marché, VMware propose un nouveau modèle de Systèmes d’Informations audacieux, fluide, instantané et sécurisé. Les clients peuvent innover plus vite en développant rapidement leurs applications, en les déployant automatiquement et en les utilisant de façon plus sécurisée. vmware.com/fr/