Retour sur le workshop « Accompagner l’humain dans la digitalisation : quels quick-wins mettent en avant les Chief Digital Officers ? »

Alors que les organisations ont dû accélérer leur transformation numérique face à la crise sanitaire, les objectifs à relever pour les dirigeants apparaissent colossaux. En effet, les systèmes d’information complexes des grandes entreprises sont difficiles à changer rapidement, sans provoquer des remous ou n’aboutir qu’à la création de gadgets. Et, menée au pas de charge, la digitalisation risque de laisser de nombreux collaborateurs sur le bord de la route.

Dans cette équation, les Chief Digital Officers tiennent une place particulière. Leur positionnement transversal leur permet d’œuvrer sur l’évolution des modes de travail et des processus, plus encore que sur la dimension technologique. Ils se retrouvent à la rencontre des mondes du numérique et de l’Humain, au moment même où les dirigeants d’entreprise remettent le « care » au centre de leur stratégie. L’expérience de la crise a en effet poussé à interroger plus que jamais les notions de bien-être au travail, de pertinence des processus et des outils, et de simplification du quotidien pour les collaborateurs. Les projets d’un CDO peuvent dépasser la seule notion de productivité pour « investir dans l’humain ».

Alliancy a organisé en partenariat avec Iterop, un workshop « Les Défis d’un nouveau monde » afin d’aborder différentes questions avec une sélection de Chief Digital Officers et Directeurs innovation : quelles sont les actions et projets qui construisent le plus sa légitimité ? Sont-ils capables de concilier une vision de long terme du changement de l’activité de l’entreprise et des quick wins qui permettent de fédérer ? Et quels sont les outils et méthodes sur lesquels ils s’appuient pour y arriver ?

Nathalie Doré, Chief Digital and Acceleration Officer – BNP Paribas Cardif

« Lors de la crise, il y a très vite eu la volonté de travailler le "new normal". Il n'était pas envisageable de revenir en arrière. Nous avons imaginé l'après crise avec plus de télétravail. Nous avons co-construit ce new normal avec nos collaborateurs en prenant en considération leurs besoins et leurs attentes. La question du bon usage de la technologie est centrale pour mettre en place cette hybridation. Cela nous a conforté dans notre ambition d’utiliser le digital au-delà des sujets de distribution, de services et d’innovation. »

Stéphane Gervais, VP Innovation Stratégique - Lacroix Group

 « Pendant la crise sanitaire, il est devenu évident que les collaborateurs n'étaient pas tous égaux face au numérique. Un accompagnement plus poussé devenait nécessaire... Jusque-là, le déploiement des outils digitaux était décidé de façon centrale, sans se préoccuper de leur adoption : cela doit changer. Désormais, il faut aussi compenser la digitalisation avec plus d'humain, et une plus grande implication du management envers les collaborateurs. Cette crise a permis d’ouvrir le champ des possibles. Il faut donc continuer à inventer et à transformer tout en alliant vision et sens. » 

Frédéric Gimenez, Chief Digital Officer and Directeur de la Digital Factory – TotalEnergies 

 « Pendant la crise, le digital a été un outil très puissant et très adapté pour nous permettre de franchir cette épreuve. Après cette étape de déploiement massif et rapide des outils digitaux de collaboration, nous accélérons sur la digitalisation des activités business en nous assurant de l'utilité des outils construits. L’objectif est d'aider nos collaborateurs à mieux travailler en nous focalisant sur leurs besoins grâce à l'interaction permanente que nous avons avec eux. Nous voulons nous assurer que ce que nous construisons sera facilement utilisable et donc adopté. C'est un changement important. Nous remettons de l'humain, le collaborateur au cœur de la transformation de son activité et donc au cœur de nos projets. » 

Marie-Luce Godinot, DGA Transformation Numérique, Systèmes d’Information, Innovation et Développement Durable – Bouygues Construction

 « La crise sanitaire a fait sauter des tabous... Des choses qui n'étaient pas possibles sont devenues possibles du jour au lendemain, ne serait-ce que faire certaines réunions à distance, et simplement télétravailler...  En quelques mois, nous avons parfois gagné 5 ans sur la digitalisation !  Ce qui est important, c’est que cela ait pu faire bouger les lignes en remettant le digital au service de l'entreprise et des collaborateurs, car en soi le digital n’est bien qu’un outil pour atteindre des objectifs ! » 

Jacques Guigui, Chief Technology Innovation Officer – CBRE

 « Aujourd'hui, le challenge pour les managers et les chefs d'entreprise est de faire en sorte que les collaborateurs souhaitent revenir au bureau.  Si c'est « comme avant », cela ne fonctionnera pas. La crise a changé les repères. Jusque-là, collaborer avec un collègue allemand ou américain était compliqué. Ça ne l'est plus. Les distances ont quasiment disparu et change le sens de la mobilité. Le mode hybride est devenu la norme. Les outils doivent donc suivre cette évolution, ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui surtout en ce qui concerne l’interopérabilité des solutions utilisées. »

Claire Huault, Directrice Innovation, Europe, projets et études Stratégiques – Etablissement Français du Sang

 « Cette crise a fait évoluer notre façon de travailler, notamment avec les donneurs et les associations de donneurs. Nous avons dû mettre en place en express la prise de rendez-vous en ligne, ce qui a modifié le rôle des acteurs de la collecte de sang.

La digitalisation est donc délicate. Nous sommes un opérateur de l'Etat, et de ce fait les contraintes que nous avons en lien avec les niveaux de cybersécurité attendus et le strict respect du RGPD sont très fortes... Par exemple, le groupe sanguin est identifié comme une donnée personnelle. Le numérique est perçu comme un super allié car il nous a en partie sauvé la mise pendant cette période compliquée. » 

Sophie Marot-Rémy, Chief Digital Officer – Euler Hermes France

 « Les managers ont a dû adapter leurs pratiques. Il fallait pouvoir se mettre d'accord sur les outils digitaux qui étaient utilisés et sur la façon de créer du lien à distance.  Il fallait maintenir la convivialité pour que les collaborateurs restent impliqués dans les projets... Aujourd'hui, nous réfléchissons à garder ces évolutions dans la durée. Il y a des choses très positives qui sont sorties de la crise sanitaire sur la manière d'animer les équipes. Il faut faire grandir les gens et leur laisser plus d'autonomie mais aussi réfléchir à la place de la technologie comme une outils de facilitation, non pas un moyen de sur-sollicitation. »

Romain Méridoux, Responsable du Datalab & Directeur Général de Diwise – CNP Assurances

 « Dans un contexte de travail hybride, y a-t-il de nouvelles compétences à valoriser ? Ma conviction est qu'au sein des entreprises, les profils qui ont des compétences sociales et collaboratives seront désormais de plus en plus recherchés. Une personne qui est capable de mettre du rythme et de créer du lien entre des participants lors d’une réunion en présentiel et en distanciel, fait gagner du temps et génère de l’efficacité. Ce type de compétences apporte une véritable valeur ajoutée dans les équipes qui fonctionnent désormais en mode hybride et les entreprises devront apprendre à mieux les identifier et à mieux les valoriser ! »

Meriem Riadi, Group Chief Digital Officer – SUEZ

 « Nous avons été contraints d’animer les équipes complètement différemment. Cela a été assez bénéfique. Il y avait besoin d'un lien fréquent, besoin de parler des projets et de se croiser virtuellement. C'est quelque chose que nous avons gardé. Ajuster son mode de leadership est fondamental pour traverser une crise. Rassembler les équipes autour d'une culture commune est également clé. Enfin, cette crise nous rappelle qu’il ne faut pas perdre de vue le long terme et l’innovation de rupture dans un contexte où tout peut être remis en cause » 

Aurélien Codet de Boisse, CEO et co-fondateur – Iterop

 « Les entreprises se sont mises à innover beaucoup plus vite qu'avant, aussi bien sur les modes de collaboration à distance, que sur la VR. Avant, faire une réunion Teams ou Zoom était aberrant pour un grand nombre d'entre elles. Ce n'était tout simplement pas envisageable. Du jour au lendemain, ce frein a été levé. Depuis le début de la crise sanitaire, nous n'avons jamais été autant au service des entreprises. Vu de ma fenêtre, les prises de décision sont désormais accélérées quand il s'agit de digitaliser. »

Nous remercions nos invités pour leur présence à cet échange et pour s’être prêtés au jeu du partage, ainsi que notre partenaire, qui a permis son organisation.

Une rencontre organisée avec le soutien d’Iterop :

Iterop propose aux entreprises une solution en ligne de gestion de processus métiers (BPM). Leur mission est de simplifier la vie des entreprises en apportant une application simple d’utilisation et très rapide à déployer.

En savoir plus : https://www.iterop.com/

Alors que les organisations ont dû accélérer leur transformation numérique face à la crise sanitaire, les objectifs à relever pour les dirigeants apparaissent colossaux. En effet, les systèmes d’information complexes des grandes entreprises sont difficiles à changer rapidement, sans provoquer des remous ou n’aboutir qu’à la création de gadgets. Et, menée au pas de charge, la digitalisation risque de laisser de nombreux collaborateurs sur le bord de la route.

Dans cette équation, les Chief Digital Officers tiennent une place particulière. Leur positionnement transversal leur permet d’œuvrer sur l’évolution des modes de travail et des processus, plus encore que sur la dimension technologique. Ils se retrouvent à la rencontre des mondes du numérique et de l’Humain, au moment même où les dirigeants d’entreprise remettent le « care » au centre de leur stratégie. L’expérience de la crise a en effet poussé à interroger plus que jamais les notions de bien-être au travail, de pertinence des processus et des outils, et de simplification du quotidien pour les collaborateurs. Les projets d’un CDO peuvent dépasser la seule notion de productivité pour « investir dans l’humain ».

Cependant, à l’échelle de l’histoire des entreprises, le métier de CDO est encore jeune et doit composer avec les remises en question que connaissent les autres rôles de l’organisation, du DSI au DRH, face à l’accélération numérique. Alors quelles sont les actions et projets qui construisent le plus sa légitimité ? Sont-ils capables de concilier une vision de long terme du changement de l’activité de l’entreprise et des quick wins qui permettent de fédérer ? Et quels sont les outils et méthodes sur lesquels ils s’appuient pour y arriver ?

Pour répondre à ces questions, Alliancy organise, en partenariat avec Iterop, un workshop « Les Défis du nouveau monde » au sein de la rédaction avec une sélection de Chief Digital Officers.

  • Quel est leur rôle en 2021 et pour les années à venir ? 
  • Quels combats entendent-ils mener dans leur organisation ?
  • Et quelles quick-wins parviennent-ils à mettre en place pour convaincre ?

Un cahier spécial synthétisera les résultats de ces travaux, notamment en approfondissant plusieurs sujets abordés dans des interviews.

Un échange du cycle “SI et transformation”

———–
Un workshop organisé en partenariat avec

Iterop

Iterop propose aux entreprises une solution en ligne de gestion de processus métiers (BPM). Leur mission est de simplifier la vie des entreprises en apportant une application simple d’utilisation et très rapide à déployer.

En savoir plus : https://www.iterop.com/

 

 

————–
Les workshop d’Alliancy – Qu’est-ce que c’est ?

Une rencontre du programme Numérique en pratique consacrée à la nouvelle relation IT/Métiers : où en sont les organisations ?

Face à la crise les entreprises se sont adaptées rapidement pour répondre aux nouveaux besoins de leurs collaborateurs, clients et partenaires. Et un nouveau chapitre de transformation s’ouvre pour elles.

Il nous emble particulièrement important de proposer des moments d’échanges d’expériences, de débat et de collaboration, notamment pour les leaders technologiques qui font face à de grands défis. 

Il s’agit de se poser un moment et de prendre le temps de l’échange autour d’une question précise, pour confronter les pratiques, enrichir des scénarios d’action et co-construire ensemble des réponses à partager ensuite avec la communauté en digital ou en présentiel.

Un guide sera préparé par la rédaction à l’issu de chaque rencontre, pour partager les pratiques et les pistes qui auront émergées de ces échanges.

Cette rencontre se déroulent en présentiel, à la rédaction d’Alliancy et en petit comité (8 à 10 personnes).