Retour sur le workshop digital « Environnement de travail, digitalisation et RSE : les stratégies de demain »

Jamais les bureaux n’auront été autant bousculés que depuis le début de la crise sanitaire. Les tendances des vingt dernières années en matière d’organisation de l’environnement de travail, de l’open space au flex office en passant par différents types d’avantages en nature plus ou moins exotiques… ont été remises en question par les contraintes liées à la pandémie. En urgence, pour assurer la résilience de leur organisation, les entreprises ont apporté de multiples modifications à leurs lieux de travail, aux espaces mis à disposition des salariés et aux usages qui les animent. En toute logique, un accent encore plus important a été mis sur les services assurant la qualité de vie au travail, mais également plus largement sur l’impact RSE de l’environnement de travail. Des transformations rapides permises par la richesse et le potentiel de la technologie.

A l’occasion du workshop digital Alliancy « Les défis du nouveau monde » organisé en mai, nos invités, Directeurs immobilier, Directeurs environnement de travail, ont échangé sur les changements structurants en cours dans leurs organisations : Assiste-t-on vraiment à un changement de paradigme sur l’environnement de travail à court terme ? Quels vont être les choix et les orientations qui auront le plus d’impact pour les années à venir ? A quel point les sujets techniques et le numérique pèsent-ils dans l’équation ?

Latifa Hakkou, Présidente – ARSEG

« La pandémie du Covid 19 nous a amené à réfléchir sur la transformation de l’espace de travail. Les collaborateurs doivent être placés au cœur de cette transformation pour les fidéliser ou attirer de nouveaux talents. La question de la qualité de vie au travail et du bien-être des salariés n’a jamais été aussi importante. D’autant que l’hybridation du travail provoquée par la crise sanitaire dessine le bureau du futur comme un lieu d’échanges, d’interactivité et de sentiment d’appartenance à l’entreprise pour les salariés, alors que le domicile deviendra leur lieu de concentration, de réflexion »


Fabienne Torrenti, Directrice Environnement de travail France – Carrefour

« On voit si on peut traiter le changement d’organisation de travail, la mobilité dans le travail et surtout accompagner nos managers à gérer la nouvelle mobilité des collaborateurs. Nous allons accentuer en France la mise en place de coworking et de flex office, mais il faut les bons outils et les bons emplacements pour nos salariés mobiles afin qu’ils puissent disposer d’espaces de travail connectés. On veut ainsi créer une plateforme pour accompagner les bonnes pratiques qui résulteront des enseignements de la crise sanitaire. On orientera nos investissements autour de l’humain dans l’optimisation des surfaces de bureau et dans notre politique RSE »

Bernard Castille, Directeur Immobilier – Enedis

« Le bureau est devenu un lieu de travail collaboratif essentiel pour les salariés. Dans cette logique, nos espaces de travail doivent donc être repensés et adaptés en fonction des activités réalisées. Nous avons lancé une réflexion sur ce sujet pour adapter nos sites et aménager les prochains avec davantage d’espaces collaboratifs dans des bâtiments durables tout en alliant efficacité énergétique de nos bâtiments et offres de services pour leurs occupants et optimisation des surfaces de travail. Les nouveaux modes de travail sont au carrefour des politiques de l’entreprise RSE et RH pour fidéliser nos salariés et attirer les talents de demain. »

Laurent Broqua, Global Real Estate Manager – Faurecia

« Dans l’industrie, le présentiel est une nécessité pour faire tourner les usines. La situation est différente dans les locaux tertiaires où les préconisations des gouvernements sur le télétravail ont été mise en place. La phase post-covid est en cours de réflexion. Une fois la crise terminée, elle pourrait être un savant ménage entre les deux, modulé suivant le type d’activité et les réglementations locales. Une des principales évolutions de l’année passée a été le développement à large échelle des formations en ligne. Des espaces dédiés à l’enregistrement commencent à être créés dans nos locaux. Ils sont dotés d’outils facilitant la capture des vidéos de formation. Cependant, le changement de paradigme est peut-être à chercher ailleurs. La stratégie de Faurecia visant la neutralité carbone nous conduit à revoir le mode de développement de nos nouveaux bâtiments et à améliorer la performance des existants. Cette démarche mondiale nous amène à innover, à repenser la conception et les matériaux utilisés pour nos constructions pour limiter le CO2 émis pour construire un bâtiment et réduire les consommations énergétiques liées à son exploitation. »

Céline Gasiglia, Directeur Immobilier et Fiduciaire – LCL

« Lors du premier confinement, nous avons mis la quasi-totalité de nos collaborateurs en travail à distance. Dans un souci de relation client et compte tenu du caractère sensible de certaines transactions la plupart des agences sont restées ouvertes pour des rendez-vous physiques. Cela a été l’occasion d’accélérer le développement de la relation client à distance, via les rendez-vous vidéo par exemple, une évolution culturelle importante pour nos conseillers et nos clients. Aujourd’hui, nous réfléchissons activement à la possibilité d’instaurer davantage de télétravail pour notre personnel en fonctions support et back office et lançons une démarche sur les nouveaux modes de travail, l’aménagement des sites, les différents usages, notamment une part plus importante de collaboratif. La priorité est d’accompagner nos collaborateurs dans cette transformation qui s’inscrit également dans notre stratégie RSE. » 

Jean-François Bouillé, Directeur Immobilier et Moyens Généraux – MAIF 

« La transformation de l’environnement du travail entraîne un changement culturel dans les habitudes et la façon de travailler des collaborateurs. Dans ce contexte, savoir ce que sera le futur du travail est un vrai sujet. Nous avons créé un groupe de réflexion sur ce sujet impliquant la DRH, la direction immobilière, la direction générale, la DSI, les différents métiers, mais aussi des sociologues, chercheurs... pour avoir leur vision afin d’en tirer un certain nombre de pistes d’inspiration.  Nous devons réaliser des environnements de travail par l’usage en intégrant pleinement les collaborateurs dans leurs définitions. Les espaces contribuent fortement à la qualité de vie au travail (certains espaces sont certifiés OSMOZ) et par conséquent à la performance et l’attractivité.

Notre politique RSE pèse aussi sur la transformation des espaces de travail et de nos bâtiments. MAIF est une entreprise à mission et nous devons prouver, démontrer nos intentions en étant sincères et en œuvrant pour le bien commun. Mais au-delà de la RSE, nous plaçons avant tout le collaborateur et le sociétaire au cœur de nos préoccupations et ce dans un principe de symétrie des attentions »

Christophe Zurawski, Directeur Immobilier territorial Sud-Ouest – Orange

« On transforme nos immeubles en installant des espaces collaboratifs et dynamiques afin de faciliter un travail transverse entre nos salariés. En même temps, on bascule dans la réduction énergétique et d’empreinte carbone de nos bâtiments : Orange s’engage à atteindre le Net 0 Carbone en 2040, dix ans avant les objectifs fixés Cop2021. Par exemple, le Campus Orange Tolosa est certifié HQE bâtiment tertiaire, Effinergie+, R2S**. L’objectif est de réduire nos coûts d’exploitation dès de 2025. La performance de nos immeubles est liée à l’usage qu’en font nos collaborateurs. Il faut prendre le temps de bien analyser les thématiques avant de lancer des mesures qui impacteront l’environnement de travail »

Johan Van Nimmen, General Manager EMEA South – Planon

« Chez Planon, on a décidé d’être sponsor d’une chaire à l’Université de Nanterre sur un thème du numérique et de qualité de vie dans le bâtiment/les espaces. On fait travailler des spécialistes en psychologie environnementale parce qu’on pense que la digitalisation qui permet de mesurer tout à l’aide de capteurs dans un smart building pourrait aussi avoir un impact négatif sur la qualité de vie au travail : le sentiment d’être techno-surveillé par example. Il y a très peu d’étude sur le sujet. On peut constater qu’il y a trois dimensions à prendre en compte dans l’environnement du travail, la RSE, le collaborateur au centre des réflexions et le souci des réductions de coût » 

Lionel Bod, Directeur commercial – Planon Universe®

« Je ne pensais pas que le volet RSE était aussi fondamental au sein de la fonction immobilière, même si nous connaissons tous les enjeux liés au décret tertiaire et l’objectif de neutralité carbone. J’avais davantage identifié les problématiques d’efficience surfacique et de gestion collaborative au sein des sièges des entreprises qui seront avant tout un lieu de rencontres et de sérendipité. Ainsi, la captation de données temps réel est surtout associée à l’usage de ces espaces de travail pour optimiser à la fois la « réservabilité » et « l’occupabilité ». Cette crise sanitaire constitue indéniablement un facteur d’accélération de tendances déjà inscrite dans la plupart de nos Grandes Entreprises. »

Nous remercions nos invités pour leur présence à cet échange et pour s’être prêtés au jeu du partage, ainsi que notre partenaire, qui a permis son organisation.

Une rencontre organisée avec le soutien de Planon :

Leader mondial avec plus de 35 ans d’expérience, Planon propose aux organisations privées ou publiques et aux prestataires de services des solutions de pilotage intelligent du patrimoine immobilier et du facility management. En automatisant et rationnalisant les processus d’exploitation, ses solutions améliorent les performances des bâtiments et de l’environnement de travail.

Véritable spécialiste de son marché, Planon concentre ses efforts depuis toujours sur l’innovation de ses produits. Le service de Recherche & Développement de Planon œuvre en permanence à l’amélioration et à l’extension des solutions logicielles intégrées de Planon, pour qu’elles répondent au mieux aux besoins des clients. https://planonsoftware.com/fr/ 

Jamais les bureaux n’auront été autant bousculés que depuis le début de la crise sanitaire. Les tendances des vingt dernières années en matière d’organisation de l’environnement de travail, de l’open space au flex office en passant par différents types d’avantages en nature plus ou moins exotiques… ont été remises en question par les contraintes liées à la pandémie. En urgence, pour assurer la résilience de leur organisation, les entreprises ont apporté de multiples modifications à leurs lieux de travail, aux espaces mis à disposition des salariés et aux usages qui les animent. En toute logique, un accent encore plus important a été mis sur les services assurant la qualité de vie au travail, mais également plus largement sur l’impact RSE de l’environnement de travail. Des transformations rapides permises par la richesse et le potentiel de la technologie.

Or, au-delà des décisions forcées à court terme par la crise, on remarque également une transformation beaucoup plus profonde dans la façon dont les entreprises appréhendent le sujet pour les années à venir. Les thèmes du bien-être dans le bâtiment et de l’éco-bâtiment, ainsi que sa place dans la cité, sont aujourd’hui de plus en plus portés à un niveau stratégique. Au-delà des seules considérations de gestion technique des bâtiments dans un contexte de digitalisation, d’autres acteurs comme les directeurs innovations, les DRH ou les responsables RSE montent au créneau et rapprochent la « mise en œuvre » du bureau au quotidien de la vision stratégique que les directions générales font émerger sur le futur du travail.

Cet alignement n’est-il que transitoire face à la pression de la crise ? Ou est-il le signe d’un changement de donne pour tous les acteurs de l’écosystème du bâtiment professionnel dans les années à venir ?

Pour répondre à ces questions, Alliancy a organisé avec le groupe Planon, un workshop digital « Les Défis du Nouveau Monde ». Celui-ci a laissé la parole à un panel de directeurs immobilier, directeurs environnement de travail, DRH… pour qu’ils témoignent des changements structurants en cours dans leurs organisations.

  • Assiste-t-on vraiment à un changement de paradigme sur l’environnement de travail à court terme ?
  • Quels vont être les choix et les orientations qui auront le plus d’impact pour les années à venir ?
  • A quel point les sujets techniques et le numérique pèsent-ils dans l’équation ?

 

Un échange du cycle “Environnement de travail”


———–

Un workshop digital organisé en partenariat avec Planon

Planon

Leader mondial avec plus de 35 ans d’expérience, Planon propose aux organisations privées ou publiques et aux prestataires de services des solutions de pilotage intelligent du patrimoine immobilier et du facility management. En automatisant et rationnalisant les processus d’exploitation, ses solutions améliorent les performances des bâtiments et de l’environnement de travail.
Véritable spécialiste de son marché, Planon concentre ses efforts depuis toujours sur l’innovation de ses produits. Le service de Recherche & Développement de Planon œuvre en permanence à l’amélioration et à l’extension des solutions logicielles intégrées de Planon, pour qu’elles répondent au mieux aux besoins des clients. https://planonsoftware.com/fr/

 ————–
Les workshop digital d’Alliancy – Qu’est-ce que c’est ?

Face à la crise  les entreprises se sont adaptées rapidement pour répondre aux nouveaux besoins de leurs collaborateurs, clients et partenaires. Et un nouveau chapitre de transformation s’ouvre pour elles.

Malgré la distanciation sociale (et en attendant de pouvoir vous retrouver lors de nos dîners de la rédaction), il est important pour nous de continuer à proposer des moments d’échanges d’expériences, de débat et de prospective, notamment pour les leaders technologiques qui font face à de grands défis. 

Il s’agit de se poser un moment et de prendre le temps de l’échange autour d’une question, confronter les pratiques, enrichir des scénarios d’action et construire ensemble des réponses aux nouveaux défis qui attendent les entreprises, les filières ou les métiers. Bien sûr nous mettons un point d’honneur à privilégier toujours la convivialité, la simplicité et la vérité des échanges.

Un contenu sera préparé par la rédaction à l’issu de chaque rencontre, pour partager les ressentis, les pratiques et les pistes qui auront émergées de ces échanges.

Cette rencontre se déroule en visio-conférence et en petit comité (8 à 12 personnes).

luctus sem, ut massa facilisis quis,