Emploi : vers la grande démission en France ?

Fin 2021/début 2022, le nombre de démissions a atteint un niveau historiquement haut, mais rien d’alarmant, explique la Dares.

DemissionSi, courant du 1er trimestre 2022, 520 000 personnes ont démissionné (dont470 000 en CDI), on n’est pas encore au niveau des Etats-Unis. Rien de surprenant en effet face au dynamisme du marché du travail en France, qui ne s’est jamais aussi bien porté. 68 % des Français de 18 à 65 ans occupent un emploi aujourd’hui et ce sont les salariés qui sont en position de force dans la négociation dans ce domaine (salaires, conditions de travail…).

A lire aussi : Réconcilier l’entreprise et notre société : « Serons-nous aussi bons que les termites ? »

Ainsi, 8 démissionnaires sur 10 ont déjà retrouvé un emploi dans les six mois qui ont suivi, indique Michaël Orand, statisticien à la Dares et co-auteur de la note sur la « Grande démission en France ». Il rappelle également que le taux de chômage baissant depuis 2016, la pression serait donc plus forte sur les salaires en cette rentrée. « Outre cet effet potentiel sur les salaires, les enquêtes Acemo-Covid montrent que, début 2022, certaines entreprises réalisent des concessions sur les conditions ou l’organisation du travail (télétravail) ou sur la forme des contrats d’embauche pour conserver ou attirer des salariés ».


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.