Entreprise performante : inclusive et collaborative

My Sherpa revient sur le travail collaboratif pour une entreprise performante et inclusive. L’objectif est bien de réussir collectivement ce que l’on serait incapables de faire tous seuls. Toutes les entreprises veulent associer les talents au service d’un collectif plus grand que chaque individu. Et pourtant, dans la majorité des cas, les collaborateurs peinent parfois à retrouver ce schéma. Ils racontent tous, un monde trop sclérosé, « siloté » et individualiste. Et cela, pour une simple raison : travailler ensemble est très complexe.  Nous nous posons ici la question suivante : comment favoriser le collaboratif au travail, comment aider chacun à révéler le meilleur de son lui-même ?

Sarah Kébaïli, Responsable communication & community manager

Sarah Kébaïli, Responsable communication & community manager

Changer nos mentalités est devenu une obligatoire dans notre société. Il faut pouvoir attirer et fidéliser les talents en nombre et surtout en qualité. S’ouvrir à l’inclusion c’est aussi ouvrir la porte aux jeunes, aux femmes, aux personnes en situation de handicap, à ceux qui ont un parcours atypique, à ceux qui ne sont pas issus du parcours habituel…. Ainsi, l’entreprise capte des compétences et des talents différents, développe des idées nouvelles et ouvre les réflexions et le champ des possibles en multipliant les points de vue et en diversifiant les expériences de chaque personne.

Le sens et la collaboration dans le travail

Quel est le sens de notre travail ? Pourquoi travaillons-nous ? On le sait, les collaborateurs s’engagent de moins en moins pour des entreprises dépourvues de sens collectif.

Voici les questions que se posent les collaborateurs dorénavant avant de s’engager : l’entreprise a-t-elle des valeurs en adéquation avec les miennes ? La mission va-t-elle au-delà de la seule recherche de profit ? Y a-t-il plus que cela, que le profit ?  Le besoin de croissance ou de rentabilité des entreprises ne suffit plus.

Chez My Sherpa, notre mission est claire : l’écosystème s’évertue à réunir au sein d’un même espace différents acteurs et à les faire interagir entre eux, il s’agit ici que les compétences des uns soient mises au service des besoins des autres. À chaque nouvelle communauté créée, c’est la synergie des talents et l’intelligence collective qui font la différence et permettent de résoudre une problématique. Les circuits de réflexions et de décisions de l’entreprise sont ainsi réduits et optimisés.

A lire aussi : Les entreprises semblent convaincues par la 5G d’après un sondage Fortinet

Faisant la part belle à la collaboration en misant sur l’échange inter-métiers et le partage de connaissances, My Sherpa met à disposition des éléments pour créer les conditions d’une relation de confiance, de transparence et de qualité.

Cette mission est pour nous le socle de notre structure. Elle représente le pivot qui nous unit au-delà de nos différences. Et nous fait travailler, collaborer, co-construire, précisément, dans le même sens.

Le collaboratif, ce n’est pas inné

Entreprise-performante-inclusive-collaborativeLe travail collaboratif : ça s’apprend. Car en réalité, l’organisation historique de l’entreprise est un lieu plus individualiste que collaboratif. Nous faisons tous l’expérience, surtout en entreprise. Organisation pyramidale, mise en concurrence, management encore très paternaliste et autoritaire. C’est ce modèle que les entreprises cherchent aujourd’hui à faire muter.

Il faut ainsi, former les managers à favoriser le travail collaboratif en entreprise. Le référent a maintenant pour mission principale de favoriser l’énergie collaborative, collective, d’aider chacun à révéler son potentiel unique. Il sera plus un coach qu’un manager.

Il faut créer des lieux favorables à l’échange, pour faire prospérer la co-création. On sait qu’en réalité, c’est tout l’environnement qu’il s’agit de repenser pour créer des espaces collaboratifs. Salles polyvalentes, lieux récréatifs et informels pour garder et nourrir les liens avec ses collègues, efforts sur le QVT …

L’inclusion, un facteur de performance

Selon les études Women Matter, menées par McKinsey depuis 2005, il existe un lien entre mixité et performance des entreprises. Sur un échantillon d’analyse de la diversité dans le top management de 366 entreprises de différents pays, on constate que les entreprises qui affichent une plus grande mixité hommes/femmes ont une performance supérieure de 15% par rapport à la moyenne nationale. Ce constat, vaut aussi pour la diversité ethnique et culturelle. Les entreprises où elle est la plus forte surperforment de 35% en moyenne.

L’intelligence collective

Il n’est pas possible pour une entreprise d’être inclusive et collaborative sans l’intelligence collective. Élément clé de sa transformation. L’intelligence collective répond au besoin d’interaction qui est au cœur de la vie sociale. Cette mobilisation des intelligences et des volontés n’est possible qu’en réformant nos schémas mentaux, nos circuits de décision et l’organisation en silo et pyramidale de la plupart des entreprises. L’intelligence collective apporte du sens et de l’adhésion aux problèmes complexes et évolutifs auxquels sont confrontés les organisations. Forte de ces effets bénéfiques, l’inclusion est tout de même un challenge RH très complexe car, dans les entreprises, il peut exister une tendance à cultiver l’entre-soi, un réflexe de fermeture ou de repli sur soi peut alors s’instaurer.

Bien souvent, les obstacles sont davantage dans la manière de présenter l’inclusion que dans son application en tant que telle. L’objectif est de donner aux collaborateurs l’envie de s’engager dans une approche innovante qui place la collaboration au cœur des activités de l’entreprise.

Le droit à l’erreur : un problème

Il faut absolument que l’on change notre regard sur l’erreur. Cette barrière, empêche le travail collaboratif, la co-construction, la liberté d’innover, et nous conduit le plus souvent au même biais : ne pas oser !

Une entreprise paralysée par l’échec va mettre en place des stratégies négatives par rapport au travail collaboratif. La peur de l’échec peut donc conduire à l’échec. Le travail collaboratif doit donc partir d’un postulat préalable : la solidarité de tous les membres de son équipe. Le travailler ensemble est un long chemin. Celui-ci repose sur une valeur centrale que chacun doit incarner : la confiance.

Sens, valeurs fortes, confiance, responsabilisation, bienveillance, éthique, innovation, différence… C’est sur ces bases que se construit l’entreprise collaborative & inclusive. Elles sont la clé pour faire des collaborateurs une communauté engagé et solidaire.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tempus massa ut dapibus lectus diam Lorem dolor tristique libero