Etude LinkedIn : les emplois des femmes sont plus fragiles que ceux des hommes

Selon les nouvelles données et analyses du marché mondial du travail publiées par LinkedIn, les emplois des femmes sont plus fragiles et donc plus exposés aux perturbations économiques que ceux des hommes.

Comme l’indique la répartition des embauches par sexe entre janvier 2019 et janvier 2021, le recrutement des femmes a affiché un net recul entre mars et avril 2020, avant de retrouver ses niveaux pré-pandémie. Néanmoins, la tendance actuellement haussière des recrutements féminins ne permet pas de compenser les pertes d’emplois qui ont affecté les femmes de manière plus marquée.

A lire aussi : Lancement de la seconde édition du Comité de sélection Femmes Entrepreneures

Au-delà de la baisse significative de l’embauche des femmes observée durant la première vague de Covid-19, le taux de recrutement des femmes a légèrement ralenti lors des vagues suivantes. Force est de constater que, sur la plupart des marchés dans le monde, le taux de recrutement des femmes est toujours inférieur à celui des hommes. La France se classe cependant parmi les pays avec la part de femmes embauchées la plus élevée. Hormis sur la période d’avril-mai, la part de recrutement des femmes a été supérieure à celle des hommes en 2020, pour atteindre 53 % au 1er janvier 2021.

Selon les analyses réalisées par LinkedIn, divers facteurs expliquent l’impact accru de la pandémie sur les carrières des femmes :

  • Les femmes tendent à assumer plus de responsabilités dans le foyer, dont l’organisation continue d’être perturbée par la fermeture des écoles dans certains pays.
  • De plus, les emplois des femmes ont été plus durement impactés dans les secteurs du commerce de détail, du voyage et des loisirs.
  • Si l’embauche des femmes a retrouvé son niveau d’avant la pandémie, cela ne compense pas les pertes d’emploi ni le fort déclin des embauches des femmes au début de la crise Covid-19.

 A lire aussi : Infographie – Les femmes et la formation professionnelle

Fabienne Arata, Country Manager de LinkedIn France, déclare : « Dans le monde entier, les données révélées par LinkedIn dessinent un même tableau : les emplois des femmes sont plus fragiles que ceux des hommes, et la pandémie de Covid-19 a impacté plus significativement leur parcours. Si la crise a durement impacté l’emploi des femmes en France, le pays figure parmi les pays avec la part d’embauche de femmes la plus élevée, surpassant même celle des hommes en 2020. Les entreprises doivent poursuivre leurs efforts, qui se sont révélés payants, en favorisant la recherche active de talents féminins, en éliminant les biais dans les descriptions de poste et en offrant une plus grande flexibilité afin d’assurer un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée. C’est le souhait que je fais à quelques jours de la Journée internationale des droits des femmes. »

Les secteurs les plus touchés ont du mal à recruter des femmes

Selon les analyses de LinkedIn relatives aux recrutements sectoriels, les marchés les plus durement impactés par la pandémie éprouvent des difficultés à recruter des femmes. Cette

tendance expliquerait la chute des embauches féminines dans toutes les régions du monde. En France, dans l’industrie du voyage et des loisirs, la proportion de femmes embauchées a enregistré une baisse atteignant jusqu’à près de 3 points de pourcentage. Dans les secteurs de de l’éducation et de la santé, plus résilients face à la pandémie, les taux ont respectivement augmenté de près de 1 et 2 points de pourcentage.

Les femmes constatent une dégradation de leurs perspectives d’emploi

Selon une étude menée par LinkedIn auprès de 2 000 actifs (25 à 55 ans) en France, les femmes elles-mêmes ont constaté une dégradation de leurs perspectives d’emploi depuis la pandémie. Comme l’indique cette étude, 32 % des femmes interrogées ont déclaré avoir abandonné ou envisagé d’abandonner leur carrière professionnelle de manière permanente ou temporaire. Les principales raisons invoquées sont le stress subi (50 %), des responsabilités trop lourdes à la maison et au travail (30 %), l’absence de prise en charge des enfants (18 %). Les données LinkedIn montrent également que, l’an passé, en France, les femmes, ont en moyenne candidaté à 11 % d’emplois en moins que les hommes.

Afin de contribuer à une amélioration de l’égalité dans le monde du travail, LinkedIn propose des cours gratuits en ligne, accessibles à tous : Mixité et carrière au féminin, 10 secrets pour réussir sa recherche d’emploi, Préparer son entretien d’embauche, Gérer sa carrière, Réussir en entreprise en tant que femme (disponibles du 28 février au 31 mars).

Méthodologie :

La part des embauches par genre est calculée en divisant le nombre total de femmes ayant ajouté un nouvel employeur à leur profil le mois de leur prise de fonction par le nombre total d’embauches sur le même mois. Le genre est renseigné par les membres eux-mêmes ou déduit des données de leur profil LinkedIn.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero odio sed amet, vulputate, ut venenatis dolor