Christophe Huerre, DSI Groupe, Thales

Christophe Huerre, DSI Groupe, Thales

Christophe Huerre, DSI Groupe, Thales

« Passé le choc initial, nous avons eu deux préoccupations majeures, la compréhension des impacts économiques d’une part et la gestion de tous les aspects « coûts vs investissements » d’autre part. A ce titre, il faut voir cette période comme une opportunité de faire comprendre aux directions générales l’importance des sujets comme la robustesse des infrastructures, des réseaux, mais aussi l’expérience utilisateur du télétravail… Tous ces points étaient souvent des variables d’ajustement par le passé. Il est devenu clair qu’ils ne peuvent plus rester des dettes techniques dans les organisations.

Concernant l’écosystème, nous pouvons donner un coup de chapeau aux opérateurs télécoms et IT, notamment sur la partie cloud. Le crash test grandeur nature a été réussi. Cela doit donc être l’occasion d’aborder les nouveaux sujets structurants : la question du « souverain » qui reste un point clé pour toutes nos activités de défense, mais aussi une meilleure coopération autour du multicloud. Il est vraiment critique que la gestion multicloud devienne beaucoup plus facile, pour étendre nos plateforme d’engineering sur d’autres clouds, mais aussi pour mieux parer à de nouveaux scénarios catastrophes. Cela s’accompagnera obligatoirement d’une meilleure gouvernance, notamment sur la gestion de la consommation du cloud et de ses coûts, mais le jeu en vaut la chandelle. »

Retour vers le diaporama