Imagino pour mieux activer la donnée

Au travers de sa solution de Customer Data Platform, Imagino répond aux besoins croissants des entreprises autour de la donnée client.

PORTRAITS-EQUIPE-DIRIGEANTS-IMAGINO-PARIS---Essentielle-photographieImagino est la quatrième société dans le logiciel créée par Stéphane Dehoche (après Apsylog, CubicSoft, puis Neolane revendue à Adobe), cette fois avec Thomas Boudalier (fondateur et CTO) et Arnaud Chapis (fondateur et COO), rencontrés à CentraleParis durant leurs études.

De ses multiples expériences, Stéphane Dehoche se rappelle la difficulté et le temps long (80 % du temps) perdu à collecter et consolider les données client souvent réparties dans 10 à 20 systèmes type ERP, CRM, base web… « Nous passions seulement 20 % du temps à les analyser. D’où notre idée de prendre ce problème à bras le corps dès la fin 2017 en créant Imagino avec mes deux cofondateurs », explique-t-il.

A lire également : [Data Literacy] Henri Rufin (Radiall) « Nous mettons en œuvre une véritable stratégie de valorisation de la donnée »

Après plus de deux ans de développement, la Customer Data Platform (CDP), lancée depuis le début d’année par Imagino, permet aux entreprises de donner du sens à leurs données client et de les rendre compréhensibles et accessibles aux départements marketing, finance et service client… Imagino, qui travaille à ce jour avec une dizaine de clients, répond aux besoins croissants des différents métiers autour de la donnée client (accès, enrichissement, respect de la RGPD, vue unique…). « Nous voulons être une solution ouverte à tous, de l’expert de la donnée à l’expert marketing en offrant une expérience utilisateur fluide et cohérente afin que tout le monde puisse contribuer dans l’application en fonction de son rôle et de ses responsabilités », explique Stéphane Dehoche, qui ne vise pas un secteur d’activité précis, mais souhaite devenir l’interface pour tous les métiers au-dessus du datalake.

La Customer Data Platform dynamique créée par Imagino ne nécessite pas une base de données supplémentaire. Cliquez pour tweeter

Au niveau de la technologie, la solution Imagino, commercialisée en mode SaaS ou on-premise, est surtout capable d’aller analyser la donnée de manière automatique (Deep Learning) et de lier des bases distinctes entre elles de façon à simplifier la création de vues client à la demande pour enrichir la donnée, et activer les clients à partir d’informations « first party » pertinentes. « Il faut apporter de la flexibilité et pouvoir ajouter différentes sources en fonction des cas d’usages », précise le dirigeant, qui a analysé dans le détail les besoins de plus de 100 entreprises de tout secteur pour établir le cahier des charges du produit.

Le client au centre du jeu

Aujourd’hui, dans toutes les entreprises, on revoit la gouvernance de la donnée et la manière de la stocker et la partager. « La crise a ramené les entreprises à ce qui est essentiel, notamment il est essentiel de connaître son client, celui qui vient en magasin, sur le site web… pour lui faire les meilleures propositions possibles, au-delà d’aller en chercher de nouveaux. Le client revient aujourd’hui au centre du jeu et la donnée de plus en plus vivace. »

Au printemps dernier, Imagino a intégré pour un an la Maison des Startups LVMH, au cœur de Station F, mais du fait de la crise sanitaire, tout se passe aujourd’hui en digital. « La Maison des startups LVMH nous permet de créer des liens avec les différentes filiales du groupe. C’est un réel avantage pour mener des POC par exemple », conclut le dirigeant.

Aujourd’hui, Imagino compte une vingtaine de collaborateurs, basés à Cachan (sud de Paris). « Depuis la sortie du confinement, nous sommes tous de retour au bureau. Pour une start-up, c’est essentiel, estime-t-il, c’est du collectif et de l’énergie que nous partageons. »

Le problème pour Imagino aujourd’hui est surtout l’absence de salons professionnels pour se faire connaitre… « Cela ralentit notre business plan de neuf mois. Heureusement, nous avons des partenaires intégrateurs*, mais cela ne fait pas tout. Nous avançons bien sûr, mais nous avons moins de flux », constate-t-il.

D’ici à l’été prochain, Stéphane Dehoche souhaite toutefois valider son business model en France avec une quarantaine de références, avant de se déployer très rapidement à l’international (Royaume-Uni, Etats-Unis…). Un challenge commercial qui devrait entraîner une levée de fonds, « mais tout dépendra de l’évolution de la crise sanitaire… ». 

* Ineox, LineUP, Waisso, Custup, Velvet, Converteo, KPC, Equancy.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elit. ut nec luctus mattis leo