IMT Starter lance son concours pour « très » jeunes entrepreneurs

IMT Starter*, l’incubateur numérique des écoles Télécom Ecole de Management, Télécom SudParis et Ensiie, lance sa 11ème édition du Trophée Start-up Numérique, ouvert aux très jeunes pousses. Rencontre avec Sébastien Cauwet, son directeur. 

Sébastien Cauwet,

Sébastien Cauwet, directeur de l’incubateur IMT Starter

La 11ème édition du « Trophée Start-Up Numérique », organisé par l’incubateur francilien IMT Starter, est lancée ! L’objectif reste le même depuis le départ : repérer les futures pépites du numérique dans quatre domaines, en partenariat avec des acteurs référents : Deloitte pour Impact positif, Genopole pour la HealthTech, Magellan Consulting pour Nouvelle organisation des entreprises et ShowroomPrivé pour Sustainable & Inclusive Retail. 

Le concours est ouvert exclusivement aux start-up de moins de 18 mois d’existence ou aux « projets » de création d’entreprise.  

 

 

>> Le dossier de candidature du Trophée Start-up Numérique est à renvoyer avant le 2 novembre 2020. <<

Sébastien Cauwet, le directeur de l’IMT Starter, rappelle surtout que la création l’an dernier par cinq écoles d’ingénieurs de l’IP Paris*, permettra de booster encore davantage l’entrepreneuriat chez les étudiants. « Nous devions avoir un grand stand sur le salon Vivatech pour présenter les trois incubateurs de ce nouvel établissement public, dont l’IMT Starter, avec celui de Polytechnique et de Télécom Paris. Mais ce n’est que partie remise car nous souhaitons désormais mieux coordonner l’ensemble de nos actions. C’est un écosystème très dynamique en termes de création d’entreprise, pour soutenir nos start-up, y compris à l’international. Un plan de route commun est en cours de mise en place. Au total, nous accompagnons une cinquantaine de start-up par an. » 

Par ailleurs, l’IMT Starter a lancé deux projets européens. Cela consiste pour la structure à coacher à distance des start-up étrangères, potentiellement intéressées par une implantation en France. « Cela renforce notre coaching international et permet des ouvertures pour nos entrepreneurs », explique Sébastien Cauwet. 

Avec la communauté d’agglomération Grand Paris Sud et le cluster Sport (Grand Paris Sport), l’IMT Starter vient également de lancer l’accompagnement de la première promotion de cinq start-up autour du sport que sont Chiron IT, Spectre, Equation Sport, Squarechamps et Move Your Buddy. 

Depuis la crise sanitaire, tout l’accompagnement (hors les start-up présentes dans l’incubateur) se fait désormais quasiment 100 % à distance. « Nous nous concentrons en fait sur ce que nous savons faire et que l’on a continué à développer pendant le confinement, c’est-à-dire l’accompagnement business et le coaching individuel des entrepreneurs, avec également des formations vidéos que nous mettons en place », poursuit-il. L’incubateur réalise actuellement des mini-vidéos avec des experts sur des sujets liés aux actions marketing et commercial, aux financements, aux levées de fonds… Ce ne sont pas des cours, mais des conseils de professionnels sur le terrain. « Nous nous adaptons comme le font d’autres incubateurs, à l’image également de The Family qui a abandonné ses locaux et passe 100 % en ligne ». 

L’impact de la crise sanitaire 

Depuis la Covid-19, les levées de fonds jusqu’en juin dernier, se sont effondrées, même si quelques start-up ont réussi à lever en plein confinement ou ont été rachetées à l’image de Crafty par Talentsoftsolution collaborative de « matching » basée sur un graphe dynamique des compétences et sur des algorithmes intelligents. « Rien n’est simple, mais pour autant, cela va revenir, car l’argent est là et on voit que les fonds se structurent de plus en plus. Reste à trouver les bons projets pour investir ou réinvestir… ». Il faut aujourd’hui s’adapter à ce « nouveau monde ». Aujourd’hui, les entreprises réclament de nouveaux outils de management, de gestion RH, de télétravail, de gestion de projets, de facturation, de solutions de sécurité, de blockchain… Les problématiques sont nouvelles. « On voit donc que le numérique comme la santé sont plus que jamais « boostés » et c’est ce que l’on s’attend à voir avec notre concours, soit beaucoup plus de candidatures que d’habitude sur ces sujets ». 

Sébastien Cauwet s’attend d’ailleurs à ce qu’il y ait davantage d’entrepreneurs dans les mois qui viennent. Avec un double phénomène. Des jeunes qui peinent à trouver un emploi et choisissent de créer leur entreprise. Et, d’autre part, des cadres de 40-50 ans qui quittent leur grande entreprise et profitent des aides offertes pour tenter l’aventure start-up. « Notre concours est ouvert à tous, ce sont les compétences et l’énergie du créateur qui priment », conclut-il. 

L’Institut Polytechnique de Paris (IP Paris) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche qui réunit cinq grandes écoles d’ingénieurs françaises : L’École polytechnique, L’ENSTA Paris, L’ENSAE Paris, Télécom Paris et Télécom SudParis. Sous l’égide de l’Institut, elles mettent en commun leur expertise bicentenaire afin de poursuivre deux grandes ambitions : développer des programmes de formation d’excellence et une recherche de pointe. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pulvinar consequat. vel, fringilla dolor. Donec ante. non