Jean-François Bouillé (Maif) : « Le numérique est prépondérant dans notre stratégie immobilière et encore plus à l’avenir »

Jean-François Bouillé est le directeur immobilier et moyens généraux de la MAIF. Il évoque les enjeux de la digitalisation et de la RSE dans la transformation des espaces de travail et des bâtiments de son entreprise et voit le futur bureau comme un deuxième domicile pour les salariés. 

Cet article est extrait du guide Les défis d’un nouveau monde à télécharger « Environnement de travail, digitalisation, RSE… : comment agir aujourd’hui et préparer demain ? »

La crise sanitaire a propulsé l’hybridation du travail comme nouvelle norme des modes de travail. Quels sont les enjeux de ce changement d’habitudes de travail sur l’évolution de l’environnement de travail et la transformation de vos bâtiments ? 

Jean Francois Bouille - MAIF

Jean Francois Bouille – MAIF
Directeur Immobilier et Services généraux

Jean-François Bouillé : La crise sanitaire n’a pas eu d’impact profond sur notre environnement de travail (au-delà de la crise elle-même). Nous allons devoir les adapter, les repenser afin de répondre au plus près aux organisations et aux utilités. 

Tout le monde à un moment va revenir au bureau, lieu de sociabilisation, que ce soit à temps partiel pour ceux qui souhaitent télétravailler en partie ou à temps complet pour les autres. Nous étions déjà avant crise dans une politique d‘environnement de travail fondée sur les usages des collaborateurs. Nous avons créé beaucoup d’espaces de travail multi-usages qu’ils soient individuels, collaboratifs, dédiés à la détente, aux projets, aux réunions… On était déjà dans la dynamique de rendre nos bâtiments adaptables, de façon la plus flexible possible.

Dans ce contexte, il n’y a plus de notion stricte d’appartenance à l’espace, l’usage des organisations compte dans une logique de réversibilité, de flexibilité et d’adaptabilité de nos espaces de travail. Un espace dédié à un usage peut devenir du jour au lendemain un lieu pour un autre usage. En revanche, on organise nos espaces de travail en faisant du sur-mesure en fonction de l’usage des salariés et de leurs modes de travail. Une surface dédiée au service marketing pourra être différente de celle de l’équipe IT par exemple. Nous étudions le flex office de façon raisonné, réduit à l’usage au sein d’un même service, d’un même projet (par quartier). Le flex répond à un usage comme d’autres possibilités. Nous ne sommes pas dans une dynamique de déploiement systématique. 

Il n’y a pas un m2 d’espace de travail qui ne soit pas coconstruit avec les utilisateurs. Nos collaborateurs sont au cœur de notre politique d’environnement de travail dans le but d’améliorer leur qualité de vie.  Notre stratégie immobilière part de leur bien-être dans nos bâtiments. Quant à la réduction des m2 liée au réaménagement des espaces de travail, elle ne peut être que la conséquence de l’usage qu’en font les salariés. 

Pour aller plus loin :  Retour sur l’échange digital « Environnement de travail, digitalisation, RSE… »  

Comment cette évolution des modes de travail peut-elle impacter la gestion des services généraux de votre entreprise ? 

J.-F. B. : On adapte nos services généraux aux nouveaux usages de nos collaborateurs. Pour cela, on les associe pour ajuster notre offre de services à leurs besoins d’aujourd’hui et de demain. 

Comment la digitalisation intervient dans la gestion technique et l’exploitation de vos bâtiments ? 

J.-F. B. : Nous sommes dans une logique de smart building. La majorité de nos bâtiments sont monitorés par la digitalisation, à l’aide de capteurs et de mesure de température, d’énergie, d’ensoleillement, de bruit…. On est ainsi dans la réflexion de monitorer les taux d’occupation des espaces de travail dans le temps pour nous permettre de voir comment vivent les usages et d’adapter les espaces en conséquence.

D’autre part, les services nécessaires au fonctionnement du bâtiment et à ses occupants sont majoritairement connectés. On vient de lancer un nouveau service appelé « I am ok » qui permet aux collaborateurs de connaître en temps réel les flux de personnes au restaurant d’entreprise, …. Nos personnels des services généraux possèdent des outils connectés qui leur permettent de piloter les services depuis leur smartphone ou leur ordinateur. L’un de nos sites est labellisé Ready to service (R2S) par l’organisme de certification Certivea qui valorise les bâtiments connectés et communicants en plateformes de services numériques, gage de leur performance, de leur durabilité et du bien-être des salariés à l’intérieur. 

Quelle place donnez-vous au numérique dans votre stratégie immobilière ? 

J.-F. B. : Il a une place prépondérante et il prendra de plus en plus d’importance à l’avenir dans notre stratégie immobilière. Il faut forcément tout monitorer dans les bâtiments pour adapter, optimiser les espaces de travail aux usages mais également maîtriser nos consommations d’énergies. Et cela ne peut se faire que grâce au numérique.  

« Il n’y a plus de notion d’appartenance aux espaces, seul l’usage des organisations compte dans une logique de réversibilité, de flexibilité et d’adaptabilité de nos espaces de travail. » 


En quoi votre politique RSE pèse-t-elle sur la transformation de l’environnement de travail de vos collaborateurs, leur bien-être au bureau et la performance de vos bâtiments ? 

J.-F. B. : En tant que directeur immobilier, la politique RSE est essentielle, indispensable. Elle est même fondamentale pour donner un sens à nos actions. On a par exemple récupéré des portes d’armoires qu’on a remodelé pour en faire des tables ! A la MAIF qui s’est donné un statut d’entreprise à mission, la RSE fait l’objet d’une feuille de route immobilière qu’on s’est fixée et qui se traduit par une démarche d’amélioration continue de nos bâtiments et de nos environnements de travail dans une logique de transition écologique et de réduction de l’impact carbone. Il n’y a pas une seule réflexion entre directions immobilière, des services généraux et de l’environnement de travail qui ne traite pas de RSE. Consommation énergétique, véhicules électriques, bornes de recharge, circuits courts alimentaires…toutes ces initiatives concourent à faire de nos sites des bâtiments éco-responsables, certifiés d’ailleurs HQE et Breeam. Ce qui nous a permis de réaliser un référentiel bas  

Quelle est votre vision du futur des bâtiments tertiaires ? 

J.-F. B. : Le bureau en entreprise a encore un bel avenir. On est en train de le réinventer. Il va se transformer, s’adapter à l’usage qu’en font les salariés pour devenir un facteur d’attractivité de l’entreprise. Il sera plus agréable que chez soi dans une dynamique « comme à la maison », … pour une meilleure qualité de vie au travail. Le bien-être des collaborateurs est essentiel. Il sera aussi conditionné par les politiques RSE et la transition écologique des bâtiments.  


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero. Nullam pulvinar mattis ipsum commodo felis tristique massa leo sit