La Mission Numérique des Grands Groupes devient la « French Tech Corporate Community »

La mission numérique des grands groupes a été lancée en mars 2020 par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Agnès- Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Elle rassemble aujourd’hui une communauté de 90 entreprises autour de sept chantiers déterminants pour la compétitivité de l’économie française.

9 nouvelles communautés French Tech labellisées en Outre-mer et à l'international

En associant à ses travaux les grandes entreprises, mais aussi les administrations publiques concernées et l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, la mission a su créer une véritable dynamique et faire émerger un ensemble de projets communs, en synergie avec les dispositifs gouvernementaux et plus largement avec les initiatives publiques ou privées existantes.

A lire aussi : Pourquoi les géants de la tech peuvent-ils se permettre d’augmenter leur prix ?

À l’occasion d’un événement organisé le 14 mars à Bercy, les deux coordinateurs de la mission numérique des grands groupes, Juliette de Maupeou et Nicolas Guérin, ont présenté le nouveau nom de leur initiative qui devient « French Tech Corporate Community ». À travers ce nom, la mission souhaite partager une conviction : c’est en renforçant la coopération entre grands groupes et start-ups que l’économie française réussira sa transformation numérique. La Mission French Tech, nouvellement partie prenante de l’initiative, s’impliquera d’ailleurs spécifiquement sur le volet « simplification et renforcement de la collaboration entre les start-ups et les grands groupes ».

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a déclaré : « Dans un environnement qui évolue rapidement et dans lequel les logiques d’écosystèmes et de plateformes sont de plus en plus prégnantes, une mobilisation collective était devenue indispensable pour faire face à l’intense concurrence extra-européenne à laquelle notre économie est confrontée. C’est dans cet état d’esprit que nous avions initié la mission numérique des grands groupes en 2020. Mission accomplie jusqu’ici avec plus de 90 grands groupes fédérés autour de grands chantiers structurants pour notre économie. Nous avons un intérêt collectif à poursuivre ensemble dans cette voie. Je salue cette nouvelle étape, qui préfigure des collaborations renforcées avec les start-ups, au bénéfice de notre industrie. »

A lire aussi : French Tech Tremplin : Cédric O lance la seconde édition de la phase « incubation » à Nice

Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a déclaré : « La France a la chance de bénéficier d’une part de grandes entreprises qui jouent un rôle essentiel dans le tissu économique de notre pays depuis plusieurs décennies, d’autre part d’un écosystème tech florissant qui représente d’ores et déjà plus d’un million d’emplois et 20 000 start-ups, dont plus de 25 licornes. Rapprocher ces deux écosystèmes est incontournable pour assurer l’avenir économique de notre pays. C’est pourquoi je salue le travail entrepris par la mission numérique des grands groupes, nouvellement renommée French Tech Corporate Community. »

Enfin, Juliette de Maupeou et Nicolas Guérin, coordinateurs de la French Tech Corporate Community, se sont félicités de rapprochement entre start-ups et grands groupes. « La mission numérique des grands groupes est née d’une conviction profonde qu’un rassemblement collectif des acteurs du numérique était devenu indispensable pour peser sur la scène internationale. Le rapprochement entre start-up et grands groupes, officialisé aujourd’hui par la création de la French Tech Corporate Community, marque la reconnaissance du travail accompli depuis 2 ans et qui a été rendu possible par la forte mobilisation des grands groupes, le soutien de l’État et la volonté de tous de travailler ensemble. Mais c’est aussi un nouveau départ qui préfigure de collaborations plus étroites encore avec les start-ups et qui pose des fondations qui vont nous permettre, demain, de construire ensemble un grand écosystème tech français. Grands groupes et start-ups avancent désormais main dans la main.»

7 chantiers pour La compétitivité de l’économie française

  1. Le soutien et la transformation des compétences et de la formation
  2. La création d’un écosystème autour de la souveraineté des données au niveau européen
  3. La simplification et le renforcement de la collaboration entre start-ups et grands groupes
  4. La participation à la protection de notre souveraineté en matière d’e-paiement
  5. Le développement d’une stratégie commune sur l’intelligence artificielle
  6. L’utilisation du numérique comme levier pour contribuer à la transition écologique
  7. La transformation numérique des PME et ETI dans le cadre d’une expérimentation réalisée en collaboration avec Territoires d’Industrie

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.