Benito Diz, entrepreneur, dirigeant et passionné d'informatique depuis ses 10 ans

Tous les mois Benito Diz partage ses incontournables, à travers une série de 8 chroniques, pour bien transformer l’entreprise avec en ligne de mire l’humain.

Les termes transformation digitale, transformation numérique, sont maintenant plus que galvaudés.

Dans de nombreux cas, la transformation est limitée à une évolution technologique ou à des optimisations des processus métier qui sont encore trop souvent limités à des quickwins et à du court terme. L’impact humain de cette dernière aussi bien dans les métiers que dans l’IT n’est pas toujours estimé à sa juste valeur.

Ces différents articles ont pour ambition de décrire de façon macroscopique les attendus d’une transformation numérique, l’aide qu’apportent les nouvelles technologies et l’innovation. Nous présenterons la nécessité de mettre en place une stratégie en n’hésitant plus à voir grand, à sortir de l’ordinaire. Nous verrons les impacts d’une transformation sur les métiers y compris ceux de l’IT et la nécessité d’accompagner ces derniers pour ce passage.

Benito Diz est un entrepreneur, un dirigeant, qui pilote des systèmes d’information et conduit des transformations. Avec plus de 35 ans d’expérience, il s’est passionné d’informatique depuis ses 10 ans. Il a suivi une formation en informatique de gestion qu’il a poursuivie au CNAM.

Son expertise est la transformation numérique, qu’il a pratiquée, avec succès, dans différents secteurs métiers et dans de grandes entreprises telles que Bnpp, GdfSuez, Département des Hauts-de-Seine, Veolia ou encore Action logement, soit en tant que CTO, soit en tant que Dsi, Dsi groupe ou encore en tant que directeur général d’une ESN interne. Il s’est spécialisé dans les nouvelles technologies, l’innovation au service des transformations des entreprises.

Retrouvez les derniers articles de cette chronique :
Voir tous les articles

[Chronique] Move-to-cloud : quelles compétences pour une équipe projet dédiée ?

Notre chroniqueur Benito Diz poursuit son travail d’analyse des étapes clés du move-to-cloud, avec une 3e article qui s’intéresse à la forme que doit prendre dans une organisation l’équipe projet dédiée à cette transformation.

Move-to-cloud quelles compétences pour une équipe projet dédiée

Dans ma précédente chronique, j’ai décrit les deux premières étapes clés du Move-to-cloud que sont la culture digitale et l’évaluation. Mais au-delà de ces bases, cette transformation ne peut se réaliser qu’en mode projet avec une équipe dédiée. Pour réussir, elle devra faire appel aux sachants de chaque métier de l’IT. C’est la 3e étape clé.

Avant toute chose, il faudra identifier un patron, un leader chargé de la stratégie et du pilotage global de la migration.

Dans cette équipe Projet, hormis les fonctions traditionnelles de pilotage, certaines nouvelles ou renouvelées ont leur importance :

  • L’expert des flux

La reprise en main des flux est primordiale. Par conséquent, l’installation d’un bus de données ou d’une API/Gateway favorisent la reprise en main des derniers de façon sécurisée et centralisée. L’accès aux flux repasse alors sous contrôle avec des autorisations gérées en fonction de profils prédéfinis.

Le bus de données autorise la mise en place de Web Services ou d’APIs présentant des demi-interfaces (côté client/Application et côté service). Chaque demi-interface peut alors évoluer de manière indépendante et seul un traitement au sein du bus de données devra aménager ce changement.

  • Le FinOps, contrôleur de gestion du Cloud

Une migration vers le Cloud rime aussi avec une meilleure maîtrise des coûts par une facturation (ou refacturation) à l’usage, éventuellement jusqu’à la seconde ou à l’objet traité, ou encore à l’action traitée.

Une vérification et une optimisation de cette tarification grâce aux outils proposés s’imposent de façon récurrente, jusqu’à établir la bonne adéquation entre l’infrastructure mise en place et son utilisation.

Le rôle du FinOps sera alors d’alerter les développeurs (Dev) ou la production (Ops) de la mauvaise adéquation de la configuration au regard de l’usage qui en est fait. Ce dernier devra disposer du droit de changement des configurations vis-à-vis de ces deux populations.

La pertinence de cette fonction est avérée dès le début de la migration où les architectes ont souvent pour défaut d’installer dans le Cloud des configurations identiques en puissance aux configurations sur site, ou avec des contraintes de sécurisation de la donnée ou de mise à l’échelle fournies de base dans le Cloud, alors que ces dernières sont surdimensionnées du fait de la limite imposée par les constructeurs dans l’Ancien Monde.

Au vu de la simplicité d’évolution des configurations, des duplications d’environnements complexes pour les environnements de recettes, de tests, de préproduction, de formations, ou encore pour faire des proofs of concepts (prototypages dynamiques), cette fonction devient essentielle pour décommissionner, voire détruire, ces environnements pour la plupart éphémères.

  • L’incident manager

À l’instar de la cartographie des applications et des flux dans un processus de transformation dans le Cloud, l’état de fonctionnement de ces applications révèle toute son importance dans ce contexte. L’Incident Manager s’impose alors pour dresser un état des lieux précis des applications avant migration.

Cet état des lieux sera réalisé avec les équipes de la DSI et les métiers afin d’obtenir le ressenti de l’utilisateur, indispensable référent pour valider le bon fonctionnement de l’application post-migration.

  • Les experts réseau & sécurité

La réurbanisation des infrastructures support des applications métiers nécessite obligatoirement une compétence réseau et sécurité afin de construire au mieux, dans les environnements IaaS et PaaS, un socle cohérent et viable dans l’optique d’obtenir une qualité de service de bout en bout.

Lors de cette réurbanisation, avec l’architecte Cloud, tous les nouveaux services autoporteurs de fonctions de sécurité et de réseaux devront être revus.

Cette évolution majeure nécessite des compétences pour redéfinir (et non adapter) les règles de transferts de flux, ainsi que la sécurité de ces derniers ou de l’accès aux services publiés.

  • L’architecte Cloud

À l’occasion de cette réurbanisation, l’architecte Cloud devra disposer d’une appétence à la solution Cloud choisie. Ce rôle étant primordial pour la construction des nouvelles infrastructures destinées aux applications.

  • L’ingénieur des données

La reprise en main de la donnée est l’un des piliers de la migration vers le Cloud. L’ingénieur des données (data engineer) accompagne les équipes pour choisir les solutions de traitement et de sécurisation de la donnée sur toutes les couches. Il est spécialisé sur les problématiques de croisement et de gestion des données à large échelle en utilisant des outils du Cloud et des techniques bien particulières. Il est aussi proche des métiers et capable d’utiliser les frameworks de calcul massivement parallèle pour gérer les gros volumes de données.

  • Le DPO

Le DPO (Data Protection officer) doit être impliqué à tous les stades du projet afin d’y intégrer son expertise et d’encadrer globalement la transformation pour qu’elle reste conforme à la réglementation en matière de protection des données.

A lire aussi : Move-to-cloud : quels fondamentaux pour (vraiment) réussir la transformation de l’entreprise ?

Exemple de construction d’équipe :

  • Pilotage
    • 1 Directeur du Programme
    • 1 FinOps
    • 1 DPO
    • 1 Incident Manager
    • 1 architecte Cloud
    • 1 ingénieur des données
    • 1 RSSI
  • Projets
    • 1 à n Directeurs de Programmes ou Chefs de Projets en fonction du périmètre
  • Exploitation
    • 1 Responsable de l’Exploitation en transition
    • 1 à n ETP en charge des cartographies aidé(s) par les équipes en place
    • 1 à n ETP dans les équipes en place
  • Flux
    • 1 expert pour piloter la migration des Flux
    • 1 à n ETP pour documenter la cible
    • 1 expert sécurité opérationnelle
  • Intégration
    • 1 expert pour piloter la construction du nouveau datacenter virtuel et l’Intégration des applications
    • 1 à n ETP pour documenter la cible
    • 1 expert Réseaux
    • 1 expert sécurité opérationnelle

Fort d’une telle équipe dédiée, l’entreprise pourra ensuite se concentrer sur un autre sujet structurant, celui de l’inventaire et de la cartographie. J’y reviendrais plus en détail dans ma prochaine chronique, en janvier 2023.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.