Navi Radjou dévoile son modèle pour inscrire les entreprises dans une économie du partage

Chercheur en innovation frugale et expert en leadership, Navi Radjou publie aujourd’hui avec Terra Nova une vaste note sur la révolution du partage B2B. L’objectif : proposer une taxonomie assortie d’un modèle de maturité dont les entreprises et pouvoirs publics peuvent s’inspirer pour s’insérer dans l’économie du partage – à l’image des champions du domaine comme Uber ou Airbnb. D’après le chantre de l’innovation frugale, ce remède alliant partage de valeurs et logique écosystème permettrait d’allier gains économiques et bénéfices en matière d’inclusion sociale, d’environnement et de santé.  

 

Navi Radjou a théorisé et diffusé le concept d'innovation frugale en 2015, lorsqu'il publie avec Jaideep Prabhu l'ouvrage "L'innovation frugale : Comment faire mieux avec moins".

Navi Radjou a théorisé et diffusé le concept d’innovation frugale en 2015, lorsqu’il publie avec Jaideep Prabhu l’ouvrage « L’innovation frugale : Comment faire mieux avec moins ».

« En 2022, alors que le monde aperçoit la sortie de la pandémie de COVID-19 et d’une lourde récession mondiale, que se passerait-il si les entreprises commençaient à partager entre elles leurs ressources physiques et immatérielles ? »

 

Ce point de réflexion est primordial pour comprendre la démarche de Navi Radjou, chercheur réputé en innovation frugale qui s’inspire notamment de la débrouillardise des pays du Sud pour forger sa vision de la sobriété économique et technologique. 

 

À lire aussi : Navi Radjou : « Le numérique peut (aussi) aider à construire l’économie frugale » 


Cette fois-ci, Navi Radjou s’adresse autant aux pouvoirs publics qu’aux entreprises elles-mêmes dans une note d’une vingtaine de pages. Convaincu des bénéfices multiples que les acteurs peuvent tirer de l’économie du partage, l’expert en leadership propose une taxonomie à suivre pour devenir mature sur ces enjeux.

Ce modèle de partage B2B se divise en six niveaux : les déchets, les actifs physiques, le pouvoir d’achat, les employés, les clients et la propriété intellectuelle. Pour en savoir plus sur chaque composante, consultez le rapport de Navi Radjou.

La démarche présentée suscite une logique écosystème débridée, qui privilégie les partenariats stratégiques et le partage de ressources à plus grande valeur. C’est une posture qui tend vers « un objectif noble » : l’économie frugale comme synthèse vertueuse entre impacts économiques d’un côté, sociétaux et écologiques de l’autre.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *