A la découverte des neuf lauréats du concours Cleantech Open France 2022

Plus de 180 candidatures, 45 finalistes ayant pitché devant 80 jurés chez Bpifrance fin septembre… Au final, seules neuf entreprises ont été lauréates de ce concours qui constitue un événement important pour l’écosystème Cleantech français, au service de la transition environnementale, énergétique et climatique.

Neuf lauréats au concours Cleantech Open France 2022

Les neuf entreprises lauréates de l’édition 2022 du Concours Cleantech Open France ont été désignées. Elles couvrent un champ très large de domaines d’activité, allant de l’économie circulaire aux énergies renouvelables, en passant par l’efficacité énergétique, la mobilité et la chimie verte.

Dans le secteur de l’économie circulaire, Fairmat recycle les composites à base de fibres de carbone en produisant un nouveau matériau recyclé à l’empreinte carbone extrêmement faible, plus léger et plus résistant que l’aluminium. Cette solution évite ainsi l’enfouissement ou l’incinération des déchets de production et des pièces industrielles en fin de vie issues du secteur aéronautique, éolien ou nautique. L’entreprise créée par Benjamin Saada a levé 8,6 millions d’euros en octobre 2021, investis par le fonds Singular et des business angels.

A lire aussi : Le secteur des médias, mauvais élève de l’impact environnemental des sites internet

Dans le domaine des énergies renouvelables, Energo développe une technologie brevetée qui permet de convertir les gaz de manière plus rapide, plus économique et plus écologique. Cette technologie, appliquée à la méthanisation du CO2, facilite la production de gaz renouvelable à un coût 40 % moins cher que les approches conventionnelles. En juillet dernier, le ENGIE Lab CRIGEN a participé au premier test d’injection de méthane de synthèse dans le réseau de distribution de gaz naturel avec la technologie développée par la start-up.

En matière d’efficacité énergétique, Packgy se distingue grâce à une technologie permettant de réduire par un coefficient 3 les irréversibilités connues des machines conventionnelles de transfert de chaleur (groupes frigorifiques, pompes à chaleur, machines thermiques motrices…). Packgy cible notamment les secteurs de l’agroalimentaire et des bâtiments tertiaires et résidentiels avec sa division dédiée aux pompes à chaleur hautes performances. Deux autres business units sont consacrées à l’efficience des chaleurs fatales basses températures et au stockage thermique d’électricité longue durée.

Fleximodal : permettre une conteneurisation du dernier kilomètre

Sur le terrain de la mobilité, Fleximodal vise à faciliter l’intermodalité des derniers maillons de la chaîne logistique grâce à des solutions matérielles combinant les fonctions de manutention et de transport. L’objectif est de permettre une conteneurisation du dernier kilomètre. Ses remorques pour vélo et triporteurs peuvent lever et transporter des marchandises conditionnées en palette européenne ou en micro-conteneurs de dimensions équivalentes. ​La start-up a été créée en 2015 par Charles Levillain. Elle est basée à Cesson-Sévigné, en Ille-et-Vilaine.

De son côté, Gwilen transforme les sédiments marins en produits pour le design, l’architecture et la construction. Le procédé développé par la start-up exploite les propriétés intrinsèques des sédiments marins en s’inspirant du processus naturel qui transforme les sédiments en roche. La jeune pousse propose ainsi un matériau écologique innovant issu de ressources déjà disponibles et aujourd’hui inexploitées : les sédiments portuaires.

En matière de chimie verte, Eranova transforme quant à elle un problème en solution et utilise la prolifération d’algues vertes comme ressource pour lutter contre la pollution plastique. Ces macro-algues vertes échouées sur les plages servent à la fabrication de résines biosourcées, recyclables, compostables par un procédé d’upcycling. Ce matériau flexible, sans odeurs, sans couleurs, rigide ou flexible pour l’emballage ou les composites, est fabriqué en France. Une technologie brevetée dans 30 pays dont les États-Unis.

Enfin, Cearitis protège les cultures arboricoles des ravageurs grâce au biocontrôle et à la lutte biologique. Alors qu’aujourd’hui, on estime à 10 milliards de dollars les dégâts annuels causés par les mouches des fruits sur les filières arboricoles, l’innovation technologique de Cearitis se trouve dans l’identification des composés actifs répulsifs et attractifs et dans la conception d’un piège autonome.

Ces neuf entreprises lauréates représenteront la France au Cleantech Open Global Forum international qui se tiendra les 3 et 6 octobre 2022.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.