Cet article fait partie du dossier

Industrie 4.0 : Bel et bien en route
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Patrick Johnson (Dassault Systèmes) : “l’excellence française est à la source des laboratoires d’IA dans le monde.” 

Patrick Johnson, Vice-Président Corporate Research & Science chez Dassault Systèmes, revient sur les conditions qu’il considère idéales pour mener un projet de recherche à destination du monde industriel.

En 2019, le Scikit-Learn a remporté le prix de l'innovation Inria - Dassault Systèmes. Les chercheurs récompensés sont _ Loïc Esteve et Olivier Grisel, chercheurs Inria et Alexandre Gramfort, Bertrand Thirion,

En 2019, le Scikit-Learn a remporté le prix de l’innovation Inria – Dassault Systèmes. Les chercheurs récompensés sont Loïc Esteve et Olivier Grisel, chercheurs Inria etAlexandre Gramfort, Bertrand Thirion, Gaël Varoquaux, Ingénieurs de recherche Inria.

Quels sont les principaux freins à la réussite d’un transfert technologique de la recherche vers l’industrie ?

Patrick Johnson. Il faut bien comprendre les points de valeur différents attendus respectivement par les chercheurs et les industriels qui coopèrent sur ce genre de projet. Dès le début, la principale difficulté est de s’assurer qu’on catalyse une vraie liberté de recherche et d’exploration tout en assurant une valeur pertinente et claire pour des cas d’usages. C’est à dire identifier tous les besoins, les champs d’applications, et les potentiels issus de la recherche. Il faut arriver à se projeter sur une expérience industrielle mais tout en gardant une démarche scientifique de premier plan. Car nous sommes à une ère non plus de produits et de services mais d’expériences. 

Il y a bien sur la question de la propriété intellectuelle et industrielle. Les chercheurs ont une prérogative de partage et publication de leurs travaux, et de reconnaissance et évaluation par leurs pairs. Du coté industriel, il y a un besoin de valeur différentiante, qui se traduit potentiellement par une protection. Cela passe là aussi par une discussion très itérative et nous avons recours par exemple à des mécanismes puissants comme les brevets qui permettent une pleine distinction entre auteur et propriétaire. Aujourd’hui ces processus sont devenus pratiques courantes et de plus en plus fluides.

Comment Dassault Systèmes assure l’accompagnement de ces projets de recherche ?

Alliancy Connect : j'actionne cet article !
Ce sujet est une priorité ? Vous aimeriez rencontrer la personnalité interviewée ? Vous souhaiteriez partager votre expérience sur le sujet ? 

Patrick Johnson.Au début d’un projet, il y a souvent une idée de scénario scientifique et technologique qui émerge ou qui entend répondre à un besoin bien identifié. Il faut la rendre robuste en la confrontant à des cas adjacents. Puis, la collaboration intime entre les technologues, chercheurs et industriels permet d’identifier des usages possibles. Souvent d’ailleurs, d’autres cas d’usage apparaissent au cours du développement. De notre côté, le travail d’accompagnement consiste à crystaliser ce qui peut être applicable ou non et les voies complémentaires éventuelles. Dassault Systèmes couvre une douzaine d’industries et une soixante de segments ; nous sommes donc à même de cartographier tous les besoins industriels et permettre une cross-fertilisation vaste à la fois multi-technologique et multi-sectorielle. De ce point de vue, nous jouons un rôle de projection de l’excellence en recherche vers les secteurs et experiences industriels.

Est-ce à travers ce prisme là que vous avez décerné en 2019 le prix Inria à l’équipe Scikit-Learn ?

Patrick Johnson. Depuis dix ans, le prix de l’innovation Inria – Académie des sciences – Dassault Systèmes met en avant l’excellence de la recherche qui a un impact sur le monde industriel. Ce concours n’est pas seulement réservé aux chercheurs de l’INRIA mais de manière générale, il permet d’assurer une continuité, que cela soit un transfert vers l’industrie ou une création d’entreprise. Nous n’avons pas d’autre volonté dans cette démarche que clairement favoriser et encourager les partenariats publics/privés. 

Avec l’ensemble du jury, nous avons décidé de décerner cette année le prix à l’équipe Scikit-Learn, pour reconnaître un apport de tout premier plan sur la scène mondiale de l’intelligence artificielle. Scikit-Learn a développé la seconde librairie d’IA la plus téléchargée au monde et elle est utilisée dans de nombreuses sociétés connues. Je pense qu’il est aussi important de souligner que l’excellence française est à la source des laboratoires d’IA dans le monde. Scikit-Learn représente bien cette excellence scientifique et ingénieriale française.

Le Scikit-learn récompensé

En 2019, les lauréats du prix de l’innovation Inria – Dassault Systèmes sont Loïc Esteve et Olivier Grisel, chercheurs Inria et Alexandre Gramfort, Bertrand Thirion, Gaël Varoquaux, Ingénieurs de recherche Inria. Ils sont récompensés pour avoir développé le logiciel Scikit-learn. C’est la seconde librairie d’Intelligence Artificielle la plus téléchargée au monde, derrière TensorFlow de Google. Son principal objectif est de donner accès à l’apprentissage statistique à la fois pour la recherche et pour la formation. Il est utilisé dans le monde académique mais également par de nombreuses entreprises. Ce logiciel open-source est considéré aujourd’hui comme “la” référence en matière de machine learning en Python, facile à utiliser et fiable..

Un article actionnable « Alliancy Connect »

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum libero eget consequat. amet, dolor. et,