Merci Bobby : une plateforme pour « dépoussiérer l’orientation »

Pas toujours simple de savoir le métier que l’on veut faire, la formation qui vous y mènera et encore moins l’école où il faut aller… Pour accompagner les jeunes dans ces réflexions, le site Merci Bobby leur permet de répondre à toutes ces interrogations en s’adressant directement aux professionnels.

Stéphane Mirandelle, le fondateur de mercibobby

Stéphane Mirandelle, le fondateur de mercibobby

Il apparaît sur l’écran avec un joyeux « Salut Floflo ! ». On ne se connaît pas, c’est la première fois qu’on se parle. Mais Stéphane Mirandelle, le fondateur de mercibobby.com, manie les codes de la start-up nation avec un brin d’ironie… et ça le rend sympathique.

A lire aussi : [Diaporama] 11 start-up pour recruter différemment

Un tempérament qui explique sans doute comment il a pu réaliser 500 interviews en l’espace d’un an, ouvrant des fenêtres de 10 à 15 min sur le quotidien de professionnels (tous métiers confondus) prêts à partager publiquement leur expérience.

Merci Bobby se présente comme une plateforme communautaire : à mi-chemin entre réseau social et diffusion de contenus. Son ambition : « dépoussiérer et humaniser l’orientation ».

« Je veux replacer l’échange humain au cœur du processus d’orientation. On a tous en tête les plaquettes des CIO, avec ce côté à la fois très formel et déconnecté du terrain. Chez nous, en quelques clics, l’internaute découvre les profils de professionnels en poste et d’étudiants ; il demande des mises en relation rapides, par mail, téléphone ou visio, pose ses questions, confronte son projet à la réalité et valide (ou pas) son choix. »

Merci Bobby propose également un test de personnalité sous la forme d’un court métrage interactif. A l’image de son fondateur, le ton et la charte graphique sont décomplexés et « fun » afin de rendre l’expérience la plus agréable possible.

Elle est aussi gratuite. Alors : 650 fiches métiers, 500 vidéos, 1000 écoles, 500 formations et 2 000 « Bobby » disponibles pour répondre aux questions des jeunes qui s’interrogent sur leur avenir… Quel est le modèle économique choisi ?

Contrairement à un certain nombre de ses concurrents, Stéphane ne rémunère ni les étudiants qui donnent leur avis sur leur école, ni les professionnels qui témoignent.

« J’ai débuté l’aventure en 2011 avec fichemetier.fr qui est monté jusqu’à 400 000 vues par mois. C’était un site qui fonctionnait grâce à l’apport de leads : les écoles me rémunéraient les mises en relation avec les futurs étudiants. »

Depuis, Stéphane a tenté l’entrepreneuriat (avec Mobibam) et continué d’explorer le marketing digital, en lançant des sites comme « Stop la clope ».

Il s’est aujourd’hui recentré sur fichemetier.fr qu’il a transformé en « Merci Bobby » et souhaite en faire « un projet à mission ». « Nous sommes sept. Notre audience est composée pour moitié de jeunes qui cherchent leur voie et de moins jeunes qui pensent à la reconversion. Nous travaillons sur fonds propres, avec un horizon en fin d’année 2022. D’ici là, j’explore plusieurs business models et notamment la production de vidéos « brandées » pour les écoles. Mais je ne souhaite plus travailler au lead. »

Avis à nos lecteurs portés sur la transmission : Stéphane continue les interviews et vous accueillera les bras ouverts pour un témoignage.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.