Romain Dausset (PimpMyApp) : « L’inclusion de la diversité est la clé de la différenciation de demain » 

Alors que le secteur du numérique souffre d’une pénurie de profils toujours marquée, PimpMyApp, un programme organisé par l’ESN Warren Walter, souhaite mettre en avant des talents issus de la diversité. Romain Dausset, co-organisateur des ateliers, partage pour Alliancy ses convictions, totalement convaincu que l’inclusion sera la clé du dynamisme de l’entreprise de demain. 

RomainDausset, co-organisateur de PimpMyApp.

Romain Dausset, co-organisateur de PimpMyApp.

Alliancy. En quoi consiste l’initiative PimpMyApp et d’où vient-elle ?

Romain Dausset : PimpMyApp est un programme organisé par Warren Walter depuis 2016 pour mettre à profit son expertise dans les métiers du numérique et donner un coup de pouce aux personnes qui en ont besoin. Avec mon associé Quentin Gillard, nous nous sommes rendus compte en créant des formations en alternance dans des écoles du numérique que ce type de formation avait un réel intérêt pour faire marcher l’ascenseur social. 

Le principe de départ était de réunir des étudiants au sein d’ateliers « Design Sprint » destinés à réaliser, en équipes, des prototypes d’application web, mobile ou IoT pour le compte de grandes entreprises. Les personnes en fin d’études ou en reconversion pouvaient ensuite valoriser leur CV grâce à ces expériences. 

Trop souvent, les entreprises ne jouent pas le jeu de l’intégration de ces talents. Ce n’est pas normal d’avoir des jeunes qui ont tout pour réussir, mais qui échouent par manque de réseau ou d’un CV robuste. Notre mission est de leur remplir leur CV pour les aider à décrocher un entretien, voire un emploi. 

Nous avons d’ailleurs obtenu le patronage de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et continuons de tisser des liens avec des institutions comme Pôle Emploi et l’Apec ou des associations comme “Nos quartiers ont du talent”.  

Les entreprises sont-elles prêtes à inclure la diversité ?

R. D. : Nous avons dû faire face à de nombreux préjugés au début de notre initiative. Mais, très vite le format a fonctionné et 85 % de nos participants ont trouvé des débouchés professionnelles positives. C’est à ce moment que nous nous sommes dits que nous pouvions appliquer ce schéma à d’autres thématiques liées au handicap et aux personnes réfugiées. 

Si les entreprises passent à côté de ces profils, c’est souvent par manque de connexion et d’information vis-à-vis de ces milieux. Elles sont trop souvent installées dans un entre soi qui se répercute dans leur manière de recruter. Cela passe d’ailleurs par les partenariats et les réseaux d’écoles qu’elles entretiennent depuis longtemps. 

Je suis convaincu que les entreprises qui vont se démarquer sont celles qui intègrent une dynamique sociale dans leur modèle économique. L’inclusion de la diversité est la clé de la différenciation de demain. 

Nous nous servons de PimpMyApp pour concrétiser nos valeurs et faire de la sensibilisation aux handicaps visibles et invisibles par exemple. C’est aussi un moyen de valoriser les rôles modèles qui ont réussi pour montrer que c’est possible. La mission sous-jacente de nos ateliers n’est pas seulement la recherche d’emploi, mais aussi le développement de l’estime de soi au sein d’un programme exigeant et concret. 

Plusieurs entreprises sont partenaires de nos événements : Deloitte, GRDF, GRTGaz, l’Urssaf, Pôle Emploi, Engie ou encore BNP Paribas. Nous cherchons ensemble des challenges à résoudre sur un outil existant ou simplement une intuition. Pour l’Urssaf par exemple, l’objectif a été de trouver des moyens de rassurer les collaborateurs sur leur retour en présentiel. L’atelier a donné lieu à la création d’une application mobile pour réserver son bureau avant d’arriver au travail et obtenir des informations en temps réel sur la fréquentation des locaux. D’autres organisations se sont investies dans le mentorat ou le coaching individuel comme Doctolib, Wework, l’Apec, Salesforce et Linkedin. 

Edition 2019 de PimpMyApp, en partenariat avec Deloitte.

Edition 2019 de PimpMyApp, en partenariat avec Deloitte.

Quels profils vous intéressent et quelles sont leurs débouchées ?

R. D. : Nos profils sont très différents en termes de compétences et de diplômes car nous ne les sélectionnons pas à partir de leur CV mais sur la base du potentiel, de la passion et de la personnalité. Notre postulat repose essentiellement sur l’égalité des chances et l’innovation. Nous associons les deux et c’est ce qui fait notre force. L’innovation doit découler directement de la diversité et tout l’enjeu est de donner l’opportunité à ces talents de faire leur preuve. 

Nos talents débouchent majoritairement sur des métiers de développeurs, designers informatiques ou bien encore dans le marketing et la communication. Les secteurs sont assez variés, du secteur public au privé en passant par le milieu bancaire ou celui de l’énergie. 

Lors de notre dernière édition par exemple, nous avons recruté une personne en situation de handicap invisible qui ne pouvait plus pratiquer son métier d’artiste plasticien. Nous l’avons embauché chez Warren Walter en tant que facilitateur pour des missions chez nos clients.

Il ne faut pas non plus oublier la fracture territoriale car il sera toujours plus simple de trouver un emploi pour une personne vivant à Paris, Nantes ou Lyon ; comparé à celle qui demeure éloignée des centres économiques. La généralisation du télétravail ouvre de nouvelles opportunités : c’est la raison pour laquelle nous avons développé notre programme à distance.

CALENDRIER DES DESIGN SPRINT DE PIMPMYAPP

» PimpMyApp Premier Emploi : 22 novembre > 03 décembre 2021 pour toute personne ayant fini ses études ou en reconversion dans un nouveau métier 

» PimpMyApp Réfugiés : 31 janvier > 11 février 2022 pour les personnes qui bénéficient d’une protection internationale (avec problématique de maîtrise du français) 

» PimpMyApp Accessibilité Numérique & Handicap : 21 mars > 01 avril 2022

» PimpMyApp Alternance : 22 août > 02 septembre 2022

Quels sont vos prochains challenges ?

R. D. : Nous travaillons en ce moment sur l’étude d’impact de notre programme et les externalités positives générées. Au fond, qu’est-ce que nous apportons à la société ? Quel effet rebond rapporte nos rôles modèles aux autres ? 

Cette valorisation des rôles modèles est essentielle car c’est par l’exemple que tout un chacun peut développer l’estime de soi. Les personnes qui en ont le plus besoin peuvent s’en inspirer et réussir à leur tour. 

Nous voulons donc inviter davantage de mentors qui peuvent coacher nos talents, notamment sur leur prise de parole. Nous avions eu par exemple Fanchon Mayaudon-Courtel qui avait réussi à faire plier Google sur la modification de son algorithme faisant remonter automatiquement des sites pornographiques dès lors que le terme « lesbienne » était recherché. Il y a eu également des entrepreneurs inspirants comme Maxime Renaud, fondateur de monbanquet.fr, ainsi qu’un mentor québécois exceptionnel, Stéphane Deslauriers, qui clôture chacune de nos éditions par un échange qui boost réellement la confiance en soi.

Nous souhaitons également en 2022 utiliser notre ingénierie événementielle pour traiter des sujets liés à l’environnement, la diversité ou bien encore la discrimination dans le monde du travail. L’idée est de réunir cinq entreprises de secteurs différents au sein d’ateliers pour créer des méthodes accessibles à toute organisation en opensource. 

À lire également sur Alliancy tous nos articles sur la diversité et l’inclusion


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *