Stéphane Junique (Harmonie Mutuelle) : “L’emploi est un enjeu local plus que national“

Fruit de l’union de cinq mutuelles en 2013, Harmonie Mutuelle vient d’annoncer la création d’un fonds d’impact de 200 millions d’euros pour soutenir la création et la sauvegarde des emplois dans les régions. Stéphane Junique, président de la mutuelle santé, s’est entretenu avec Alliancy pour expliquer cette démarche.

Stéphane Junique, président de Harmonie Mutuelle.

Stéphane Junique, président de Harmonie Mutuelle.

Alliancy. Est-ce que ce projet de fonds d’impact a été pensé spécialement pour répondre à la crise actuelle ?

Stéphane Junique. Ce projet de création de fonds d’impact était porté avant la crise, depuis dix-huit mois environ. Mais il prend tout son sens aujourd’hui, notamment sur la question de la sauvegarde de l’emploi, car son objectif est de soutenir les entreprises à fort potentiel de développement, qui ont parfois des difficultés à se financer, directement dans les territoires. L’identité de Harmonie Mutuelle est fortement ancrée dans les territoires et très liée aux 63 000 entreprises qui sont nos clientes : nous sommes un acteur inscrit dans le temps long et l’impact sociétal fait partie de nos choix d’investissement. Nous avons choisi de mettre nos actifs au service de l’Economie réelle et de l’emploi plutôt que des marchés financiers. Notre responsabilité consiste à investir dans les entreprises créatrices d’emploi en fonction de critères d’Investissement socialement responsable (ISR).

L’investissement à impact est-il une des réponses pour sauvegarder l’emploi ?

Stéphane Junique. En France, l’investissement à impact reste marginal. Il devrait être plus important pour rendre la gestion d’actifs, notamment des mutuelles, pleinement utiles à nos territoires, à notre société. Au cours de l’année 2019, nous avons remarqué un vrai besoin de la part des TPE, PME et ETI qui n’ont pas forcément le carburant financier pour se développer mais qui sont prêtes à aller plus loin pour porter leur projet d’entreprise. Nous avons dédié deux poches d’investissement distinctes : 70 millions d’euros pour les plus petites entreprises d’une part et 130 millions d’euros pour les moyennes et plus grandes d’autre part.

A lire aussi > Digitalisation des PME : l’évidence post-crise

Il n’y a pas de critères d’exclusion du fait de la taille des entreprises. Pour définir les choix d’investissement du fonds, nous préférons nous baser sur des indicateurs qui permettent de mesurer la force du projet entrepreunariale ou de la gouvernance ainsi que la qualité de l’emploi dans l’entreprise. Nous prenons en compte, notamment, la proportion de CDI, la mixité sociale, le taux d’absentéisme. Toutes ces informations quantitatives et qualitatives sur ces entreprises nous sont fournies par Eiffel Investment Group et Ethifinance.

Le Gouvernement a récemment annoncé des plans de sauvetage de l’industrie aéronautique ou encore du secteur automobile… Est-ce que votre engagement ne fait pas doublon avec l’action publique ?

Enquête Nouvelles priorités stratégiques pour la DSIStéphane Junique. Notre premier métier est d’assurer la protection sociale durable de nos adhérents, mais nous avons également l’ambition de faire en sorte que les territoires où nous sommes présents soient les plus dynamiques possibles. Nous saluons les dispositifs d’impact social porté par les pouvoirs publics et notre volonté n’est pas de les remplacer, mais de les faire vivre et de les compléter. Tout ne se décrète pas à Paris et le poumon économique de notre pays ce sont aussi nos régions. L’emploi est un enjeu plus local que national.

La création de notre Fonds s’inscrit dans le prolongement du soutien apporté historiquement par Harmonie mutuelle dans l’accompagnement de nombreuses régions qui déploient des mécanismes de développement territorial. Nous sommes impliqués, par exemple, dans les fonds de consolidation des entreprises de régions comme Reboost (Hauts de France) et Pays de la Loire Croissance. Autre exemple, nous avons participé à la création, dans la métropole nantaise, de la Creative Care Factory installée depuis 2017 dans les locaux d’Harmonie mutuelle qui accueille une dizaine de start-up œuvrant autour de la thématique de la santé, du bien-être et du mieux vivre. Ce sont autant de projets locaux que nous soutenons qui peuvent donner lieu à des synergies entre acteurs d’un même territoire mais surtout participer à leur développement et à leur attractivité.

Les acteurs du privé auraient-ils donc un rôle à jouer et une responsabilité sociétale ?

Stéphane Junique. Oui. Les mutuelles jouent un rôle majeur en termes d’innovation sociale et de stratégies d’investissement social. Nous agissons pour lutter contre la montée des inégalités sociales et territoriales, pour imaginer de nouvelles solidarités ou encore construire du progrès social et écologique. J’ai la conviction qu’il existe un autre chemin pour notre société que celui du profit immédiat.

L’investissement social que nous portons, en complément des investissements publics, permet d’activer certaines dépenses de notre modèle social pour les rendre productrices de citoyenneté et répondre à des besoins aigus nécessitant davantage une offre de services qu’une distribution monétaire. Investir dans la petite enfance, organiser une prévention en santé plus précoce, notamment en milieu professionnel, optimiser le parcours de soins, adapter les logements pour faire face aux défis de la société de la longévité sont autant de pistes d’action et d’investissement portées par notre mutuelle. Ce rôle des mutuelles mériterait d’être davantage reconnu tant il répond aux nombreux défis de notre société.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ipsum Nullam dictum mi, nunc leo quis