Transition vers le cloud : quel impact sur les postes et les responsabilités ?

Tristan Ouin, Head of Atlassian France, revient sur les changements de rôles et de responsabilités engendrés par la transition vers le cloud des entreprises. En effet, une transition vers le cloud nécessite plus que de simples modifications de la pile technologique lorsque les entreprises doivent également accélérer les changements de rôles et de responsabilités. Tous les services sont concernés, en particulier les équipes informatiques qui se trouvent libérées de la maintenance chronophage de l’infrastructure technologique sur site.

Tribune-de-Tristan-Ouin,-Head-of-Atlassian-France

Tristan Ouin, Head of Atlassian France

Avec le passage massif au télétravail, la transition vers le cloud est plus urgente que jamais pour les entreprises. Quel que soit le degré de maturité de transformation cloud d’une entreprise avant le début de cette nouvelle ère, les employés doivent désormais être en mesure d’accéder en toute sécurité aux logiciels et aux données de travail depuis leur domicile. Cependant, répondre à ce besoin nécessite plus que de simples modifications de la pile technologique. Lorsque les entreprises accélèrent les initiatives de transformation numérique liées au cloud, elles doivent également accélérer les changements de rôles et de responsabilités qu’elles entraînent. Tous les services sont concernés, en particulier les équipes informatiques qui se trouvent libérées de la maintenance chronophage de l’infrastructure technologique sur site.

Évolution des postes dans la pratique

Des postes tels que celui de l’architecte de solutions et l’architecte d’entreprise deviennent particulièrement cruciaux lors d’une transition vers le cloud, même si leurs titres peuvent changer. Les postes liés aux infrastructures tels que l’administrateur réseau, l’administrateur de base de données et l’administrateur de stockage, doivent calibrer les compétences en fonction de l’infrastructure à l’échelle du cloud et doivent gérer davantage de couches d’automatisation. Les travailleurs possédant cette précieuse expérience se recentrent souvent sur la gestion d’environnements cloud comme Azure ou AWS.

Carnet d'expériences Alliancy Cloud et ConfianceD’autres postes nécessitent également des ajustements. L’ingénierie et le développement logiciel, par exemple, sont pertinents dans n’importe quel contexte technologique, mais prennent une saveur différente dans le cloud. Dans un environnement informatique, ces postes sont généralement appliqués à l’intégration et à l’ingénierie des données, plutôt qu’au développement d’une pile complète.

La mesure dans laquelle l’organigramme informatique évolue dépendra de la proportion de la charge de travail du service qui passe au cloud. Les industries fortement réglementées peuvent exiger des entreprises qu’elles continuent de construire et d’entretenir certaines de leurs propres infrastructures. Même lorsqu’il n’y a pas de problème de données sensibles pour empêcher une entreprise de passer de manière significative au cloud, des problèmes uniques peuvent toujours survenir. Par exemple, les éditeurs de logiciels, qui s’appuient sur une technologie propriétaire pour créer leurs produits, doivent intégrer des systèmes derrière le pare-feu avec des produits SaaS tiers. Cela peut rehausser le profil des postes de sécurité chargés de superviser les intégrations sensibles.

L’évolution de ces postes individuels reflète l’évolution plus large de l’informatique en tant que fonction, les entreprises cherchant à tirer parti de la plus grande gamme d’applications et de technologies offertes par un plus grand nombre de fournisseurs de services cloud.

Changements de responsabilités les plus courants

Chaque poste est unique, et la façon dont ces changements affecteront chaque individu variera en fonction de son rôle, de son équipe et de son organisation. Mais il existe quelques tendances à grande échelle qui affecteront la plupart des personnes dans la plupart des organisations lorsqu’elles passeront au cloud.

Relations avec les fournisseurs

L’une des caractéristiques les plus fondamentales de l’adoption du cloud est l’accent mis davantage sur la relation que les entreprises entretiennent avec leurs fournisseurs qui deviennent davantage des partenaires : ils doivent considérer le succès de leurs clients comme le leur et aider les équipes informatiques à construire et à exécuter leur stratégie. Cela s’étend au-delà du service informatique : le responsable marketing devra par exemple entretenir sa propre relation avec un tiers dont les outils de collecte de données basés sur le cloud rendent son travail possible.

Comparées à leurs collègues, les équipes informatiques voient leurs rapports avec les fournisseurs encore plus transformés. Alors qu’ils devaient autrefois assurer eux-mêmes la maintenance du logiciel ou du matériel, cette charge incombe aux fournisseurs à la suite d’une transition vers le cloud, dans le cadre de leurs accords avec les entreprises clientes. Par ailleurs, des mises à jour offrant une plus grande sécurité ou des fonctionnalités améliorées peuvent avoir lieu de façon mensuelle ou même hebdomadaire.

A lire aussi : « La qualité du partenariat crée la confiance dans le cloud. »

Le rôle du service informatique dans le maintien de la sécurité évolue également. Dans un environnement entièrement sur site, les entreprises sont responsables de la sécurité de toutes les technologies qu’elles utilisent. A l’inverse, adopter des outils cloud et SaaS signifie stocker des données avec les fournisseurs et compter sur eux pour assurer leur sécurité.

Les entreprises peuvent également décider d’intégrer du personnel informatique aux services pouvant bénéficier du développement de nouvelles capacités techniques et de l’automatisation. Par exemple, un professionnel de l’informatique particulièrement familiarisé avec les outils de vente SaaS peut être amené à intégrer l’équipe de vente pour aider à créer un système de routage des prospects et de gestion des comptes plus sophistiqué.

Plus de concentration commerciale

Historiquement, les professionnels de l’informatique se définissaient eux-mêmes par les fournisseurs dont ils maîtrisaient la technologie. Par exemple, des consultants se sont présentés comme des experts des systèmes Dell ou ont peut-être annoncé leur expertise approfondie des outils Microsoft. Aujourd’hui, ils se définissent de plus en plus par les capacités qu’ils excellent à gérer, comme le recrutement, le marketing, la finance et la comptabilité ou la technologie de vente. Cette focalisation sur ce que fait la technologie, par opposition à son origine, fait partie de la montée en puissance des compétences commerciales et générales qui accompagnent la transition vers le cloud.

Lorsqu’un professionnel de l’informatique comprend le travail des autres services de son organisation, il peut aider ces équipes à atteindre leurs objectifs en augmentant leur travail avec de plus grandes capacités techniques. Et lorsque les équipes informatiques connaissent les objectifs généraux de leur entreprise, elles peuvent prédire les changements technologiques futurs dont elles auront besoin et s’y préparer à l’avance.

La budgétisation change également avec le passage au cloud. Alors qu’il est nécessaire de planifier des coûts associés à l’achat de technologie, l’amortissement du matériel et la maintenance continue de l’informatique sur site, l’informatique dans le cloud ne nécessite qu’une planification des outils qui seront nécessaires et leur niveau d’utilisation, avec des abonnements s’étalant sur un à trois ans. Les expirations et renouvellements de contrats offrent par ailleurs davantage de flexibilité puisqu’ils permettent de modifier la capacité d’utilisation ou de changer complètement d’outil sans avoir à se soucier des coûts irrécupérables. Cependant, l’adoption du cloud exige davantage de connaissances financières de la part des professionnels de l’informatique. Allouer des fonds devient un casse-tête de coûts et de contrats mais cette complexité se traduit par des sorties plus faciles d’un fournisseur de cloud vers un autre. Par rapport aux transitions sur site, quitter un fournisseur cloud est beaucoup plus facile.

Une réorganisation nécessaire

La restructuration d’un organigramme qui accompagne une nouvelle pile technologique peut se perdre dans des conversations centrées sur les budgets et les capacités techniques, mais elle n’en est pas moins importante. Les responsables doivent être prêts à réorganiser le personnel en fonction de leurs compétences et de leur expérience avec des tâches nouvelles et modifiées. Cela peut nécessiter la formation du personnel et entraîner la mise en place de toutes nouvelles compétences en remplacement d’autres plus obsolètes.

Ce brassage des personnes permet des opérations plus agiles, mais comme tout changement, il s’accompagne de défis et de difficultés croissantes. Les DSI et les responsables informatiques peuvent aider leurs organisations à traverser cette ère en devançant ces défis. Les ensembles de compétences qui seront précieux à l’avenir peuvent être incorporés dans les spécifications de poste dès maintenant. Du temps peut être réservé pour former le personnel existant aux nouvelles technologies et aux nouveaux flux de travail. Et les technologies obsolètes qui doivent faire l’objet d’une mise à niveau peuvent être ciblées pour la migration vers des outils cloud nouveaux et améliorés.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Praesent consequat. ut in commodo Donec ante. elit.