Une chronique prospective RIST Groupe pour le TAO TANK©

Créé à l’initiative d’un groupe de praticiens et chercheurs le TAO TANK© a vocation d’ouvrir le chemin pour penser (Think), expérimenter (Act), repérer (Observe) de nouvelles formes d’appui, des organisations, et des individus dans les organisations. 

En 2021, le TAO TANK©, à travers les équipes de son co-organisateur RIST (Research Innovation Science & Technologie), explore la question de ce qu’est « l’expert du futur » dans une série de chroniques prospectives publiée tout au long de 2021. 

Les experts du futur 

Penser l’expert du futur, ce n’est pas faire de la prospective lointaine, car cet expert existe déjà quelque part dans notre présent, les besoins se dessinent aujourd’hui.

Penser le futur, c’est ici observer le présent et expérimenter.

Nous avons souhaité, avec notre partenaire Alliancy et nos Core Advisors (dirigeants R&D, responsables d’expertises, DRH, chercheurs en sciences sociales), partager notre vision du futur ainsi construite, ou plutôt construire le futur en pensant la vision. Le partage se fera au travers de 12 chroniques tout au long de l’année 2021.

 

 

L’équipe RIST :

RIST Groupe valorise en temps réel les différents résultats de recherche obtenus au sein de son laboratoire de recherche en sciences sociales (meta RIST Lab) et des laboratoires partenaires (Dauphine, CGS Mines ParisTech, HEC Montréal, Université Technologique de Sydney, etc.), afin de répondre au plus juste aux besoins de ses clients publics et privés, dans le champ du management de la recherche et de l’innovation.

RIST Groupe développe ainsi des activités sur 6 plateformes et un TAO TANK©. RIST Groupe comporte une trentaine d’intervenants :

    • une dizaine de professeurs d’université et écoles de commerce
    • une dizaine de dirigeants de grands groupes (directeurs R&D, DSI, DRH, Directeurs de l’innovation)
    • une dizaine de consultants, formateurs et coachs.

Les professeurs ont été sélectionnés pour leur aptitude à fonctionner en entreprise et institution publique. Ils doublent leur activité d’enseignement recherche par une activité de conseil.

Les consultants sont intégrés dans les travaux de recherche menés au sein de meta RIST Lab. Ils participent aux séminaires de recherche et aux think tanks.

Ces 30 intervenants ont l’habitude de travailler ensemble en France et en contexte international.

Retrouvez les derniers articles de cette chronique :
Voir tous les articles

Plan de transformation : comment éviter de se mettre tout le monde à dos ?

Sixième facteur clef de succès : analyser les parties prenantes avec un postulat de cohérence

Cette usine métallurgique fabriquant des aciers spéciaux est l’une des moins performantes de son Groupe. En désespoir de cause, son Directeur met au point, avec le Responsable de production et le DRH, un plan de la dernière chance : donner plus de responsabilités et d’autonomie aux équipes de production.

Votre plan de transformation survivra-t-il à la crise ?

Ces dernières se voient investies de nouvelles missions, à gérer en équipes autonomes, sous la supervision lointaine et avec l’aide des agents de maîtrise : maintenance de premier niveau, changement rapide d’outils, programmes d’amélioration permanente, contrôle qualité in process, etc.   La mise en œuvre se fait au travers d’actions de formation, mais surtout de groupes de progrès, dans lesquels les ouvriers invitent des techniciens des services support (ingénierie-maintenance, etc.) à venir transférer leur savoir-faire. Les équipes d’ouvriers deviennent quasi autonomes.

Le plan de changement est sans doute bien conçu, les syndicats et les ouvriers l’acceptent et les premières séances se déroulent plutôt bien. Mais rapidement, les agents de maîtrise craquent, qui se voient accusés d’incompétence, les techniciens de la maintenance et du service qualité font une grève du zèle, les syndicats deviennent tièdes. L’offensive s’essouffle dans ces conditions, et finalement, le Directeur ayant à affronter une mini crise de stocks, trouve ce prétexte pour geler l’action : « en situation de crise, il faut resserrer les boulons et repasser en management classique ! » C’est la fin de la transformation.

Une analyse des parties prenantes aurait suffi à repérer les principaux risques et à ajuster l’action pour les minimiser.

Les agents de maîtrise avaient beaucoup à perdre en légitimité : eux qui s’imposaient sans difficulté comme issus et garants de la Procédure devaient appuyer maintenant les ouvriers et montrer à tout moment leur compétence. Il aurait fallu les coacher et les aider à constituer entre eux un groupe de solidarité. Conscients que le programme pouvait sauver leur usine, les gains à leurs yeux auraient largement compensé leurs difficultés ainsi rendues supportables.

Les syndicats s’apercevaient que les ouvriers ne parlaient plus de leurs problèmes qu’en groupes de progrès, et ne venaient plus les voir. Il aurait fallu sans doute créer une commission de suivi de la transformation où ils auraient eu une place, et leur tendre la perche pour l’ouverture de négociations visant la reconnaissance des nouvelles compétences. Là aussi, le gain attendu pour l’usine, le spectre de la fermeture s’éloignant grâce à une amélioration de la performance auraient rééquilibré pour ces parties prenantes les gains/pertes.

Le directeur d’usine ne croit pas vraiment aux vertus de l’autonomie et de la confiance. Sa manière personnelle de gérer le risque l’a amené à tenter une action désespérée dont l’issue positive était à ses yeux peu probable,  mais il n’était pas prêt à prendre le risque de cette formule face à une crise ponctuelle. Il aurait fallu que DRH et responsable production lui imposent quasiment un engagement à maintenir l’action pendant deux ans même en cas de crise.

Les techniciens de maintenance et de qualité voient leurs territoires (et les postes qui vont avec) menacés, puisque les ouvriers s’apprêtent à récupérer un certain nombre de leurs fonctions. Avant que les rumeurs ne s’installent, il aurait sans doute été bon de mettre l’accent dans la communication sur le fait qu’on allait avoir besoin d’eux, ainsi libérés des tâches les plus simples, pour mettre en place le système complexe de maintenance préventive, et de nouveaux algorithmes pour les plans de surveillance qualité…

Les acteurs sont cohérents dans l’analyse, pour eux-mêmes ou pour des collectifs auxquels ils sont attachés, de ce qui est bon et mauvais dans une action de transformation. Certes, quels qu’ils soient, les acteurs manquent d’information et fondent leurs jugements sur ce dont ils disposent. Mais ils restent cohérents ! Ou du moins avons-nous intérêt à le penser, car appliquer des jugements de psychologie distinguant les promoteurs et les réfractaires, par exemple, ne pousse pas à la réflexion et aux actions correctives bénéfiques à la transformation.

Critère de succès numéro 6 : appliquer une analyse systématique et le plus exhaustive possible des parties prenantes en respectant le postulat de cohérence et en essayant de fournir les informations nécessaires à la formation de leur jugement


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *