Amazon mise sur 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2025

Le géant continue de développer son portefeuille de projets afin d’atteindre l’objectif de 100 % d’énergie renouvelable pour ses activités d’ici 2025. Quant à AWS, la filiale du groupe affiche la volonté d’accompagner ses clients sur la sobriété numérique au travers de l’usage du cloud.

Amazon énergie renouvelable Amazon vient d’annoncer 37 nouveaux projets d’énergie renouvelable dans le monde. Le groupe a pour objectif d’atteindre 100 % d’alimentation de ses opérations par des énergies renouvelables d’ici 2025, soit cinq ans avant l’objectif qu’il s’était initialement fixé (2030). En 2019, 42 % de ses sources d’énergie étaient renouvelables. En 2020, le groupe a atteint les 65 %.

A lire aussi : Le numérique responsable monte en puissance au sein des DSI

Ces nouveaux projets augmentent la capacité du portefeuille d’énergies renouvelables d’Amazon de près de 30 %, passant de 12,2 gigawatts (GW) à 15,7 GW. Les 37 nouveaux projets annoncés sont situés aux États-Unis, en Espagne, en France, en Australie, au Canada, en Inde, au Japon et dans les Émirats arabes unis. Ils varient en termes de type et de taille de projet, avec trois nouveaux parcs éoliens, 26 nouveaux parcs solaires et huit nouvelles installations solaires en toiture sur les bâtiments du groupe à travers le monde. Grâce à ces projets, Amazon dispose désormais d’un total de 310 projets d’énergie renouvelable dans 19 pays, dont 134 parcs éoliens et solaires et 176 projets d’installations solaires en toiture.

Une fois opérationnels, les 310 projets d’Amazon devraient produire 42 000 GWh d’énergie renouvelable chaque année, soit suffisamment d’électricité pour alimenter 3,9 millions de foyers par an. L’énergie sans carbone générée par ces projets permettra également d’éviter 17,3 millions de tonnes métriques d’émissions de carbone par an, soit l’équivalent des émissions annuelles de plus de 3,7 millions de voitures chaque année.

Atteindre le zéro net carbone en 2040, au lieu de 2050

« En 2019, Amazon est devenu le premier signataire de The Climate Pledge. Cette initiative est un ensemble de règles proposées et construites avec une ONG, Global Optimism. Les plus de 300 entreprises signataires ont pour vocation à être zéro net carbone en 2040, au lieu de 2050. Cela passe notamment par le fait d’être à 100 % d’énergies renouvelables avant la fin 2025 », précise Philippe Desmaison, Ambassadeur développement durable chez AWS en France.

La mise en œuvre de cette ambition passe tout d’abord par l’engagement de mesurer les émissions de CO2, et de le faire régulièrement. Par ailleurs, Amazon est dans une logique d’élimination du carbone. « Nous savons très bien que cette logique d’élimination est quelque chose de difficile. Il est donc nécessaire de se regrouper, d’où l’initiative Climate Pledge, et d’innover. C’est la raison pour laquelle nous avons créé le Climate Pledge Fund, un fonds doté de deux milliards de dollars qui a pour but d’accompagner les initiatives de startups spécialisées dans ce domaine », précise Philippe Desmaison.

Accompagner les entreprises sur la sobriété numérique dans le cloud

Sur l’activité cloud du groupe, AWS affiche la volonté d’accompagner ses clients sur la sobriété numérique au travers de l’usage du cloud. La filiale du groupe s’appuie notamment sur une étude européenne menée par le cabinet 451 Research, auprès de plus de 300 entreprises de divers secteurs en France, en Allemagne, en Irlande, en Espagne et en Suède, qui exploitent leurs propres datacenters.

« Sur le plan énergétique, le facteur est de 5 en faveur du cloud, en Europe comme en Asie-Pacifique. Il est de 3,6 sur la plaque Amérique. Cette plus grande efficacité est essentiellement due à deux facteurs. Le premier est que le cloud est conçu dans une logique de partage et de mutualisation des ressources. Le deuxième tient au fait que nous fabriquons la totalité de nos matériels. Cela nous permet d’éviter toute inadéquation entre les usages et les ressources mobilisées », note Philippe Desmaison.

AWS met aussi en avant auprès de ses clients la sobriété numérique à travers des usages dans le cloud les plus frugaux possible. « Nous accompagnons nos clients pour les responsabiliser au sujet des usages dans le cloud. Il faut en effet veiller à éviter l’effet rebond qui consiste à consommer davantage une ressource parce qu’elle est plus efficace énergétiquement. Nous le faisons au travers d’outils comme le Well Architected Framework, un recueil de bonnes pratiques à destination des architectes cloud. Depuis novembre dernier, une nouvelle catégorie de bonnes pratiques – sur le développement durable – a fait son apparition dans ce guide », ajoute Philippe Desmaison.

Le Well Architected Framework vient en complément de l’outil d’empreinte carbone client disponible dans la console AWS depuis le mois de mars dernier. Grâce à lui, les entreprises peuvent calculer l’impact environnemental de leurs charges de travail AWS. Des visualisations de données permettent en outre de consulter les historiques d’émissions de carbone, l’évaluation des tendances des émissions à mesure que leur utilisation d’AWS évolue, l’estimation des émissions de carbone évitées (grâce à l’utilisation d’AWS au lieu d’un centre de données sur site), ainsi que les émissions prévues en fonction de leur utilisation actuelle. 


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *