Le numérique responsable monte en puissance au sein des DSI

Les directeurs des systèmes d’information s’emparent des enjeux environnementaux liés à leur activité propre. Mais ils sont encore en retrait dans la valorisation, auprès des métiers, de l’apport de valeur des technologies pour réduire leur empreinte environnementale, sociale et sociétale.

Etude DSI Numerique Responsable Bearing Point Selon les chiffres du Shift Project, le numérique est responsable de 3,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre[1] et la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025.

Mais, la plupart du temps, l’informatique n’est pas mentionnée parmi les principaux postes d’émissions ou leviers d’actions pour les entreprises. C’est en tout cas le constat que dresse le cabinet de conseil BearingPoint dans une étude intitulée « État des lieux des pratiques numériques responsables ».

A lire aussi : [Afterwork Alliancy Connect] « Transition écologique et numérique : le défi d’un bilan carbone honnête »

Les résultats de l’étude rapportent que 77 % des répondants indiquent avoir déjà lancé, ou prévoir de lancer dans les prochains mois, une démarche numérique responsable. Le sujet prend donc de l’ampleur dans toutes les organisations, tous secteurs confondus, même s’il reste récent et que certaines organisations ne sont pas encore structurées.

La stratégie RSE groupe comme moteur principal de la stratégie numérique responsable des DSI

Quand on s’intéresse aux enjeux ayant poussé les entreprises à mettre en place, au moins partiellement, une stratégie numérique responsable, la stratégie RSE groupe revient largement en tête (60 %), devant la marque employeur (30 %) et le réglementaire (27 %).

Visuel-2 Selon BearingPoint, les directions des systèmes d’information ont un rôle clé à jouer pour non seulement réduire leur propre empreinte numérique (Green IT) mais aussi pour accompagner les métiers dans l’identification des cas d’usages où les technologies permettraient de réduire l’empreinte environnementale, sociale et sociétale de l’organisation (IT for Green).

Mais, selon l’étude, près de la moitié des organisations disposant d’une stratégie numérique responsable n’intègre pas le volet IT for Green, pourtant stratégique dans la réduction de l’empreinte carbone des organisations. Pour la majorité des répondants (86 %), la stratégie numérique responsable couvre d’abord le Green IT. Cela s’explique notamment par l’existence de référentiels gratuits et agnostiques du secteur sur lesquels peuvent s’appuyer les organisations et d’une autonomie des DSI à lancer des actions concrètes et activables sur leur périmètre.

Dans 45 % des cas, les participants n’ont pas identifié l’apport de valeur des technologies pour réduire l’empreinte environnementale, sociale et sociétale de leur entreprise (IT for Green). Un des motifs est que l’IT for Green est moins accessible que le Green IT, car reposant sur des cas d’usage dépendant du secteur et des besoins du métier. Inscrire l’IT for Green dans l’agenda nécessite la mise en place d’une veille sectorielle afin d’identifier les cas d’usage, la démarche de co-construction avec les métiers et l’identification de technologies de pointe de la part de la DSI.

Visuel-3 « Ce taux de 45 % est assez incroyable. Il existe un mouvement ‘Green IT’ chez les DSI et les CTO. Ces derniers gèrent l’obsolescence de leurs matériels et donc leur empreinte carbone. Ils savent, à travers des programmes de transformation, démontrer l’impact qu’ils ont sur la partie environnementale. En revanche, sur la partie ‘IT for Green’, même si certains secteurs d’activité ont un impact net très positif, ils ne le font pas savoir. Dans le secteur du BTP, par exemple, le BIM apporte des bénéfices environnementaux très importants mais peu d’acteurs communiquent dessus. Et pourtant, pour donner du sens et attirer de nouveaux talents, c’est un point crucial », déclare Jérôme Martin, Associé chez BearingPoint et co-auteur, avec Loïc Friedmann (Senior manager) de l’étude.

Une démarche clé mais encore trop peu de moyens

Au sein des organisations ayant initié une stratégie numérique responsable, la mise en place d’un programme de sensibilisation est, de loin, l’initiative la plus implémentée, 77 % des entreprises sondées ayant fait le choix de sensibiliser leurs collaborateurs aux bonnes pratiques du numérique responsable. En revanche, seul un tiers des organisations ayant initié une stratégie numérique responsable ont mis en place des actions plus opérationnelles sur l’écoconception applicative et la prise en compte de la dimension environnementale dans les projets informatiques.

Aujourd’hui, peu d’entreprises (15 %) investissent les moyens humains et financiers pour mettre en place un(e) responsable / une équipe numérique responsable dédié(e) à plein temps.

Visuel-4 Par ailleurs, 33 % des organisations n’impliquent pas les équipes achats internes. Or, il s’agit d’une fonction permettant d’obtenir un levier à fort impact et activable rapidement sur l’empreinte du numérique des organisations, par exemple à travers des exigences fournisseurs contractuelles sur le numérique responsable.

Enfin, 33 % des sondés remontent un manque de compétences et d’outils au sein de leur organisation pour mesurer leur empreinte carbone et seuls 35 % des organisations indiquent réaliser une mesure de l’empreinte carbone du numérique.

[1] Note d’analyse du Shift Project (Mars 2021) : Impact environnemental du numérique : tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G : https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/03/Note-danalyse_Numerique-et-5G_30-mars-2021.pdf

megaban-carnet-industrie-vmware


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *