[Tribune] Les avantages des architectures de microservices pour la Supply Chain mis en lumière par la pandémie de Covid-19

Ce ne sont pas seulement nos habitudes quotidiennes qui ont dû changer à cause du Covid-19. La pandémie a aussi fondamentalement changé nos façons de travailler et de faire du commerce.

L’expérience client au premier plan

Sébastien-Lefebure,-Directeur-général-Europe-du-Sud-de-Manhattan-Associates

Sébastien Lefebure, Directeur général Europe du Sud de Manhattan Associates

Un récent rapport d’Adobe montre que le niveau de maturité du e-commerce a gagné six ans en l’espace des cinq derniers mois. Or c’est ce type de changement de comportement de la part des consommateurs qui oblige les entreprises et les décideurs à faire des choses considérées auparavant comme impossibles avec leurs équipes informatiques.

Aujourd’hui, la flexibilité, l’agilité et l’expérience client sont au cœur des feuilles de route IT. Par conséquent, les DSI et les dirigeants d’entreprises du monde entier doivent rapidement adopter de nouvelles méthodes itératives pour renforcer le lien avec les consommateurs (et les fournisseurs), s’adapter aux nouvelles méthodes de travail, investir dans l’innovation technologique et revoir leurs stratégies de résilience et d’agilité pour assurer leur réussite à long terme.

Les microservices au service de l’agilité et de la résilience

Ce changement n’est probablement nulle part aussi visible que dans le secteur de la Supply Chain, qui a adopté l’architecture de microservices comme réponse directe à nombre de ces défis. Mais avant d’examiner les microservices dans le contexte de la Supply Chain, définissons d’abord ce qu’ils sont et démystifions-les.

Les microservices sont pour ainsi dire la dernière itération du modèle agile DevOps dont nous avons tant entendu parler au cours des cinq dernières années (y compris les développements Kubernetes et Docker). Ils constituent un concept de déploiement qui vise essentiellement à créer une agilité technique en réduisant la taille et les dépendances de déploiement entre les composants d’une application. Comme nous l’avons vu au cours des dix derniers mois, c’est l’une des forces essentielles dont les organisations (privées et publiques) ont dû faire preuve pendant la pandémie, non seulement en matière de technologies de l’information, mais aussi de réseaux d’approvisionnement.

A lire aussi : Comment réussir la digitalisation de sa Supply Chain ?

Cependant, comme pour tout investissement technologique (peut-être plus que jamais pendant une pandémie mondiale), il est essentiel de s’assurer que les bénéfices et les risques sont en adéquation avec l’ensemble des objectifs.

Mettre en place une bonne architecture de microservices est plus complexe que les architectures d’applications traditionnelles et exige donc plus d’efforts et de discipline dans sa conception, sa construction et sa gestion. Mais elle offre également la possibilité d’accélérer les cycles de développement et de favoriser l’évolutivité des solutions, que ce soit pour permettre de supporter la volatilité des pics de charge, la saisonnalité des activités de distribution, la planification du transport et des livraisons, ou simplement répondre aux défis liés à la main-d’œuvre en entrepôts – tous ces éléments sont essentiels à la résilience de la Supply Chain.

Microservices et Supply Chain

Historiquement, les environnements informatiques plus traditionnels et monolithiques ont fait que les entreprises (en particulier celles qui dépendent de la continuité et de l’agilité des activités logistiques pour servir le client final) hésitaient souvent à apporter des modifications à une seule application, craignant que si une seule fonction ou un seul composant tombait en panne, c’est toute l’application qui en pâtirait.

Alors que lorsqu’on utilise une solution basée sur des microservices, au lieu de déployer l’application uniquement à chaque recette de module, les équipes informatiques peuvent déployer les microservices indépendamment des uns des autres, sans attendre que l’équipe DevOps termine le développement et la recette de chacun des modules. Cela signifie que l’équipe Supply Chain de l’entreprise acquiert la capacité de changer et de déployer la technologie répondant à ses besoins opérationnels spécifiques au moment précis où elle en a besoin – un facteur crucial comme nous l’avons vu avec la nature imprévisible du comportement des consommateurs au cours de la pandémie.

A lire aussi : Comment les organisations financières peuvent-elle réduire les risques inhérents à la supply chain ?

Pour de nombreuses entreprises, une Supply Chain dynamique, agile et flexible, capable de traduire rapidement les attentes du marché en nouveaux processus opérationnels, demeure une ambition. Mais la reconnaissance des avantages que peuvent apporter les microservices et le développement de solutions cloud-native signifie qu’une Supply Chain plus agile et plus réactive est maintenant plus accessible à un plus grand nombre d’entreprises que par le passé.

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence de nombreuses lacunes dans toutes sortes de modèles traditionnels : des sociétés, aux entreprises et jusqu’aux économies mondiales. Et s’il reste de nombreux défis à relever, des évolutions positives ont également eu lieu au cours des dix derniers mois, notamment dans le domaine de la Supply Chain.

L’évolution du paysage des consommateurs et des entreprises après l’apparition de la Covid-19 a mis en exergue les multiples avantages de l’architecture modulaire et évolutive apportée par les microservices, notamment en ce qui concerne le dynamisme et l’agilité de la Supply Chain.

Nous devons à présent souhaiter que les DSI et les directeurs Supply Chain du monde entier comprennent les multiples avantages qu’une ‘approche microservices’ apporte à leurs futures solutions Supply Chain et donc qu’en l’adoptant ils pourront enfin acquérir la flexibilité et agilité opérationnelle à laquelle ils aspirent.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *