DeepReach joue la carte de la data locale

La levée de fonds de 8,2 millions d’euros permettra à DeepReach de poursuivre le développement de sa plateforme de données locales basée sur l’IA, et de partir à la conquête de l’Europe, à commencer par l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Jean-Pierre Remy, fondateur et Président Directeur Général.

Jean-Pierre Remy, fondateur et Président Directeur Général.

La crise du coronavirus a forcé les entreprises à focaliser leur marketing sur leurs clients de proximité. La communication locale et digitale est devenue une absolue priorité pour maintenir et développer les liens avec les clients locaux.

Dans ce virage vers le marketing de proximité, DeepReach, qui développe une plateforme en mode SaaS de communication locale pour les agences et les annonceurs, vient de finaliser un tour de table (série A) de 8,2 millions d’euros, mené par son fondateur et PDG, Jean-Pierre Remy, et des investisseurs privés. « C’est une rupture de modèles dans la publicité qui entre dans l’ère post-cookies, explique le dirigeant. C’est toute la différence entre campagnes locales et mondiales. Chez DeepReach, nous voulons pour une grande marque, 300 campagnes différentes dans 300 villes différentes et non plus une seule logique, ceci à partir d’une multitude de données sur une multitude de campagnes. À savoir que nous pouvons ensuite savoir comment améliorer les performances de chaque campagne. »

DeepReach développe sa plateforme depuis le printemps 2018. Cette plateforme, basée sur l’IA, répond au défi de toutes les marques aujourd’hui : renforcer ses liens avec ses clients locaux à travers l’ensemble des médias numériques. La technologie développée par DeepReach automatise l’analyse du marché local et le lancement des campagnes locales, réduisant par quatre le temps nécessaire pour gérer ces campagnes. Par le machine learning, cette technologie apprend des campagnes précédentes et améliore progressivement la pertinence des communications locales, multipliant jusqu’à 2 à 3 fois la performance des approches traditionnelles.

Place aux données contextuelles

La start-up ne s’intéresse pas aux données personnelles, mais sait que dans une ville de telle taille, les bons paramètres d’une campagne locale permettent de gagner en performance. DeepReach part du marché local, analyse la position des marques et entreprises dans une ville donnée et ensuite, adopte une stratégie dédiée. « On lance alors une campagne sur plusieurs médias numériques et on regarde la meilleure combinaison, celle qui donne les meilleurs résultats (nombre d’appels, achats, visites…). » Ainsi, on est plus réactifs, plus intelligents dans la manière dont on traite un contexte. « Nous arrivons ainsi à multiplier entre 2 et 3 la performance sur un temps réduit de gestion d’une campagne entre 4 et 5 fois… Une démarche qui s’applique ensuite partout et à toute taille d’entreprise », estime-t-il.

Jean-Pierre Remy (DeepReach) : « C’est une rupture majeure dans le monde de la pub : la pub « one to one » passe au « one to few » ! » Cliquez pour tweeter

Lancée commercialement en mars 2019, la plateforme compte à ce jour plus de 120 agences clientes et 12 000 annonceurs, ce qui a permis à l’entreprise de multiplier par 10 ses ventes en 2020 et d’espérer de les multiplier encore par 2 à 3 en 2021. « Cette levée de fonds n’est ni un objectif, ni une gloire, mais des moyens pour engager de nouveaux développements notamment dans notre technologie d’intelligence artificielle et à l’international, à commencer par le Royaume-Uni et l’Allemagne dès 2021 », explique le dirigeant-fondateur.

« Les agences sont très réceptives car le local est un secteur difficile, qui imposait jusqu’à présent plein de petites campagnes aux performances moyennes… La crise sanitaire que nous traversons nous aide en quelque sorte, car la communication locale est devenue très importante en matière de publicité. Et si le marché baisse globalement, la publicité digitale locale est le seul créneau en croissance. »

DeepReach compte à ce jour une quarantaine de collaborateurs, dont une quinzaine de profils technologiques, le reste se partageant entre le support aux agences et l’amélioration de la performance de la plateforme, tous basés à Paris. 20 à 30 embauches sont prévues sur 2021.

Le fondateur de DeepReach avait auparavant développé plusieurs plateformes en mode SaaS (Egencia pour les voyages d’affaires, SoLocal pour le site web des entreprises), devenues des références mondiales.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mi, id Donec libero neque. felis ipsum