Imed Boughzala, Titulaire de la chaire Intelligence Digitale d’Institut Mines- Télécom Business School et référent IMT Disrupt'Campus

Imed Boughzala est Professeur en Systèmes d’information et Directeur du département TIM (Technologies, Information & Management, ex-DSI) à Institut Mines-Télécom Business School et référent IMT Disrupt’Campus. Il est aussi titulaire d’un Executive MBA d’IMT-BS et du programme Management and Leadership in Higher Education de la Harvard Graduate School of Education.

Fondateur de l’équipe de recherche SMART BIS (Smart Business Information Systems) et Directeur actuel d’IS Lab, ses recherches actuelles portent sur l’intelligence digitale, la gouvernance des données et la transformation digitale des organisations.

Depuis septembre 2018, il co-pilote l’observatoire de la transformation digitale des établissements du supérieur en management et fait partie du Collège de Labellisation des dispositifs pédagogiques numériques de la FNEGE ( Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises 

Retrouvez les derniers articles de cette chronique :
Voir tous les articles

[Chronique] Intelligence digitale : Une désintoxication digitale, un vœu cher pour l’année 2021

S’il y a une résolution à prendre pour l’année 2021 après tant de mois de confinement depuis cette crise sanitaire inédite, c’est de se désintoxiquer digitalement, explique notre chroniqueur Imed Boughzala, soit par soi-même ou soit à travers un programme spécialisé de coaching.

Digital-DetoxC’est en tous cas le vœu le plus cher que je vous souhaite pour entamer cette année 2021 si vous sentez que vous présentez des symptômes même légers, d’addiction aux technologies. Depuis l’arrivée d’Internet mobile sur les portables en 2011 et encore plus avec la pandémie, les technologies digitales ont pris une place primordiale dans notre vie de tous les jours à la fois au niveau personnel et professionnel à un point où les frontières sont devenues poreuses.

Ces technologies ont prouvé leur intérêt pour interagir et garder le lien avec les autres, étudier et travailler à distance ou encore se divertir.  Elles ont aussi également provoqué chez certains d’autres problèmes plus ou moins graves : désinformation, voyeurisme, techno stress et anxiété, agoraphobie, radicalisation, complotisme… Cet usage intensif démesuré (consciemment ou non) et parfois même irresponsable conduit au mieux à la dépendance/addiction et au pire à l’incivisme ou la délinquance digitale.

Le digital a horreur du vide

Si aujourd’hui on a tendance à se réfugier derrière son smartphone via des applications en tous genres (messageries instantanées, réseaux sociaux, utilitaires…) à chaque fois qu’on se retrouve seul face à sa solitude ou lorsqu’un vide se fait dans une réunion de famille ou de travail, on se laisse tenter d’utiliser Facebook, Linkedin, Youtube, Instagram, Whatsapp ou encore Tiktok – ou simplement son mail – pour faire du phubbing[1] ou pour « tuer » le temps en répétant plusieurs fois la même action par automatisme[2]…. On se demande parfois si les réseaux sociaux, censés créer du lien social, ne sont pas devenus des briseurs de ce lien dans les familles, dans les entreprises, dans le monde associatif et sportif, etc. On serait passé du collectif social (une vraie proximité marquée par des interactions sociales riches et des liens réels du monde physique) à un collectif individuel. Ce paraître de façade se caractérise par des interactions superficielles et des liens en trompe l’œil pour être dans la normalité et fuir la solitude du monde virtuel.

A lire aussi : [Dossier] Sobriété numérique : les entreprises doivent s’organiser

Le digital a horreur du videOn se demande combien même, jusqu’où va aller cette dépendance et quelles sont vraiment ses conséquences ? A-t-on vraiment appris à bien les utiliser à bon escient ? Ceci ne mérite pas une vraie éducation ? Comment jongler entre abondance et dépendance envers les technologies ? Ne faudrait pas revenir aux habitudes du passé pour créer un meilleur futur ? Ne faudrait pas donc une cure de désintoxication digitale pour celles et ceux qui sont déjà impacté par ce fléau ?

Comme chacun sait, une cure de désintoxication est « un processus, permettant de ramener les problèmes liés à l’addiction à un niveau minimum acceptable vis-à-vis des conséquences néfastes sur la vie quotidienne (émotives, sociales, économiques) » (Wikipedia). Par analogie, la désintoxication digitale (ou en anglais Digital detox) obéit aux mêmes objectifs liés à l’utilisation massive des technologies. Manquant de ce que j’appelle d’intelligence digitale, beaucoup (et surtout) de jeunes ou de managers hyper connectés, tombent malheureusement dans cette forme d’addiction. Le contexte actuel de pandémie avec le confinement, l’isolement et le manque de lien social pousse parfois à ce genre comportement.

La mise en œuvre d’une cure de désintoxication digitale doit être avant tout une action volontaire de la personne souffrant de ou encline à l’addiction digitale. C’est une condition essentielle à la réussite de la cure. La désintoxication digitale est la première étape d’un processus visant à instaurer une abstinence ou un « jeûne » à l’utilisation des technologies, et permettant à terme à l’individu d’adopter un changement durable de style de vie pour un meilleure bien-être – quitte à complètement se déconnecter pour mieux se reconnecter sainement aux technologies.

Auto diagnostique

Plusieurs actions simples permettent de vous rendre compte si vous n’êtes pas en train de développer une dépendance/addiction auquel cas, il vous faut une digital detox !

1) couper la synchronisation entre vos devices personnels et professionnels – entre votre tablette personnelle et votre ordinateur de bureau, 2) ne plus utiliser votre smartphone (en alerte permanente) comme une montre et investir dans un bon vieux réveil – disparu de la table de chevet 3) mettre votre téléphone à l’entrée de votre maison ou de la salle réunion pendant les repas de famille ou les conversations au travail, 4) couper votre wifi à partir d’une certaine heure le soir, 5) regarder un bon film sans consulter votre portable 6) ne plus consulter ou très rarement vos mails en dehors des heures de bureau[3] 7) aller quelque part en voiture sans utiliser votre application de navigation GPS…

Digital Detox

Si de nombreux programmes de désintoxication existent dans les autres cas de d’addiction (liées à l’alcool ou la drogue), très rares sont ceux qui visent la désintoxication digitale. Développer l’intelligence digitale est la seule réponse pour ne pas tomber dans ce revers de médaille de l’utilisation des technologies. Les établissements d’enseignement supérieur en particulier les écoles de management, ont un rôle à jouer. Ils pourront développer des programmes de désintoxication pour des étudiants en formation initiale ou continue pour une sensibilisation ou une curation. Justement,  IMT-BS via son laboratoire IS Lab dans le cadre de sa chaire sur l’intelligence digitale, se donne les moyens pour développer un programme de désintoxication digitale pour non seulement pour les étudiants, les alumni mais aussi plus largement dans le cadre d’un programme de reconversion professionnelle. Cet axe de développement citoyen et économique pourrait donner lieu à plusieurs vocations d’intra/entrepreneuriat, de formation, de reconversion (à l’échelle de l’individu et des organisations), de création de nouveaux métiers et nouvelles compétences, etc.

A lire aussi : Véronique Torner (Syntec Numérique) : « On voit naître un élan collectif, qui dépasse les seules fonctions RSE »

A titre d’exemple de développement d’autres activités nous vient du secteur de l’hôtellerie. En effet, plusieurs hôtels un peu partout dans le monde[4] (comme l’hôtel Spa Vichy le 1er en France, l’hôtel de luxe Westin Paris-Vendôme à Paris, l’hôtel Bellora à Göteborg en Suède ou encore, l’hôtel Travaasa Hana à Hawaii en USA, etc.) se positionnent depuis plusieurs années sur ce créneau appelé « sevrage technologique » en s’adressant spécifiquement à une clientèle d’actifs aisés qui veulent se déconnecter et apprendre à mieux réguler leur usage. Une manager hyperconnectée rapporte qu’en sortant de sa bulle sans technologies après un séjour dans ce type d’hôtel, la première chose qu’elle a faite, a été de rebrancher son smartphone…une anecdote non anodine qui pousse à imaginer, au-delà des gadgets et de l’effet de mode, une vraie réflexion quant à la mise en place de programmes efficaces de digital detox en s’appuyant sur une démarche scientifique rigoureuse.

Je vous souhaite une très belle année 2021.

[1] Un mot valise anglais, composé de « phone » (portable) et de « snubbing » (snober), qui signifie : ignorer son interlocuteur avec son portable lorsqu’on le consulte au cours d’un dîner entre amis, d’une discussion entre collègues ou pendant un tête-à-tête avec sa compagne.

[2] Selon un sondage de Pew Internet Project, 67% des personnes interrogées avouent regarder leur smartphone pour vérifier si elles n’ont pas de messages, appels ou textos même si elles n’ont pas reçu de notification.

[3] En moyenne, un cadre reçoit au bureau 50 mails par jour. 70 % des Français vérifient leur messagerie toutes les cinq minutes, 78 % se connectent avant de dormir, à peine moins dès le réveil (source : Canal+ 2015 d’après http://dclic-coaching.be/Outils%20Detox%20Digitale/statistiques%20hyperconnexion.html ).

[4] https://bigseventravel.com/2019/07/best-digital-detox-breaks/


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire

  1. par Nabil Ben salah

    Compte tenu de l’évolution des choses il faudrait entamer la désintoxication digitale à l’âge de 15 ans pour espérer un recul de la prévalence.

vulputate, mattis neque. Nullam commodo sed tristique quis