Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Parole d’acteur de Gad Benisty, Teamtown, la métacollaboration

Gad-Benisty-Teamtown-article

« Chacun peut conserver ses habitudes tout en collaborant avec les autres » Gad Benisty, cofondateur et directeur général de Teamtown.

Pour renforcer la collaboration entre sociétés, Gad Benisty, ancien business développeur chez Capgemini et Thales, maintenant directeur général de Teamtown, a imaginé le concept d’interconnexion des plates-formes dans le cloud.

Alliancy, le mag. Comment est née l’idée de ce service ?

Gad Benisty. Je suis une sorte de vétéran du collaboratif. Dans mon métier, j’ai souvent été confronté à la difficulté d’étendre les outils collaboratifs dans un contexte interentreprises. J’ai alors pensé qu’il fallait interconnecter les plates-formes de collaboration des entreprises, plutôt que de vouloir en imposer une. En 2011, en proposant la suppression des e-mails au sein de la société Atos Origin dans un délai de trois ans, son PDG, Thierry Breton, m’a conforté dans cette voie. Tout en validant l’idée que le collaboratif pouvait remplacer la messagerie électronique, il reconnaissait les limites de ces outils dans l’usage interentreprises. Je me suis dit que le marché était bien là…

Où en êtes-vous ?

Ces deux dernières années ont été consacrées à la R&D et, en particulier, au renforcement des aspects sécurité qui sont essentiels pour convaincre nos premiers clients, les industriels de l’aéronautique et de la défense. Notre solution a été choisie par le consortium BoostAero Space, fondé par Airbus, EADS, Dassault Aviation, Safran et Thales. Il s’agit d’un hub de collaboration sécurisée dans le cloud, pour faire collaborer l’ensemble de la filière aéronautique européenne. Ainsi, chacun peut conserver ses habitudes tout en collaborant avec les autres.

Et en terme financier ?

Après avoir réalisé notre première levée de fonds de 400 000 euros fin 2013, et bénéficié d’un financement de 300 000 euros de la part de Bpifrance, le développement commercial commence. Nous sommes en recherche active de partenaires industriels, qui soient capables de porter notre solution auprès d’écosystèmes entiers, en France comme à l’international.

Quelle est votre méthodologie ?

Pour la mise en place du hub Teamtown privé pour BoostAeroSpace, notre solution cloud est portée par Thales Services, un acteur crédible lorsque la sécurité est essentielle. Dans la mise en place du hub public Team- town, notre partenaire technologique est Numergy. Nous avons choisi cette société pour deux raisons : elle est française, ce qui rassure les clients, et particulièrement proactive en termes de développement commercial et d’animation d’écosystèmes. Par exemple, Numergy nous met en relation avec des partenaires intégrateurs, comme Sogeti, capables d’embarquer notre solution dans leurs offres de services auprès des DSI de grands groupes. Comme nous sommes une petite société avec une R&D très consommatrice de ressources et « zéro » compétence cloud, plutôt que de gonfler notre effectif pour être opérateur de services cloud, nous souhaitons en confier l’exploitation à un partenaire industriel.

Quelle est votre feuille de route en 2015 ?

Le hub privé développé pour BoostAeroSpace est entré en phase pilote en octobre, et le hub public sera en beta test début 2015. Nous prévoyons une seconde levée de fonds conséquente pour le deuxième trimestre 2015, pour soutenir notre R&D, très coûteuse compte tenu du nombre de plates-formes que nous supportons. Le hub Teamtown est compatible avec six outils collaboratifs du marché – plates-formes documentaires et de partage de fichiers, et réseaux sociaux d’entreprise –, et nous voulons passer à vingt d’ici à la fin 2015.

ScreenHunter_63 Nov. 21 12.42