Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

entretien – Catherine Lejealle : savoir gérer les priorités

Catherine Lejealle, cotitulaire de la chaire Digital Business

Catherine Lejealle, cotitulaire de la chaire Digital Business

69 % des gens préféreraient perdre leur portemonnaie ou leurs clés plutôt que leur portable, rappelle Catherine Lejealle, docteur en sociologie et professeur associé à l’ESG Management School*. Pour autant, le téléphone portable est, selon elle, un lien social, et non pas un danger. Reste à bien gérer son utilisation.

Propos recueillis par Olivier Marie

Alliancy, le mag. Pour vous, un téléphone mobile est plus un objet social qu’un outil technique ?
Catherine Lejealle. Une des convictions qui sous-tend mes travaux est qu’il n’y a pas de déterminisme technique. Il y a autant d’usages que de personnes. Le mobile est un objet devenu apparemment banal de notre vie personnelle et professionnelle. Or, il est non seulement devenu identitaire, mais il est en soi une construction identitaire. Comme les vêtements, on s’approprie son portable, il reflète ce que nous voulons être. Autrefois, on était Opinel ou Laguiole, Citroën ou Peugeot. Aujourd’hui, vous êtes iPhone, BlackBerry ou Samsung. Ensuite, chacun le personnalise : la couleur de la coque, son étui, sa messagerie. Et les contenus ne se ressemblent pas : les photos, les musiques, les applications. Le portable est un objet essentiel. 69 % des gens préféreraient perdre leur porte-monnaie ou leurs clés plutôt que leur portable.

Le portable isole-t-il ou rapproche-t-il ?
Les deux ! Le partage des contenus est une manière d’aller vers les autres : « Je vais vous faire écouter ce morceau de musique »« je vais vous montrer cette photo ». Cela renvoie quelque chose de chacun, nous inclut dans des tribus. On échange des usages, c’est un partage d’inclusion. Ça peut protéger dans une situation d’isolement. Dans les transports ou dans des lieux « froids », je me redonne un confort et du courage en consultant mon portable… Vous participez à une réunion et vous envoyez des SMS… La présence aux autres devient différente : la priorité, c’est le lointain. L’appel entrant devient prioritaire sur ce que l’on est en train de faire…

Il n’y a plus de frontières ?
Il y a un décloisonnement des univers privé et professionnel. Avant, on ne regardait pas la télévision au travail. Maintenant, si. Selon les statistiques des paris en ligne, 60 % des usages ont lieu au milieu de la journée, idem pour les achats de billets de train.
Les jeunes voient moins ces contradictions et ce risque de repli sur soi. Pour eux, le portable est un prolongement de la main, ils ne voient pas la souffrance ainsi créée. Leur tension est « défocalisée ». Ils sont dans une forme courte de narration, en permanence dans le partage, l’interagir. Du coup, 70 % des jeunes refuseraient un CDI dans une bonne boîte s’ils n’avaient pas accès à Facebook dans la journée.

Quels conseils dans l’entreprise ?
Le changement doit venir de la direction, qui doit être vigilante sur la souffrance. Quand la sphère professionnelle est en intrusion dans la sphère privée, cela crée un sentiment de harcèlement. La pollution, c’est le mail. D’après une statistique, dans les entreprises, 80 % des mails échangés seraient d’origine interne. Il faut se méfier du « reply all ». Se demander à chaque fois : dois-je mettre tout le monde en copie ? Qui mettre ? Que dire ? Regardez le nombre de fois où on répond simplement « merci ». Avoir une gestion des priorités. Mettre en place des salles de travail spécifiques sans SMS, ni mails pour s’immerger dans un dossier sans être interrompu. Surtout, admettre que tout n’est pas urgent, immédiat, que personne n’a de don d’ubiquité.
Savez-vous qu’il faut, d’après les spécialistes, 3 minutes pour se remettre au travail après un appel, pour changer de contexte. Comme disent les psycho-cognitifs, c’est un « petit burn-out », ça oblige à fragmenter et à replonger. Ce qui compte, c’est la régularité. Avoir au quotidien un meilleur rapport avec ces objets. Ce n’est pas tout ou rien, c’est comme les régimes alimentaires, il faut savoir couper régulièrement. Et accepter qu’il y ait des moments où on ne soit pas connectés. On n’est pas esclave. Chacun est l’arroseur et l’arrosé.

 

* Auteur de La télévision mobile : usages, contenus et nomadisme et Le jeu sur le téléphone portable : usages et sociabilité (coll. Logiques sociales, éd. L’Harmattan)

 

Cet article est extrait du n°3 d’Alliancy le mag – Découvrir l’intégralité du magazine