Jean-Christophe Longuet (Poclain Hydraulics) : « Nous envisageons sérieusement une infrastructure de postes de travail virtuels »

S’il assure que son infrastructure réseau était « prête » à supporter la généralisation du télétravail, Jean-Christophe Longuet, IT Domain Leader Front Office and Collaborative chez Poclain Hydraulics, admet que la pandémie a largement modifié ses priorités. EDR, VDI et restructuration de la téléphonie d’entreprise sont désormais dans la feuille de route de ses équipes.

Cet article est extrait du guide Les défis d’un nouveau monde à télécharger « Transformation numérique : comment les DSI se réinventent pour appréhender la virtualisation accélérée des réseaux d’entreprise ».

Quelles ont été les premières mesures à mettre en place en urgence lorsque le télétravail s’est généralisé en raison du Covid-19 ?

Interview Jean Christophe Longuet - Poclain Hydraulics

Interview Jean Christophe Longuet – Poclain Hydraulics

Jean-Christophe Longuet : Au départ, nous étions partis pour déployer Teams en fin d’année 2020. Nous avons dû accélérer le processus, ce qui nous a apporté beaucoup plus de stabilité dans les échanges, avec un aspect collaboratif amélioré par rapport aux outils que nous utilisions.

Bien que nous n’étions pas une entreprise axée sur le télétravail, notre infrastructure réseau, elle, était déjà prête pour ce type d’organisation. D’autant plus qu’elle n’a pas eu à supporter cette charge puisque ces outils sont dans le cloud.

En revanche, nous avons dû augmenter nos licences VPN en urgence, et nous avons dû commander un grand nombre de nouveaux PC.

« Quelle que soit la solution de téléphonie pour laquelle nous opterons, nous voulons que nos équipements soient évolutifs 5G. »

Au fur et à mesure des mois passés loin des bureaux, cette pandémie vous a-t-elle permis de mettre en place des projets à plus long terme ?

J.-C. L. : Oui, en effet. Jusqu’à maintenant, nous nous appuyions sur un antivirus d’ancienne génération, que nous allions renouveler pour une dernière année. La vague de Covid-19, en multipliant les risques de cyberattaques, nous a poussé à revoir nos dossiers prioritaires pour passer rapidement à une solution Endpoint detection and response (EDR) sur tous les terminaux, qui ne détecte pas seulement les virus selon leur signature connue mais analyse aussi le comportement des PC.

Par exemple, si un utilisateur se connecte avec une adresse IP en France, puis avec une autre dans un pays étranger dix minutes plus tard, l’EDR va faire remonter une alerte.

Comme de plus en plus d’applications utilisées par nos collaborateurs sont désormais hébergées dans le cloud, le besoin que j’ai identifié est que n’importe quel utilisateur puisse, à tout moment, accéder à tous ses outils depuis son bureau, depuis chez lui ou depuis un hôtel de l’autre côté de la planète. Le tout, sans avoir besoin du réseau d’entreprise, ce qui demande de renforcer la sécurité du poste de travail.

Pour aller plus loin :  Retour sur l’échange digital « Virtualisation accélérée des réseaux d’entreprise : comment les DSI se réinventent ? » 

Cette nouvelle donne vous pousse-t-elle à initier une nouvelle approche envers l’identité numérique de vos collaborateurs ?

J.-C. L. : Oui, nous sommes actuellement en train de réfléchir à faire appel à une infrastructure de postes de travail virtuels (VDI) afin de donner la possibilité aux utilisateurs de se connecter depuis n’importe quel PC sur une plate-forme virtuelle sur laquelle ils auront accès à toutes les solutions de l’entreprise.

Tout comme pour l’EDR, le VDI n’était pas forcément une priorité initiale. Mais aujourd’hui, la généralisation du télétravail mais aussi les difficultés d’approvisionnement en matériels informatiques nous poussent à l’envisager sérieusement. Nous prévoyons de mettre en place une preuve de concept pour septembre-octobre 2021.

Guide Network as a Service - Verizon

Pendant le workshop, vous avez également évoqué le déclin, au sein de votre entreprise, de la téléphonie fixe… Est-ce une tendance qui va se pérenniser ?

J.-C. L. : Je crois oui. Il s’agit d’une réflexion que nous allons sérieusement lancer d’ici le second semestre de cette année 2021, avec la rédaction d’un cahier des charges pour nous positionner sur l’avenir de notre téléphonie mobile et fixe.

Nous avons besoin qu’un utilisateur puisse être joint, où qu’il soit, sur son téléphone ou son PC. Pour nos collaborateurs au service approvisionnement, par exemple, qui passent beaucoup de temps au téléphone, il ne faut pas se contenter de leur fournir un ordinateur portable.

A l’heure actuelle, nous avons plein d’idées mais nous n’avons pas encore pris de décision concrète. Aujourd’hui, pour remplacer le poste de téléphone fixe, on peut utiliser une myriade de solutions alternatives : du téléphone fixe qui renvoie sur un mobile, fournir des mobiles à tout le monde – à condition que le réseau mobile soit suffisamment bon -, du softphone, par exemple avec Teams…

Quelle que soit la solution pour laquelle nous opterons, nous voulons que nos équipements soient évolutifs 5G. Nous anticipons là l’annonce des opérateurs, qui devraient offrir une couverture indoors en 5G d’ici la fin de l’année 2021. Si dans deux ans, la 5G est complètement démocratisée, je ne veux pas revoir encore une fois toute mon infrastructure réseau parce qu’elle ne sera pas compatible. Encore une fois, la pandémie nous a poussés à anticiper des choix sur lesquels on prévoyait de se positionner plus tard. Elle a changé nos priorités.

Guide Network as a Service - Verizon


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *